Avertir le modérateur

virginie despentes

  • Les livres d'hier, de l'été, et de l'automne

    Le site Babelio (qui appartient au Figaro) nous dévoile « Les livres les plus attendus de la rentrée littéraire de septembre 2019 ». Dans la liste figure l’incontournable Amélie Nothomb avec un roman intitulé Soif (Albin Michel), mais également La Mer à l’envers de Marie Darrieussecq (P.O.L.), le 6ème tome de la saga Millenium, La fille qui devait mourir de David Lagercrantz à paraître fin août chez Actes sud, Ce qu'elles disent de Miriam Toews (Buchet-Chastel),ou Une joie féroce de Sorj Chalandon (Grasset). Au total plus de 44 livres qui « vont faire l’actualité de l’automne ».

    J. D. Salinger, Marguerite Yourcenar, Marcel Pagnol, Truman Capote, Gabriel Garcia Marquez, Umberto Eco, Milan Kundera, Daniel Pennac, Toni Morrison, Michel Houellebecq, Philip Roth, Annie Ernaux, Simenon, Pablo Neruda, Albert Camus, Amélie Nothomb, David Lagercrantz, Millenium, Babelio, Le Figaro, Nicolas Sarkozy, Le Point, France Info, Passions, éditions de l'Observatoire, Actes sud, P.O.L., Albin Michel, Simone de Beauvoir, Boris Vian, John le Carré, Virginie Despentes,

    De son côté Le Monde a publié son classement des 100 romans qui ont "le plus enthousiasmé " ses critiques depuis sa création » (article réservé aux abonnés sur le site mais publié en supplément papier le 22 juin) J. D. Salinger, Marguerite Yourcenar, Marcel Pagnol, Truman Capote, Gabriel Garcia Marquez, Umberto Eco, Milan Kundera, Daniel Pennac, Toni Morrison, Michel Houellebecq, Philip Roth, Annie Ernaux ,Virginie Despentes, figurent parmi les auteurs cités. Dans le texte de présentation Le Monde écrit : « Le démon de toute liste s’appelle arbitraire. Plutôt que de l’exorciser, mieux vaut le reconnaître d’emblée : chères lectrices, chers lecteurs, la liste que vous allez découvrir ne prétend pas dresser un palmarès objectif, ni un panorama représentatif de la littérature depuis 1944…» Livres hebdo qui commente cette publication précise « On note l'absence de grands auteurs policiers (Simenon, le Carré), de grands nom de la littérature étrangère (Neruda, Mo Yan, Murakami) voire de certains illustres français (Camus, de Beauvoir, Vian). »

    Couverture du magazine Le Point, bonnes feuilles en exclusivité, et important battage médiatique pour Passions le dernier livre de Nicolas Sarkozy que France Info résume par ce titre « Confessions et portraits saignants : Nicolas Sarkozy raconte trente ans de vie politique », et poursuit « Passions évite le côté pompeux ou compassé qui peut parfois caractériser ce genre de livre ou d’exercice. Il ne s'inscrit pas dans la catégorie des livres politiques dont on est abreuvé. Le ton y est libre et libéré, donc "ça balance". Les journaux se ruent déjà sur les anecdotes croustillantes qu’il contient, jugements sur les ennemis politiques, son divorce, les hommes qu’il admire, etc., etc.. Le livre a été imprimé à 200 000 exemplaires par les éditions de l’Observatoire, ce qui en fait déjà peut-être un des best-sellers de l’été 2019.

  • Michel Houellebecq, Philippe Lançon, et Gilets jaunes

    Le nouveau Houellebecq

    DuNDkByX4AAEF-Z.jpgL’événement de la « rentrée » littéraire en janvier 2019 sera sans aucun doute - parmi 493 les romans annoncés -, Sérotonine le nouveau livre de Michel Houellebecq. Un premier tirage de 230 000 exemplaires est prévu pour ce livre de 347 pages qui arrivera en librairie le 4 janvier 2018. Nombre de journalistes spécialisés ont déjà entre les mains le manuscrit mais l’éditeur, Flammarion, a demandé "très solennellement" aux médias de respecter un embargo jusqu’au 27 décembre.

    On se souvient que la sortie et la promotion de son précédent livre Soumission avait été occultée en janvier 2015 par l’attentat de Charlie Hebdo. Il s’en est malgré tout vendu à 800 000 exemplaires.

    Photo de la couverture publiée par Bernard Lehut (RTL) sur Twitter.

    Un nouveau prix pour Le lambeau

    On apprend dans Livres Hebdo qu’il existe un prix des prix littéraires et que celui-ci vient d’être attribué à Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard). Une distinction supplémentaire pour ce livre qui a déjà obtenu le prix Fémina, un prix spécial du Renaudot, et figurait dans nombre de sélections de prix littéraires, excepté celle du Goncourt. Le lambeau s’est vendu à 160 000 exemplaires.

    Le jury du Prix des Prix est présidé par Pierre Leroy et composé de Christine Albanel, Jérôme Béglé, Alexandre Bompard, Guillaume Cerutti, Marie-Laure Delorme, Nicolas Demorand, Marie Drucker, Pierre Lescure, Olivier Poivre d'Arvor, Bruno Racine, Alain Terzian.

    Gilets jaunes rien de nouveau (pour les livres)

    zoom-leurs-enfants-apres-eux.jpgTélérama a recensé dix livres « romans annonciateurs de la crise » des « Gilets jaunes ». L’hebdomadaire explique : « Ecrivains et écrivaines se sont attelé et s’attachent encore à observer les mécanismes de la violence sociale, à sonder le malaise des territoires français, à exprimer la colère et la détresse de leur population et à imaginer l’issue souvent tragique qu’elles pourraient trouver. » Parmi ces « lanceurs d’alerte » littéraires on trouve Nicolas Mathieu avec Leurs enfants après eux (Actes Sud) prix Goncourt 2018, François Bégaudeau et son livre En guerre (collection Verticales Gallimard), et Virginie Despentes auteure de la trilogie Vernon Subutex (disponible en coffret au Livre de Poche).

    2505244f81070644a7d9857e2e53e314.jpgSubutex Poche.png

  • Le temps des écrivains : Virginie Despentes, Jean-Marie Laclavetine, Laetitia Colombani

    C’est l’été et l’actualité vit au ralenti, ce qui laisse un peu de place dans les médias pour s’intéresser aux écrivains.

    Virginie Despentes nous fait visiter Lyon

    Despentes 3.pngAuteure à succès, le troisième tome de Vernon Subutex (Grasset) vient de paraître, Virginie Despentes raconte à Bernard Lehut sur RTL les quelques années vécues à Lyon. Le quotidien Le Progrès, (qui publiera dans son édition du dimanche 30 juillet un grand entretien avec elle), la cite : « « Oui, je dirais que j’ai vraiment été heureuse à Lyon, j’ai vraiment été triste en la quittant… J’aime toujours autant cette ville, c’est comme Barcelone, c’est un endroit où on arrive et au bout de deux minutes, je la reconnais et je l’aime », explique-t-elle notamment. La romancière a d’ailleurs pris son pseudonyme en « hommage » aux pentes de la Croix-Rousse qu’elle a habitées. « À Barcelone, j’ai vécu en haut d’une colline. À Paris, j’habite à Belleville, ça me plaît de vivre en hauteur dans les villes. »

    Jean-Marie Laclavetine nous parle de la Touraine

    Laclavetine.pngLa nouvelle République ouvre sa série estivale Plumes d’ici avec l’auteur et éditeur Jean-Marie Laclavetine : « La Touraine, qu'il connaît déjà bien après une enfance passée sur les rives de la Garonne, lui convient. « La présence de la Loire m'importait beaucoup. J'aimais ce fleuve, ses paysages et son histoire. Il y a une douceur dans ces paysages et ces populations. Ici, les gens ne sont pas marqués par une nature hostile et n'ont pas développé un sentiment national particulier. Au contraire, ils ont vu passer et repasser des puissants avec une ironie goguenarde. » Les lieux ont-ils inspiré le romancier au fil des années ? « Les lieux, non, plutôt une atmosphère, une façon d'être, une sorte de présence au monde particulière. » Et Jean-Marie Laclavetine d'évoquer encore « une bienveillance de la nature propice à la réflexion et au bien-être. Je ne suis pas sûr que l'écriture a grand-chose à voir avec l'espace. Plutôt avec le temps, l'enfance, le parcours de vie. »

    Le succès de Laetitia Colombani

    Capture d’écran 2017-07-24 à 12.21.14.pngPas de ville ou de région spécifique pour Laetitia Colombani invitée sur Europe 1 à parler de son premier roman La tresse (Grasset) déjà vendu à plus de 200 000 exemplaires, et qui sera édité dans une trentaine de pays : « Ce succès, la romancière ne "l'explique pas", tout simplement. "C'est une grande et belle surprise que je savoure. J'écris depuis longtemps parce que je travaille pour le cinéma, en tant que scénariste, mais je n'avais jamais écrit sous forme romanesque." Quand Laetitia Colombani s'y met, elle raconte l'histoire, en chapitres courts, de trois femmes sur trois continents avec conditions sociales et religions différentes mais avec une soif de liberté pour dénominateur commun. "J'avais envie de raconter la vie des femmes dans différentes parties du monde, de parler des combats, des espoirs, des difficultés et, à travers elle, parler de trois sociétés qui traitent différemment les femmes.»

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu