Avertir le modérateur

vincent montagne

  • Amazon, des bibliothèques gratuites, et un musée de l'imprimerie

    Amazon au salon Livre Paris

    La présence du stand Amazon lors du dernier salon Livres Paris suscite des réactions. Le site spécialisé Actualitté.com en fait état et publie la lettre de Christian Thorel, de la librairie Ombres blanches à Toulouse, document qu’il a envoyé au président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne. Extrait : (…) « vous avez installé une entité qui compromet les relations entre auteurs et éditeurs en faisant la promotion de l’auto-édition, reléguant ainsi l’action des éditeurs à l’exercice d’une autorité financière et intellectuelle dépassée. C’est un peu « se tirer une balle dans le pied », que de faire une place aussi spectaculaire à ce qui est l’exercice principal de la société Amazon, la prédation. Je lis donc cette présence comme une capitulation, comme une soumission à un ordre qui contrevient aux engagements conjugués de nos professions. Et à une histoire commune. Cela me semble constituer même un évènement qui met en question votre part d’héritage de l’histoire du Seuil. » (…)

    Bibliothèques gratuites à Grenoble

    Les prêts de livres gratuits dans les bibliothèques de Grenoble ce sera possible dès juillet 2019. Cette décision est menée dans le cadre du plan lecture 2018-2025. « Les bibliothèques sont des lieux de proximité sociale, un service public de base de la société démocratique (…), des lieux collectifs qui ne sont pas dans une logique de consommation, mais qui forgent l’esprit critique », a déclaré Eric Piolle, maire de la ville. Commentant cette nouvelle le site Place Gre’Net précise : « Le passage à la gratuité est, du reste, sans grandes conséquences financières sur le fonctionnement du réseau. De l’ordre de 180 000 euros, les recettes des abonnements aux bibliothèques pèsent seulement 2,5 % du budget total, qui s’élève à 8,5 millions d’euros. Les deux tiers des abonnés (les moins de 26 ans et les personnes relevant des minima sociaux) bénéficient en effet déjà de la gratuité des prêts. »

    Christian Thorel, Vincent Montagne, Place Gre'Net, Eric Piolle, bibiothèques Grenoble, Atelier-Musée de l'imprimerie Malherbes, Jean-Paul Maury, Jean-Marc Providence, Marc Jampolsky Groupe Maury, Livre Paris, Actualitte.com,

    Un musée de l’imprimerie

    Le livre papier résiste vaillamment au numérique et il a une très longue histoire liée aux métiers de l’imprimerie. Le 29 mars 2019, la Compagnie des chefs de fabrication des industries graphiques et de la communication (CCFI) organise une journée de visite à l’Atelier-musée de l’imprimerie, ouvert en septembre 2018 à Malesherbes, à proximité du siège du groupe Maury, un des plus importants imprimeurs de livre en France. La visite du« plus grand musée de l’imprimerie en Europe », avec Plus de 5000 m2 d’exposition, est accompagnée par Jean-Paul Maury et Jean-Marc Providence, directeur du musée. A 14h 30, projection et conférence autour du film « Gutenberg, l’aventure de l’imprimerie » de Marc Jampolsky.

    L’aller-retour en bus depuis Paris, place d’Italie est gratuit pour les étudiants et les enseignants accompagnants. Une participation est demandée pour les autres visiteurs : 30 euros pour les adhérents de la CCFI, et 50 euros pour les non-adhérents. Repas sur place compris.

    Contact : Jean-Marc Lebreton jmaleb.lebreton@gmail.com  (source Livres Hebdo).

  • Le livre n'est pas un produit comme les autres

    A quelques jours de l’ouverture du salon annuel Livre Paris – du15 au 18 mars 2019 - se pose la question de l’état actuel du monde de l’édition.

    Livre Paris 2019, Livres Hebdo, France Info, Vincent Monadé, Xavier Moni, Bruno Caillet, Marie Sellier (SGDL), Stéphane Marsan (Bragelonne), Grégory Sapojnikoff, Vincent Montagne, Anne­-Laure Walter, Fabrice Piault

    Surproduction, méventes, restructurations, sont les problèmes actuels que doivent résoudre les éditeurs. Livres Hebdo y consacre même un dossier titré « La production en 2018 : toujours les hautes eaux ». Les auteurs, Anne­-Laure Walter et Fabrice Piault, écrivent en introduction : « Alors que la production de livres s'est stabilisée depuis quatre ans, l'impression de surproduction croît en raison de la dégradation des ventes. Une inquiétude qui traverse le monde du livre, à la recherche de solutions. »

    Beaucoup plus direct France Info annonce une : « Forte baisse des ventes de livres en France en 2018 » et écrit « Les ventes de livres ont reculé de 1,7% l'an dernier par rapport à l'année précédente. L'année 2018 a été plombée par un très mauvais second semestre, analyse Livres Hebdo. Comparé au commerce, qui ne recule que de 0,2% en 2018, le livre est à la traîne. Si l'on excepte 2015 et 2016, le marché n'a cessé d'être en baisse depuis 2010. »

    Autre signe inquiétant, plusieurs déclarations de responsables de l’édition : Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), pour qui "l'année 2018 ne restera pas comme un grand millésime pour le livre", et celle de Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition (SNE), qui parle de 2018 comme « une année en demi-teinte », et enfin celle de Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française mettant en cause « la surproduction [qui] n'est pas un indice de bonne santé de la diversité mais, au contraire, ce qui l'étouffe ».

    Le dossier de Livres Hebdo détaille les chiffres de vente secteurs par secteurs et la production des éditeurs (4 534 éditeurs ayant publié au moins un titre dans l'année) constatant que « les éditeurs affichant une production annuelle supérieure à 200 nouveautés et nouvelles éditions sont, globalement, ceux qui ont fait en 2018 le plus d'efforts pour modérer ou restreindre le nombre de leurs titres. »

    Peut-être en saurons-nous un peu plus lors du prochain Livre Paris qui rassemble plus de 33 000 professionnels, et qui organise un débat ayant pour thème « Publie-­t-­on trop de livres en France ? La surproduction éditoriale en question.
 », avec Bruno Caillet, Marie Sellier (SGDL), Stéphane Marsan (Bragelonne) et Grégory Sapojnikoff (librairie Le Bonheur à Montrouge), le 18 mars à 9 h sur le stand du Centre national du livre.

  • Le livre à quel prix ?

    Les livres sont-ils trop chers ? Quelle est la valeur d’un livre ? Que gagne un auteur sur la vente de son livre ? Les livres numériques à quel prix ? Combien coûte un livre neuf ou d’occasion sur Internet ? Quelques réponses autour du prix d’un livre :

    « Beaucoup de gens écrivent, mais il n'y a que 3000 auteurs qui touchent plus de 7500 € par an, en France. Bien sûr, on citera toujours les 100 auteurs qui gagnent très bien leur vie, mais en réalité, être auteur, c'est très important. Parce que c'est un accomplissement, mais ce n'est pas, souvent, un métier à temps plein. C'est quelque chose que l'on fait en parallèle à un autre métier, ou on est enseignant, chercheur, ou écrivain avec l'espérance d'un prix, parce que c'est les grands prix qui permettent de faire exploser les compteurs, si j'ose dire.», Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition et PDG de Média Participations, « L'interview éco », diffusé sur France Info (source Actualitté)

    Lu dans Le Huffington Post « Dans cette librairie espagnole, le client choisit le prix de ses livres ». Début de l’article : « Prenez autant de livres que vous le souhaitez et payez le prix que vous voulez. C’est vous qui choisissez. Voici la philosophie - sans arnaque ni trucage - de Tuuu Librería, la branche la plus culturelle de l’ONG Yooou. Dans sa boutique de la rue Covarrubias, à Madrid, les livres ont de la valeur, mais pas de prix, et chaque euro déboursé sert à financer des projets de promotion de la lecture en Espagne et en Amérique latine. “Ce que nous voulons c’est que chaque citoyen nous donne ce qu’il veut ou ce qu’il peut, qu’il pense à la valeur des livres et ce que nous pouvons en faire, en toute liberté”, indique Carmen Chato, responsable du projet. »

    Augustin Trapenard, s’interroge dans Le and journal de Canal + « Combien touche un auteur par livre vendu ? » Réponse en video :

    Trapenard.jpg


    L’avis d’une auditrice de France Inter et la réponse du président directeur général du groupe Hachette Livre : « Soyez sympa, achetez des livres », répondra Arnaud Nourry, à cette auditrice qui, à l'antenne, revendiquera non sans audace qu'elle a choisi de pirater des livres numériques, plutôt que de les acheter. Trop chers, estime-t-elle, et ne reflétant pas le véritable coût de ce qu'est la dématérialisation des œuvres. »

    Enfin, les reproches du Syndicat de la Librairie Française détaillés par le site Next Inpact : « quand vous allez sur des marketplaces, il y a un mélange des genres entre l’occasion et le neuf. Des livres neufs sont proposés avec des réductions parfois de 25 %. S’ils sont neufs, c’est illégal. S’ils sont d’occasion, il y a quasiment une tromperie pour le consommateur, préjudiciable, car on lui inculque l’idée qu’il peut obtenir des livres neufs à un prix très inférieur à celui trouvé normalement ». Pour le SLF, « nous ne sommes pas contre les marketplaces ni les ventes d’occasion, nous voulons simplement de la transparence. Dans l’univers physique, quand vous allez dans les librairies Gibert par exemple, on sait ce qu’on achète, entre ce qui est d’occasion et ce qui est neuf. Sur Internet, et notamment Amazon, on dilue trop souvent la perception du prix unique. »


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu