Avertir le modérateur

riad sattouf

  • Les bas et les hauts du monde de l'édition

    Situation contrastée pour le monde de l’édition qui voit dans son ensemble ses ventes de livres baisser mais où quelques maisons arrivent individuellement à tirer leur épingle du jeu. Autre paradoxe les regroupements et rachats d’éditeurs fortifient des enseignes souvent très anciennes.

    « Plus de livres proposés et moins de ventes : l’amer constat de l’édition en 2018 » titre Le Monde dans sa rubrique économie. Celle-ci détaille « Le Syndicat national de l’édition (SNE) a annoncé, mercredi 26 juin, une baisse de 4,38 % du marché par rapport à 2017, à 2,67 milliards d’euros. Le nombre d’exemplaires vendus s’est étiolé (− 2,5 %, à 419 millions) alors que la production a augmenté de 2 % pour atteindre un record de 106 799 livres (nouveautés et rééditions confondues). Plus de livres proposés mais moins de ventes : tel est l’amer constat pour 2018. » En cause les méventes des livres de littérature, les livres scolaires, les dictionnaires et encyclopédies mais aussi les ouvrages de documentation, les ouvrages de sciences et techniques, les arts et les beaux livres. Seules les ventes de bandes dessinées et de mangas restent « presques » stables, tout comme les ouvrages consacrés à la religion et les livres pour la jeunesse.

    Le magazine Livres Hebdo s’est lui intéressé aux 200 premiers éditeurs français et plus particulièrement aux 10 qui ont connu la plus forte croissance de 2017 à 2018. En tête de ce palmarès l’éditeur Bernard de Fallois avec une progression de 264% de son chiffre d’affaires due notamment à La disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker, écoulé à plus de 550 000 exemplaires toutes éditions confondues.
    Suivent Calmann-Lévy nouvel éditeur de Guillaume Musso, l’Iconoclaste (Adeline Dieudonné), puis Fayard (Michelle Obama) et Allary (Riad Sattouf), « tous dopés par des succès hors normes ». Livres Hebdo constate que Média-Participations arrive en quatrième position, après l’absorption du groupe Le Seuil-La Martinière et précise que De Fallois et Allary sont aussi classées parmi les 20 éditeurs les plus rentables en 2018.

    Le Monde, Livres Hebdo, Bernard de Fallois, Joël Dicker,Calmann-Lévy,Guillaume Musso, l’Iconoclaste, Hachette Livre, Editis, Madrigall, Media-Participations, Lefebvre Sarrut,Allary, Riad Sattouf,Fayard,  Challenges commentant l’article de Livres Hebdo écrit « Hachette Livre, la branche édition du groupe Lagardère, domine toujours très largement le monde de l'édition française en pleine restructuration », et rajoute « Aujourd'hui, les cinq premiers éditeurs français (Hachette Livre, Editis, Madrigall, Media-Participations et Lefebvre Sarrut, éditeur spécialisé dans l'édition juridique et fiscale qui publie notamment le Dalloz) affichent tous un chiffre d'affaires supérieur à 500 millions d'euros. »

  • 2019 année des best-sellers de la bande dessinée

    Le Parisien, Le Figaro, 20 minutes, France Info, Actualitté.com, L’Arabe du futur, Riad Sattouf, éditions Allary, Yves Sente, Peter Van Dongen, Jean-Luc Fromental, José-Louis Bocquet, Antoine Aubin,Teun Berserik,Dargaud, ActuaBD, Lucky Luke, Astérix, Blake et Mortimer,, Livres Hebdo.

    A quelques semaines du prochain Festival International de la bande dessinée d’Angoulême (24 au 27 janvier 2019) les annonces éditoriales pleuvent.

    Le Parisien, Le Figaro, 20 minutes, France Info, Actualitté.com, L’Arabe du futur, Riad Sattouf, éditions Allary, Yves Sente, Peter Van Dongen, Jean-Luc Fromental, José-Louis Bocquet, Antoine Aubin,Teun Berserik,Dargaud, ActuaBD, Lucky Luke, Astérix, Blake et Mortimer,, Livres Hebdo.La première concerne Astérix dont on annonce la parution du prochain tome dès octobre 2019, quelques mois après la publication de Astérix et la Transitalique diffusé à plus de 5 millions d’exemplaires. Et on comprend mieux cet empressement si l’on sait que 2019 sera l’année des 60 ans de sa création par René Goscinny et Albert Uderzo, l’occasion pour la BnF et la Comédie française de lui ouvrir leurs portes pour célébrer cet anniversaire. Le Figaro nous donne tous les détails et Le Journal du Dimanche complète la liste des hommages, rééditions, timbres, monnaie, expositions, en dévoilant même les premiers crayonnés du 38ème album que les auteurs Didier Conrad et Jean-Yves Ferri doivent avoir terminé au mois de juin. Un nouvel album à venir, mais aussi un film en 3D le secret de la potion magique, qui continue à remplir les salles de cinéma – 900 000 spectateurs en décembre 2018 - grâce au scénario original d'Alexandre Astier. L’adaptation en album du long métrage connaît elle aussi un beau succès en librairie.

    Autre annonce celle de la parution – mais pas avant 2020 - d’un nouveau Blake & Mortimer. Le site spécialisé ActuaBD dévoile un projet de couverture pour la seconde partie de la Vallée des Immortels de Yves Sente, Peter Van Dongen et Teun Berserik, publié en 2018 (Dargaud). Cette suite est signée Jean-Luc Fromental, José-Louis Bocquet et Antoine Aubin pour les dessins.

    Enfin pour 2019, il ne faut pas oublier la célébration des 90 ans de la création du personnage de Tintin, sûrement propice à une avalanche d’articles et de commémorations en tout genres. France Info, Le Parisien, Le Figaro, 20 minutes, Actualitté, France Culture, ont déjà commencé.

    le parisien,le figaro,20 minutes,france info,actualitté.com,livres hebdo.,l’arabe du futur,riad sattouf,éditions allary,dargaud,actuabd,lucky luke,astérix,blake et mortimer,yves sente,peter van dongen,jean-luc fromental,josé-louis bocquet,antoine aubin,teun berserik

    (Photo © Hergé-Moulinsart 2018)

    Le secteur de la bande dessinée continue à soutenir vigoureusement le marché de l’édition avec nombre de titres placés en tête du Top 20 des meilleures ventes de Livres Hebdo : La vallée des immortels, le 25ème tome des aventures de Blake et Mortimer, personnages créés par Edgar P. Jacobs (Dargaud), Un cow-boy à Paris, les aventures de Lucky Luke d'après Morris (Dargaud), sans oublier Astérix avec Le secret de la potion magique (éditions Albert René / Hachette), et L’Arabe du futur de Riad Sattouf (éditions Allary) dont le 4ème tome déjà écoulé à plus de 120 000 exemplaires, relance la vente des volumes précédents.

  • Le phénomène éditorial Riad Sattouf

    larabe-du-futur-1_riad-sattouf_allary-editions.pngChacune de ses séances de dédicaces draine des centaines de fans et ses chiffres de ventes sont vertigineux, il est l’auteur de la bande dessinée L’Arabe du futur dont le tome 4 vient de paraître aux éditions Allary avec un premier tirage de 250 000 exemplaires.

    La presse lui consacre de nombreux articles et notamment France Info et Télérama qui dévoilent les raisons du succès de ce dessinateur dont les ventes cumulées des 4 tomes atteignent le million et demi d’exemplaires. Une réussite accompagnée par la maison d’édition fondée en 2013 par Guillaume Allary et qui publiera un an plus tard le premier tome de la saga.

    L-Arabe-du-futur 4.jpgPour France Info, Elodie Drouard retrace le parcours de ce jeune auteur de 40 ans né à Paris, d’un père syrien et d'une mère bretonne, ayant passé son enfance jusqu’à 12 ans en Libye et en Syrie, et nous aide à comprendre pourquoi cette autobiographie « est disponible dans 22 langues différentes et cartonne dans le monde entier. On peut lire L'Arabe du futur en espagnol, en italien, en allemand, mais aussi en croate et en coréen ». Une histoire et un best-seller universel dont l’éditeur précise « Sur le moment, ça correspondait tellement à ce qu'il voulait dire que je n’ai eu aucune réflexion marketing sur le titre. Mais à l'imprimerie, on s'est demandé si les gens allaient acheter un livre sur lequel était écrit en gros le mot "arabe". »

    L’article de Télérama est lui consacré à l’exposition que la Bpi du Centre Georges Pompidou à Paris présente jusqu’au 11 mars 2019. A propos du lieu Riad Sattouf dit : « On m’a souvent demandé de faire des expositions et je suis très content que ça se fasse ici, dans des conditions exceptionnelles. Je trouve rassurant d’être au milieu de tous ces livres. J’ai l’impression qu’ils protègent mes dessins, plus que s’ils se trouvaient parmi des œuvres d’art. Les bibliothèques sont parmi les lieux que j’aime le plus au monde. C’est le bon endroit pour montrer quel est le processus qui mène à une bande dessinée. Et pour ceux qui ne connaissent pas encore mon travail, toutes mes BD y sont en libre accès. Le fait que ce soit gratuit, aussi, est très important. »

    Riad Sattouf est également le créateur de Retour au collège (Hachette), Pascal Brutal (Fluide glacial), primé en 2010 au Festival de la BD d’Angoulême, et de Les Cahiers d’Esther publiés dans L’Obs et adaptés en dessin animé pour Canal +.

    Histoires-de-mes-10-ans.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu