Avertir le modérateur

valérie manteau

  • Attentats, des livres pour exprimer l’indicible

    Les attentats du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, du 13 novembre 2015 à Paris et du 14 juillet 2017 à Nice, ont marqué durablement la société française. Trois ans après des rescapés témoignent encore de ces moments terribles.

    On le sait Le lambeau de Philippe Lançon, prix Femina 2018, raconte la longue reconstruction physique du chroniqueur littéraire de Charlie qui s’il a échappé aux balles des frères Kouachi a été grièvement blessé lors du massacre perpétré à la rédaction du journal satirique. En 2016, trois autres journalistes de l’hebdomadaire avaient eux aussi évoqué leur mal-être, Luz Catharsis (Futuropolis), Catherine Meurisse La légèreté (Dargaud), et Valérie Manteau Calme et tranquille (Le Tripode).

    Luz publie cette année Indélébiles (Futuropolis), somme des bons moments passés à la rédaction de Charlie avant l’attentat, et Valérie Manteau dans Le sillon (Le Tripode), prix Renaudot 2018, établit un parallèle entre Charlie Hebdo et Hrant Dink journaliste turco-arménien assassiné en 2007 devant son journal.

    loïc malnati,luz,valérie manteau,catherine meurisse,hrant dink,philippe lançon,catherine bertrand

    Catherine Bertrand (pseudonyme), 37 ans, a elle choisit de raconter son état de stress-post traumatique après l’assaut du Bataclan (morts) où elle était présente. Elle a tenu un journal intime dessiné qu’elle a publié en autoédition sous le titre « Chroniques d’une survivante », et vendu à 500 exemplaires. France Inter explique « Catherine, archiviste photo de formation, n’est pas dessinatrice professionnelle. « J’ai commencé à griffonner un mois après les attentats car cela me permettait d’exprimer des choses, ça me soignait, confie-t-elle. Au départ, c’était comme un journal intime, mais mes amis rescapés de l’association Life for Paris m’ont demandé de continuer : ils percevaient le pouvoir pédagogique de ces dessins pour expliquer ce qu’ils traversaient à leur entourage. » L’album est désormais publié par les éditions de La Martinière.

    Paris, mais Nice aussi a été durement frappé par les terroristes le 14 juillet 2017. Loïc Malnati, artiste tatoueur publie premier tome de ses Contes mécaniques (éditions Paquet), « Une série sur l’univers Steampunk (un courant nostalgique en lien avec la révolution industrielle) qu’il a choisi d’entamer en évoquant l’attentat de la promenade des Anglais. Sans jamais le nommer. » (...) « Silence..., le titre de sa BD, « c’est aussi bien pour la minute de silence que pour cet instant de sidération lorsque quelque chose comme ça se produit » rajoute 20 minutes.

    loïc malnati,luz,valérie manteau,catherine meurisse,hrant dink,philippe lançon,catherine bertrand

  • Le Sillon, prix Renaudot 2018

    Le sillon.png

    « Le Goncourt pour Nicolas Mathieu, et un Renaudot surprise ! » titre Le Parisien. Pas tout à fait inattendu puisque Le Sillon de Valérie Manteau, figurait déjà dans la première pré-sélection du Renaudot avant d’en disparaître mystérieusement.

    Récompense « surprise » mais très bon accueil pour ce livre dans la presse et les médias. Comme le rappelait ce blog l'autrice a eu les honneurs d’un passage dans La Grande Librairie au côté de Salman Rushdie, et d’articles élogieux dans Le Monde des livres, Télérama, Les Inrocks, Libération, et Le Devoir au Canada.

    Dans une vidéo réalisée pour la librairie Mollat, Frédéric Martin patron de la maison d’édition Le Tripode raconte comment pour sa rentrée littéraire 2018 il a fait l’impasse sur trois autres titres prévus, dont un inédit d’Alexandra David-Néel, pour que toute l’attention des libraires et journalistes se porte sur Le Sillon.

    Le Sillon est le second roman de Valérie Manteau, le premier Calme et tranquille, a lui aussi été publié par Le Tripode en 2016. Le site On la lu écrivait à son sujet : « Il va se dire et s’écrire beaucoup de belles choses sur ce livre : que les libraires se sont enthousiasmés logiquement pour ce nouvel ovni du Tripode, également éditeur de Sigolène Vinson qui a côtoyé Valérie Manteau à Charlie-Hebdo ; qu’Annie Ernaux a été plus qu’émue par cette prose intimiste ; que ce texte qui se joue des registres (ni tout à fait fiction, récit ou essai) a été réimprimé sitôt paru. Il va peut-être aussi se trouver des esprits chagrins pour s’agacer de la multiplication de témoignages d’après-attentat(s), pointant qui la légitimité d’écriture de l’auteure, qui son implication passée au sein d’une rédaction - et de proches - en souffrance », mais, conclut l’autrice de l’article Christine Sallès : « A tous, il n’est qu’une ligne de conduite qui vaille : lisez ce texte. Il serait surprenant que vous n’en sortiez pas profondément bouleversé, sincèrement ému. » Un conseil de lecture que l’on peut réitérer pour Le Sillon.

    Les jurés du prix Renaudot ont également attribué un « prix spécial » à Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard), qui a déjà remporté le prix Femina mais qui avait été éliminé de la liste du prix Goncourt.

    « Ecrire ça alimente la peur, je me fais peur, mais je ne peux pas m’en empêcher », Valérie Manteau, extrait de l’émission Par les temps qui courent sur France Culture.

  • Dernière ligne droite pour les prix littéraires

    Dans quelques jours seront proclamés les résultats des prix littéraires, le Prix de l’Académie française (25 octobre), le Femina (5 novembre), le Médicis (6 novembre), le Goncourt, le Renaudot (7 novembre) et le prix Décembre (8 novembre) et l'Interallié (12 novembre).

    Si les listes ont varié depuis les pré-sélections, certains titres restent en lice. C’est le cas de Le lambeau de Philippe Lançon, récit de sa reconstruction après l’attentat contre «Charlie Hebdo» où il a été grièvement blessé, qui est annoncé comme un des favoris de l’Interallié. Autres livres pour ce prix : Laurence Cossé, Nuit sur la neige (Gallimard), Paul Gréveillac, Maîtres et esclaves (Gallimard), Stéphane Hoffmann, Les belles ambitieuses (Albin Michel), Camille Pascal, L'été des quatre rois (Plon), Thomas B. Reverdy, L'hiver du mécontentement (Flammarion). Ejecté du prix Goncourt, Le lambeau a déjà obtenu le prix RomanNews « une récompense qui distingue une œuvre de fiction francophone s'inspirant de l'actualité et la traite comme un roman. »

    L’ultime sélection du prix Goncourt 2017 sera dévoilée le 30 octobre en attendant la liste comporte les titres suivants : Pauline Delabroy-Allard, Ça raconte Sarah (Editions de Minuit), David Diop, Frère d'âme (Seuil), Paul Greveillac, Maîtres et esclaves (Gallimard), Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux (Actes sud), Tobie Nathan, L'évangile selon Youri (Stock), Daniel Picouly, Quatre-vingt-dix secondes (Albin Michel), Thomas B. Reverdy, L'Hiver du mécontentement (Flammarion), François Vallejo, Hôtel Waldheim (Viviane Hamy).

    le-sillon.jpegPour le Renaudot, Le sillon de Valérie Manteau (Le Tripode), elle aussi ancienne de Charlie Hebdo, a disparu de la pré-sélection, malgré une série d’articles élogieux dans la presse, Le Monde des livres, Télérama, Les Inrocks, Libération, un passage à La grande librairie (France 5), et même au Canada où Le Devoir le qualifie de livre de « roman essentiel ». Restent présents dans la liste : Anton Benaber, La Grande idée (Gallimard), Adeline Dieudonné, La Vraie vie (L'Iconoclaste), David Diop, Frère d'âme (Seuil), Gilles Martin-Chauffier, L'Ere des suspects (Grasset), Stéphane Hoffmann, Les Belles ambitieuses (Albin Michel), Philippe Lançon, Le Lambeau, (Gallimard), Diane Mazloum, L'Âge d'or (JC Lattès), Pierre Notte, Quitter le rang des assassins (Gallimard), Vanessa Schneider, Tu t'appelais Maria Schneider (Grasset).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu