Avertir le modérateur

twitter

  • L'aventure du livre sur les réseaux sociaux

    On parle du livre dans les médias et les réseaux sociaux, quelques articles et images :

    Najeeb Michaeel.pngL’AFP et Le Point nous racontent l’histoire du père dominicain Najeeb Michaeel : « Il y a trois ans, il parvenait à sauver des trésors culturels promis au feu par les jihadistes. Aujourd'hui loin de Mossoul, le père Najeeb Michaeel forme des dizaines de déplacés irakiens à "protéger le patrimoine de l'Humanité" pour l'avenir. "Mon devoir est de sauver notre patrimoine, un trésor considérable. On ne peut pas sauver un arbre si on ne sauve pas ses racines, et un homme sans culture est un homme mort", explique-t-il à l'AFP dans un entretien téléphonique. En août 2014, alors que le groupe Etat islamique (EI) était aux portes de la ville chrétienne de Qaraqosh, à 30 km de Mossoul dans le nord de l'Irak, ce dominicain entassait manuscrits, livres du XVIe siècle et archives inédites, et prenait la route du Kurdistan voisin. » A lire ici.

    Autre aventure, celle relatée par le site de RTL : « 5.000 livres alignés sur les étagères d'un couloir où résonne de la musique classique. Dans les locaux de la municipalité d'Ankara en Turquie, une toute nouvelle bibliothèque a vu le jour il y a 8 mois. Sa particularité : elle n'est composée que d'ouvrages récupérés par les éboueurs, dans les poubelles du quartier d'affaires de Çankaya. "Nous faisons en sorte que les livres jetés à la poubelle, devenus sans valeur, la retrouvent en les rendant accessibles au public", explique Sema Keskaya, chargée des ressources humaines à la mairie d'Ankara. » A lire ici.

    D’autres images vues ici ou là :

    Biblio escalier.png

    For Reading Addicts / Facebook

    Esprit libre.png

    Esprits Libres / Facebook

    28575589_2070089319673739_4191791077442721261_n.jpg

    Citation Henri Loevenbruck / Twitter

  • Ecriture romancée et monde virtuel

    Bien des choses ont changées dans le domaine de l’écriture avec Internet et les réseaux sociaux. Non seulement les auteurs ont accès à une documentation universelle avec les moteurs de recherche mais ils peuvent aussi s’adresser directement à leurs lecteurs.

    On connait Twitter et ses messages calibrés permettant de donner une information ou de commenter l’actualité, aujourd’hui les écrivains semblent investir ce moyen d’expression pour raconter des histoires. Culturebox parle de « nouveau terrain de jeu » pour les écrivains : « Ces derniers mois, plusieurs auteurs ont choisi Twitter pour raconter de nouvelles histoires. Sur un enchaînement de textes de 140 caractères maximum, ils parviennent à captiver le public avec des histoires bourrées de suspense. Certains, en l'espace de quelques semaines, ont réussi à attirer des centaines de milliers d'abonnés séduits par leurs histoires mystérieuses. » Et l’auteure de l’article de citer l’enquête à suspens racontée cet été par le dessinateur espagnol Manuel Bartual suivie et commentée par 373 000 abonnés.

    Autre récit, celui de François Descraques, scénaristes de série qui a tenu en haleine plus de 400 000 Twittos et qui explique : « Pour '3ème Droite', je ne voulais pas jouer la carte du canular. Je ne voulais pas que les gens s'abonnent pour de mauvaises raisons et soient déçus après. J'ai donc joué la transparence en décrivant dans la bio que c'était une fiction. Mais même avec ça, je reçois des messages de gens qui demandent au personnage s'il est encore en vie. »

    Joann Sfar, Facebook, Twitter, François Descraques,Manuel Bartual,  L’aventure vécue par Joann Sfar est tout autre, et s’il s’est fait piéger et harceler en fréquentant les réseaux sociaux, il en a finalement tiré un roman, « Vous connaissez peut-être » (Albin Michel) qui tient tout autant de l’histoire d’amour – virtuelle ­­– que du documentaire sur ce milieu. Dans ces commentaires (JDD) Joann Sfar avoue : « On prétend que c'est virtuel. Pourtant, les réseaux sociaux, ce sont des mots réels, des heures dépensées pour de vrai. Parfois même des sons, lorsqu'on finit par se téléphoner. Les gens savent protéger leur maison, mais ne songent pas à faire de même avec leurs foyers virtuels. J'ai en permanence trois écrans ouverts chez moi : Skype, Facebook, sans compter mon téléphone portable où l'on peut me contacter en permanence par SMS. On peut vraiment suivre mon existence! Mais comme j'exerce un métier solitaire, cela me donne l'impression d'être entouré de gens. Le seul hic : je ne fais pas la différence entre le professionnel et le personnel, du coup, j'ai la même page Facebook pour les deux. C'est le cas de beaucoup d'auteurs. »

    Le roman de la vraie vie virtuelle.

  • Les écrivains sur Twitter

    S’exprimer en 140 signes, c’est la prouesse que réalisent 200 millions de personnes chaque jour dans le monde (2,3 millions en France). Normal que l’on retrouve parmi eux quelques écrivains.

    En 2013, Bernard Pivot a publié « Les tweets sont des chats » (Albin Michel). Dans le texte de présentation, il écrivait : « Quand je me suis intéressé aux réseaux sociaux, j’ai tout de suite eu envie d’aller sur Twitter... A chacun, il est possible de considérer Twitter comme une sorte de journal personnel intermittent, lié ou non à l’actualité. D’y écrire ce que bon lui semble. D’y pratiquer l exercice de la cogitation ou l’art de l’observation. D’y convoquer des souvenirs. D’y utiliser, bien sûr, l’humour, le calembour, la farce. Ou de s’y adonner à la philosophie. Bref c’est le cas de le dire, de twitter sérieux ou amusant, sans toutefois se prendre au sérieux, ni prendre ses abonnés pour des engourdis du cervelet. C’est ce que j’ai essayé de faire pendant un peu plus d’un an. »


    La même année, Télérama recensait une dizaine d’auteurs présents sur le réseau social et expliquait : « Les écrivains qui se plaignent d’être trop nombreux en librairie s’exilent parfois sur Twitter, où ils gazouillent avec plus ou moins de bonheur. Cent quarante signes, c’est court pour pondre un chef d’œuvre mais suffisant pour maintenir le contact ou balancer une vacherie. Certains se contentent de retweeter les éloges qu’ils reçoivent, d’autres expérimentent, redécouvrent le haïku, le vers libre et solitaire, et finissent par gagner de nouveaux lecteurs. »
    Salman Rushdie, Bret Easton Ellis, Joyce Carol Oates, Haruki Murakami (en Japonais et Anglais), Jay McInerney, François Bon, Régis Jauffret, Alain Veinstein, Clément Bénech, Jean Echenoz.

    Plus récemment le site My Little Book Club a détecté « Les 5 meilleurs comptes twitter d'écrivains » et nous engage à les suivre cet été. On y trouve à nouveau Bret Easton Ellis, Régis Jauffret, mais aussi Bernard Pivot, Pénélope Bagieu, et Tatiana de Rosnay.

    Ces listes ne sont bien évidemment pas exhaustives, et il suffit de rechercher sur Twitter le nom d’un auteur favori pour découvrir que lui aussi a des choses essentielles à nous faire savoir. 

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu