Avertir le modérateur

vincent van gogh

  • Frédéric Pajak, écrivain, dessinateur, et éditeur

    Sur Frédéric Pajak, Christophe Gallaz a écrit sur son blog : « Ces travaux, qui paraissent disparates, sont en réalité soumis au principe cardinal d'une démarche artistique intime. Frédéric Pajak cherche l'introuvable en parfaite conscience de l'insuccès qui frappera cet effort. Il incarne d'ailleurs cette fatalité de toute sa personne. Même appuyé sur des travaux de documentation acharnés qui lui donnent à connaître en détail les figures de Luther, de Pavese, de Joyce ou de Nietzsche, il réserve d'instinct une part de son intelligence aux stratégies du flottement qui capte avec bonheur ou reste bredouille. »

    Frédéric Pajak est un écrivain complexe, prolifique et un dessinateur passionné de dessin, un intérêt qu’il manifeste en éditant de très beaux livres et en organisant des expositions comme celle présentée en 2015 à la Halle St Pierre à Paris et qui attira des milliers de visiteurs.

    Comme auteur il vient de publier le cinquième tome de son « Manifeste incertain » (Les Éditions Noir sur blanc), dans lequel il retrace « Errance existentielle, errance artistique » du peintre Vincent Van Gogh.

    A propos du tome 3 qui a obtenu en 2013, le prix Médicis Essai, Télérama écrivait : « On ne sait pas précisément, l'auteur lui-même ne peut l'affirmer avec certitude, combien de volumes comptera ce Manifeste incertain, dont la publication a commencé il y a deux ans. C'est sans doute l'une des caractéristiques de l'écrivain et dessinateur Frédéric Pajak que de n'en avoir jamais terminé. Avec quoi ? Avec rien. Ni avec son autobiographie, dont ses ouvrages, rêveurs, ironiques et anxieux, offrent tous des fragments obsédants, flagrants ou discrets, écrits ou dessinés. Ni avec ces conversations dans lesquelles il est ­engagé, depuis longtemps, avec un certain nombre d'écrivains – citons Nietzsche, Pavese, Robert Walser, Apollinaire, Martin Luther, Joyce... –, qui lui sont comme des intercesseurs, des frères en humanité dont les vies et les œuvres constituent un support à sa méditation sur ce « métier de vivre » admirablement énoncé par Cesare Pavese. »

    Chaque ouvrage est illustré par des dessins de l’auteur.

    En tant qu’éditeur Frédéric Pajak est aussi un découvreur de talents et le créateur d’une maison d’édition spécifiquement dédiée au graphisme Les Cahiers dessinés. A son catalogue on trouve pêle-mêle les signatures de Chaval, Martial Leiter, Marcel Bascoulard, Cardon, Pierre Alechinsky, Gébé, Hervé Di Rosa, Mix & Remix, Bosc, Anna Sommer.

    Longtemps nichée au sein des éditions Buchet-Chastel maison racheté en 2001 par Vera et Jan Michalski, Les Cahiers dessinés sont désormais autonomes. Ils viennent de publier « Topor – Voyageur du livre », « Tomi Ungerer – Pensées secrètes » et « Laplace – Sauf erreur », et participeront à la grande exposition consacrée à Roland Topor que présentera la BnF en 2017.

    Les Cahiers dessinés seront également présents dans le cadre du prochain festival de la bande dessinée d’Angoulême.

    Frédéric Pajak était un des invités de La Grande librairie diffusée le 19 janvier 2017.

    Frédéric Pajak, La Grande librarie, Roland Topor, Les Cahiers dessinés,  Chaval, Martial Leiter, Marcel Bascoulard, Cardon, Pierre Alechinsky, Gébé, Hervé Di Rosa, Mix & Remix, Bosc, Nietzsche, Pavese, Robert Walser, Apollinaire, Vincent Van Gogh, Télérama, édition Noir sur blancMartin Luther, JoyceAnna Sommer, Laplace, Tomi Ungerer,  Buchet-Chastel

  • Faux dessins de Van Gogh et vrai livre

    Joli coup d’édition du Seuil, mais polémique à la clé, avec la parution du livre Le brouillard d’Arles censé publier des dessins d’un « carnet retrouvé » du peintre Vincent Van Gogh ( 1853-1890 ).

    15032089_10205803586047181_2741033442847181747_n.jpgAvant même sa présentation Le Figaro s’interrogeait : « Ce recueil de 288 pages qui, selon les éditions du Seuil, contient « un nombre significatif de dessins, plus qu'une dizaine », est signé et donc validé par l'une des meilleures spécialistes de l'œuvre du peintre hollandais, la Canadienne Bogomila Welsh-Ovcharov, une des commissaires de l'exposition Van Gogh à Paris, mise en lumière en 1988 au Musée d'Orsay. Cela suffit-il à en garantir totalement le caractère authentique ? »

    Une interrogation relayée par Le Monde qui explique que l’authenticité des dessins est contestée par le Musée Van Gogh d’Amsterdam : « Selon le musée, leurs experts ont avancé leur conclusion « sur la base d’années de recherches sur les dessins de Van Gogh dans la collection du musée et à d’autres endroits ». « Les experts ont examiné le style, la technique et l’iconographie et, parmi leurs conclusions, [sont arrivés à] celles-ci : ces images contiennent des erreurs topographiques distinctes et leur auteur s’est fondé sur des dessins décolorés de Van Gogh », a affirmé le musée, où se trouve la plus large collection d’œuvres du célèbre peintre néerlandais. »

    De son côté l’éditeur Bernard Comment a déclaré à l’AFP : « Ces dessins forment un ensemble très impressionnant, leur authenticité est bien établie par un faisceau d'indices et de recoupements : on ne s'est pas engagé à la légère dans ce projet. Il y a eu un véritable travail scientifique pour attester que c'était bien un carnet utilisé par Van Gogh ».

    vincent van gogh,bernard comment,bogomila welsh-ovcharov,seuilLe Figaro rappelle également que « Van Gogh est considéré comme l'un des plus grands artistes de tous les temps. Ses toiles, exposées dans les plus grands musées, comptent parmi les plus recherchées. Un Portrait du Dr Gachet (1890) a atteint 82,5 millions de dollars lors d'une vente Christie's à New York en 1990. En mai 2015, une autre de ses toiles, L'allée des Alyscamps a été adjugée pour 66 millions de dollars lors d'une autre vente aux enchères à New York. »

    Il ne reste plus qu’à souhaiter au propriétaire (privé) du carnet et à l’éditeur le même succès.

    Petite précision supplémentaire préventive de Télérama qui consacre sa couverture au livre : « Quoi qu'il en soit, si le très beau portrait de Joseph Ginoux faisant la couverture de Télérama est un faux, si l'intensité de ce regard, la qualité du trait, la torsion de la ligne sont d'une autre main que celle de Vincent Van Gogh, alors ce faussaire possède un talent vraiment exceptionnel.»

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu