Avertir le modérateur

tomi ungerer

  • Frédéric Pajak, écrivain, dessinateur, et éditeur

    Sur Frédéric Pajak, Christophe Gallaz a écrit sur son blog : « Ces travaux, qui paraissent disparates, sont en réalité soumis au principe cardinal d'une démarche artistique intime. Frédéric Pajak cherche l'introuvable en parfaite conscience de l'insuccès qui frappera cet effort. Il incarne d'ailleurs cette fatalité de toute sa personne. Même appuyé sur des travaux de documentation acharnés qui lui donnent à connaître en détail les figures de Luther, de Pavese, de Joyce ou de Nietzsche, il réserve d'instinct une part de son intelligence aux stratégies du flottement qui capte avec bonheur ou reste bredouille. »

    Frédéric Pajak est un écrivain complexe, prolifique et un dessinateur passionné de dessin, un intérêt qu’il manifeste en éditant de très beaux livres et en organisant des expositions comme celle présentée en 2015 à la Halle St Pierre à Paris et qui attira des milliers de visiteurs.

    Comme auteur il vient de publier le cinquième tome de son « Manifeste incertain » (Les Éditions Noir sur blanc), dans lequel il retrace « Errance existentielle, errance artistique » du peintre Vincent Van Gogh.

    A propos du tome 3 qui a obtenu en 2013, le prix Médicis Essai, Télérama écrivait : « On ne sait pas précisément, l'auteur lui-même ne peut l'affirmer avec certitude, combien de volumes comptera ce Manifeste incertain, dont la publication a commencé il y a deux ans. C'est sans doute l'une des caractéristiques de l'écrivain et dessinateur Frédéric Pajak que de n'en avoir jamais terminé. Avec quoi ? Avec rien. Ni avec son autobiographie, dont ses ouvrages, rêveurs, ironiques et anxieux, offrent tous des fragments obsédants, flagrants ou discrets, écrits ou dessinés. Ni avec ces conversations dans lesquelles il est ­engagé, depuis longtemps, avec un certain nombre d'écrivains – citons Nietzsche, Pavese, Robert Walser, Apollinaire, Martin Luther, Joyce... –, qui lui sont comme des intercesseurs, des frères en humanité dont les vies et les œuvres constituent un support à sa méditation sur ce « métier de vivre » admirablement énoncé par Cesare Pavese. »

    Chaque ouvrage est illustré par des dessins de l’auteur.

    En tant qu’éditeur Frédéric Pajak est aussi un découvreur de talents et le créateur d’une maison d’édition spécifiquement dédiée au graphisme Les Cahiers dessinés. A son catalogue on trouve pêle-mêle les signatures de Chaval, Martial Leiter, Marcel Bascoulard, Cardon, Pierre Alechinsky, Gébé, Hervé Di Rosa, Mix & Remix, Bosc, Anna Sommer.

    Longtemps nichée au sein des éditions Buchet-Chastel maison racheté en 2001 par Vera et Jan Michalski, Les Cahiers dessinés sont désormais autonomes. Ils viennent de publier « Topor – Voyageur du livre », « Tomi Ungerer – Pensées secrètes » et « Laplace – Sauf erreur », et participeront à la grande exposition consacrée à Roland Topor que présentera la BnF en 2017.

    Les Cahiers dessinés seront également présents dans le cadre du prochain festival de la bande dessinée d’Angoulême.

    Frédéric Pajak était un des invités de La Grande librairie diffusée le 19 janvier 2017.

    Frédéric Pajak, La Grande librarie, Roland Topor, Les Cahiers dessinés,  Chaval, Martial Leiter, Marcel Bascoulard, Cardon, Pierre Alechinsky, Gébé, Hervé Di Rosa, Mix & Remix, Bosc, Nietzsche, Pavese, Robert Walser, Apollinaire, Vincent Van Gogh, Télérama, édition Noir sur blancMartin Luther, JoyceAnna Sommer, Laplace, Tomi Ungerer,  Buchet-Chastel

  • La vie du livre vue sur Facebook

    Des livres dans une banque

    Une bibliothèque étonnante dont l’histoire nous est détaillée sur par le site de la Rebuild fondation (en anglais). Une ancienne banque construite en 1923 à Chicago, fermée dans les années 1980, et qui en octobre 2015 a réouvert ses portes pour devenir un centre communautaire (The Stony Island Arts Bank) qui abrite aussi bien une galerie, des archives de médias, ou une bibliothèque.

    063858_TomHarris_006.jpg

    Des livres dans des boîtes

    Les boîtes à livres essaiment à travers le monde le journal Le Vif en recense quelques-unes

    En Belgique et explique : « On les appelle boîtes à livres, micro-bibliothèques ou bookboxes. Ces petites étagères, vivier de lecture sont de plus en plus nombreuses dans les rues belges. L'idée: dans une boîte prévue à cet effet, y déposer un livre et en prendre un autre. Une démarche gratuite qui prend de l'ampleur. »

    Boites livres.png

    A Lyon aussi

    Lyon Côté Croix Rousse « créateur de vie de quartier», nous informe que Troc Book, une « Nouvelle boîte à livres a été installée à la Croix-Rousse, fruit d’une collaboration de plusieurs entrepreneurs !! Place Georges Mattelon – rue Richan. Plusieurs livres y sont déjà à votre disposition, n’hésitez à venir les consulter ou à faire des échanges !! »

    Troclivres.png

    Des livres qui font sourire

    Choisir les livres, les référencer, les classer, accueillir les lecteurs, le métier de bibliothécaire n’est pas de tout repos et s’autorise parfois quelques facéties, involontaires ou pas.

    Ungerer biblio.png

  • Le père Noël apporte chaque année des livres aux enfants

    Du 27 novembre au 2 décembre le Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis ouvrira ses portes à Montreuil-sous-Bois dans la banlieue parisienne. Un rendez-vous annuel qui, en 2013, s’intéresse aux héros et héroïnes récurrents de cette littérature, à Bruno Heitz, à l’Afrique du Sud ou encore à Grégoire Solotareff. Pas facile pourtant d’affirmer une œuvre dans ce secteur de l’édition lui aussi malmené par la crise, mais paradoxalement en pleine vitalité. Quelques auteurs y réussissent à l’instar des Pef, Quentin Blake, Claude Ponti, Serge Bloch ou Soledad, pour le plus grand plaisir des enfants et... des parents. C’est le cas de Voutch, d'André Bouchard et de Tomi Ungerer.

    pourquooaa.jpgLes adultes connaissent les dessins de Voutch dans Psychologie, ou Madame Figaro, les plus jeunes adorent ses albums pour enfants avec ses histoires insolites et ses images très colorées : « La planète bizarre », « Pourquôôââ » (collection Tête de lard), « La petite grenouille qui avait mal aux oreilles », « Le roi de la grande  savane ». La plupart sont publiés aux éditions Thierry Magnier ou Circonflexe.

    Autre dessinateur d’humour dont on peut voir les dessins dans Le Point, André Bouchard signe en les-lions-ne-mangent-pas-de-croquettes.jpg2013 deux nouveaux albums « L’abominable sac à main » (Seuil Jeunesse), et « Avant, quand il n’y avait pas école », sur des textes de Vincent Malone, créatif multiforme avec qui il avait déjà publié « Quand papa était petit, y avait des dinosaures (Seuil jeunesse, 2003). André Bouchard est également l’auteur de « Beurk ! » (2004) et en 2012 de « Les lions ne mangent pas de croquettes » parus au Seuil Jeunesse.

    Jean_de_La_Lune01.jpgTomi Ungerer, 82 ans, ne dessine plus pour les enfants, mais ses livres imaginés dans les années 1960-1970, sont régulièrement réédités. Plusieurs générations se sont partagées le plaisir de lire « Les trois brigands » (L’école des loisirs), « Jean de la lune », « Allumette », « Le géant de Zeralda », ou « Le chapeau volant ». Si dans ce domaine le grand format est plus valorisant pour les images, nombre des titres de Tomi Ungerer sont aussi disponibles en poche. Le talent de cet alsacien d’origine, reconnu dans le monde entier, a mis un peu plus de temps à l’être en France, mais aujourd’hui, il a à Strasbourg – et de son vivant – un musée qui rend hommage l’ensemble de son œuvre.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu