Avertir le modérateur

xavier moni

  • Les libraires en été

    Une bonne nouvelle pour les libraires parisiens. Actualitté.com dévoile la liste des enseignes qui vont bénéficier d’une aide financière de la mairie de Paris sur la base d’un projet d’aménagement de rénovation du lieu mais aussi l’acquisition d’outils et d’équipements leur permettant de mieux exercer leur métier. Actualitté explique : « Premier réseau de vente physique, la librairie a vu son activité se contracter, au cours de la dernière décennie, en même temps que le commerce en ligne se développait. Pour y remédier en partie, la Ville de Paris a multiplié les outils, notamment à travers un appel à projets pour 256.000 €, que portent la Direction de l’Attractivité et de l’Emploi et la Direction des Affaires Culturelles. » Cette somme sera répartie entre 22 librairies.

    Si vos vacances vous mène dans l’Aude, visitez le village de Montolieu, près de Carcassonne un village qui compte pas moins de 16 librairies. La cité accueille aussi un Musée des Arts et Métiers du Livre, qui organise pendant l’été des ateliers consacrés à la reliure, aux enluminures, à la gravure, ou à la calligraphie… Le site officiel du Village du Livre et des arts.

    Nombre de librairies communiquent sur les réseaux sociaux. C’est le cas de la librairie Grangier à Dijon qui propose « Pour que lire soit un plaisir dès le plus jeune âge », une sélection d’ouvrages pour les enfants cet été (photo), tout en rappelant que le choix est bien plus grand sur place :

    66292310_1319632228196047_271826487299014656_o.jpgLe réseau des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine, regroupant 103 librairies propose dans le catalogue « Plein soleil dans les librairies indépendantes », une sélection de livres pour l’été 2019. A télécharger gratuitement (en s’inscrivant).

    Extrait de la tribune des libraires Xavier Moni et Maya Flandin publiée dans Le Monde à l’occasion des Rencontres nationales de la librairie à Marseille début juillet : « Le succès des librairies tient à ce plaisir de la découverte et de la transmission, à leur attachement à la diversité, à leur persévérance à miser sur la relation humaine, au temps qu’elles donnent aux livres et à leurs clients. Ce succès ne se dément pas, mais il est fragile. Tel est le paradoxe sur lequel tient, en équilibre, le métier de libraire. »

  • Le livre n'est pas un produit comme les autres

    A quelques jours de l’ouverture du salon annuel Livre Paris – du15 au 18 mars 2019 - se pose la question de l’état actuel du monde de l’édition.

    Livre Paris 2019, Livres Hebdo, France Info, Vincent Monadé, Xavier Moni, Bruno Caillet, Marie Sellier (SGDL), Stéphane Marsan (Bragelonne), Grégory Sapojnikoff, Vincent Montagne, Anne­-Laure Walter, Fabrice Piault

    Surproduction, méventes, restructurations, sont les problèmes actuels que doivent résoudre les éditeurs. Livres Hebdo y consacre même un dossier titré « La production en 2018 : toujours les hautes eaux ». Les auteurs, Anne­-Laure Walter et Fabrice Piault, écrivent en introduction : « Alors que la production de livres s'est stabilisée depuis quatre ans, l'impression de surproduction croît en raison de la dégradation des ventes. Une inquiétude qui traverse le monde du livre, à la recherche de solutions. »

    Beaucoup plus direct France Info annonce une : « Forte baisse des ventes de livres en France en 2018 » et écrit « Les ventes de livres ont reculé de 1,7% l'an dernier par rapport à l'année précédente. L'année 2018 a été plombée par un très mauvais second semestre, analyse Livres Hebdo. Comparé au commerce, qui ne recule que de 0,2% en 2018, le livre est à la traîne. Si l'on excepte 2015 et 2016, le marché n'a cessé d'être en baisse depuis 2010. »

    Autre signe inquiétant, plusieurs déclarations de responsables de l’édition : Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), pour qui "l'année 2018 ne restera pas comme un grand millésime pour le livre", et celle de Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition (SNE), qui parle de 2018 comme « une année en demi-teinte », et enfin celle de Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française mettant en cause « la surproduction [qui] n'est pas un indice de bonne santé de la diversité mais, au contraire, ce qui l'étouffe ».

    Le dossier de Livres Hebdo détaille les chiffres de vente secteurs par secteurs et la production des éditeurs (4 534 éditeurs ayant publié au moins un titre dans l'année) constatant que « les éditeurs affichant une production annuelle supérieure à 200 nouveautés et nouvelles éditions sont, globalement, ceux qui ont fait en 2018 le plus d'efforts pour modérer ou restreindre le nombre de leurs titres. »

    Peut-être en saurons-nous un peu plus lors du prochain Livre Paris qui rassemble plus de 33 000 professionnels, et qui organise un débat ayant pour thème « Publie-­t-­on trop de livres en France ? La surproduction éditoriale en question.
 », avec Bruno Caillet, Marie Sellier (SGDL), Stéphane Marsan (Bragelonne) et Grégory Sapojnikoff (librairie Le Bonheur à Montrouge), le 18 mars à 9 h sur le stand du Centre national du livre.

  • "Gilets jaunes" et ventes de livres pour Noël

    Magasins barricadés, moyens de livraisons bloqués, les manifestations sociales dites des « gilets jaunes » ne pouvaient pas plus mal tomber à quelques jours des fêtes de fin d’année, période privilégiée d’achats de cadeaux et… de livres.

    « Les Gilets jaunes ont-ils vraiment un impact sur les ventes de livres ? » s’interroge le site Actualitté qui constate cependant que les situations sont beaucoup plus complexes et contrastées selon les régions.

    Livres Hebdo lui aussi consacre un grand article aux conséquences des événements et détaille les baisses d’activités : « l'institut GFK annonce des ventes (en volume) en recul de 9,5% pour la semaine 46 (du 12 au 18 novembre intégrant le premier samedi de mobilisation), de 8,4% pour la semaine 47 (du 19 au 25 novembre) et de 3,2% pour la semaine 48 (du 26 novembre au 2 décembre). »

    Même constat pour Le Figaro qui écrit « Le monde de l'édition fait grise mine. Les éditeurs pensent ne pas pouvoir rattraper les ventes perdues d'ici à la fin de l'année. Xavier Moni président du syndicat de la libraire française (SLF) anticipe que l'année 2018 sera négative. Ce sera la troisième année de suite dans le rouge, ce qui est rare pour un marché de l'édition qui résiste plutôt bien. »

    La crise des "gilets jaunes" est une "catastrophe" pour l'économie a déclaré Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, et Europe 1 indique que la Fédération du commerce et de la distribution, estime les pertes à 20-25%, tout en notant que le quatrième samedi noir consécutif va faire basculer la facture largement au-delà du milliard d'euros de chiffres d'affaires perdu. »

    On pourrait penser cette situation en ligne favorise les ventes en lignes, or les blocages perturbent aussi bien l’approvisionnement que les livraisons à domicile. Actualitté note à ce sujet : « Amazon, pourrait toutefois ne pas sortir indemne non plus des mobilisations. À Bouc-Bel-Air, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, des Gilets jaunes sont ainsi venus prêter main-forte à des salariés de la multinationale en grève pour dénoncer les conditions de travail, en pointant du doigt les avantages fiscaux dont elle bénéficie. »

    Paradoxe de cette situation, celle-ci suscitera certainement plus tard nombre de livres d’analyses et de témoignages qui alimenteront l'activité des éditeurs et des libraires. Comme ce fut le cas cette année avec abondance d’ouvrages commémorant les 50 ans des événements de… Mai 1968.

    Joncour Gilets jaunes.png

    Photo : Serge Joncour photo diffusée sur son compte Twitter (vient de publier Chien-loup, Flammarion).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu