Avertir le modérateur

romain kacew

  • Romain Emile Gary Ajar Kacew

    Romain Gary aurait eu 100 ans cette année et cet anniversaire donne lieu à de multiples rééditions et nouveautés concernant son œuvre.

    promesseaubeillu07_04.jpgLe site My Boox annonce la publication d’ « une superbe version illustrée par Joann Sfar de La Promesse de l’aube et indique que « Gallimard ne s’arrête pas en si bon chemin puisque la maison d’édition fait également paraître plusieurs autres ouvrages, dont La promesse de l'aube en Folio et en livre audio, un roman inédit, Le Vin des morts, des entretiens inédits de Romain Gary avec Jean Faucher, Le sens de ma vie, et Dans l'intimité de Jean Seberg, un livre de photos sur son épouse, suicidée en 1979, un an avant l’écrivain. » 

    France TV info résume la vie de ce grand écrivain dont Joann Sfar dit « Oui, Romain Gary a toujours été mon héros, et mon bouclier contre une certaine médiocrité ", rajoutant lors du Salon du livre « à une époque, Sartre a envoyé Gary au purgatoire de cette génération. Mais nous, aujourd'hui, on s'en fout. Une seule chose compte : Romain Gary, ça ne vieillit pas ! » : « Diplomate et romancier, de son vrai nom Roman Kacew, Romain Gary est né le 8 mai 1914 à Vilna (Vilnius). Elevé par sa mère qui place en lui de grandes espérances, il rejoint le général de Gaulle en 1940 à Londres, publie son premier roman sous son nom en 1945 ( Une éducation européenne) et quitte la diplomatie en 1960.

    Auteur d'une trentaine de romans, mais également de plusieurs scénarios et films, il est le seul à avoir reçu à deux reprises le Goncourt : en 1956 pour Les racines du ciel, sous son nom de plume habituel et, en 1975, sous le pseudonyme d'Emile Ajar, pour La vie devant soi. »

    Son dernier roman Les cerfs-volants sera publié un an avant son suicide en 1980.

    Le documentaire de Philippe Kohly « La double vie de Romain Gary » retrace dans le détail cette mystification médiatico-littéraire qui bluffa le petit monde de l’édition jusqu’au coup de tonnerre provoqué par la parution un an après la disparition de Romain Gary de Vie et mort d’Emile Ajar (Gallimard).

    Un court texte posthume qui dévoile toute l’histoire et la véritable identité de l’auteur de Gros câlin, de La vie devant soi, de Pseudo, et de L’Angoisse du roi Salomon. Le récit se termine ainsi : « Et les échos qui me parvenaient des dîners dans le monde où l’on plaignait ce pauvre Romain Gary qui devait se sentir un peu triste, un peu jaloux de la montée météorique de son cousin Emile Ajar au firmament littéraire, alors que lui-même avait avoué son déclin dans Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable... Je me suis bien amusé. Au revoir et merci. »

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu