Avertir le modérateur

relire

  • Le registre ReLire est-il illégal ?

    ReLIRE, BnF, François Bon BenoÎt Peeters, Jacques Roubaud, Bernard Noël, Actualitté.com« L’avenir de ReLIRE est fortement compromis », écrit Actualitté.com qui termine ainsi son article sur le recours déposé devant la Cour de Justice Européenne contre la loi française portant sur la numérisation des « livres indisponibles ».

    Pour mémoire, ReLIRE permet, à partir d’une liste établie par la BnF, de numériser des livres qui ne sont plus imprimés et diffusés par les éditeurs. Plus précisément : « ces ouvrages sont qualifiés d’« indisponibles » selon le terme juridique désignant des ouvrages encore sous droit d’auteur, ayant été publiés en France entre le 1er janvier 1901 et le 31 décembre 2000, et ne faisant plus l’objet d’une diffusion commerciale et d’une publication sous une forme imprimée ou numérique. »

    Déjà en 2013, lors de la mise en place de ReLIRE les auteurs avaient vivement réagi. François Bon écrivait sur son blog « L'État s'approprie nos livres sans nous demander notre avis, on nous dépossède de la seule richesse qui fait notre vie – la loi sur les indisponibles est une goujaterie. ». De son côté Médiapart publiait un entretien avec Benoît Peeters qui déclarait « la mise en ligne est un « couac des sociétés d’auteurs » qui ont agi « comme des syndicats qui ne consulteraient pas leur base ». Il faut préciser que « Selon la réglementation française, les sociétés de perception et de répartition des droits peuvent autoriser la reproduction et la représentation sous forme numérique des « livres indisponibles ».

    Sur Tweeter François Bon s'indignait « 9 Jacques Roubaud, 10 Bernard Noël, la #BnF pille sans prévenir des écrivains joignables par mail, goujaterie d’État, vol de sac à main ».

    Beaucoup dénonçaient une procédure complexe qui demande aux auteurs concernés, ou aux ayants-droits, mais pas toujours prévenus, de s’opposer à la numérisation à l’aide d’un formulaire. Le site ReLire/BnF détaille les démarches à suivre pour s’opposer à la republication d’un livre ou pour toucher les droits de sa nouvelle exploitation commerciale (gérés par la Sofia).

    Selon les conclusions de l’avocat général de la Cour de Justice, la réglementation de 2012 sur la numérisation des livres indisponibles ne serait donc pas compatible avec la directive Européenne de 2001 sur le droit d’auteur. Dans son article Actualitté explique : « la loi française pratique l’opt-out, autrement dit, les œuvres sont recensées, listées et numérisées, sans que le consentement ne soit obtenu. »

    Le Syndicat national de l’Edition annonce que 220 000 titres sont désormais référencés dans le registre ReLIRE.

    ReLIRE, BnF, François Bon BenoÎt Peeters, Jacques Roubaud, Bernard Noël, Actualitté.com

  • Gallica, cocorico

    Gallica, Bnf, Google Books, ReLire« Gallica, la bibliothèque en ligne de la BNF, gagne en popularité »,titrait en janvier le site Numerama. Mais qui connait vraiment Gallica cette bibliothèque numérique créée en 1997 par la BNF qui propose aujourd’hui en libre accès au grand public plus de 2 millions de documents ?

    Elle se présente ainsi : « Témoignages du patrimoine écrit français et de son rayonnement en Europe et dans le monde, les documents retenus par la Bibliothèque nationale de France ont été choisis de façon à constituer une bibliothèque encyclopédique et raisonnée, représentative des grands auteurs français et des courants de recherche et de réflexion par delà les siècles. Composée de documents rares ou difficiles d’accès, cette sélection est complétée par des documents permettant de resituer ces œuvres dans leur contexte intellectuel, illustré par des mémoires de contemporains ou décrit et commenté dans des outils de référence (dictionnaires, bibliographies). »

    On y trouve des livres, des cartes, des manuscrits, des partitions, et des liens vers d’autres bibliothèques au niveau mondial. Gallica propose également des dossiers thématiques. Si on s’intéresse par exemple à l’utopie, mot latin inventé par Thomas More, philosophe, humaniste, homme politique anglais du XVIème siècle, et qui est le nom d'une île située "en aucun lieu", on peut visualiser plus de 500 ouvrages publiés sur le sujet depuis le XVIème jusqu’au tout début du XXème siècle. Des documents hors d’âge, issus principalement des collections de la Bibliothèque Nationale de France et qui bien sûr ne sont plus couverts par le droit d’auteur.

    La BNF propose également une application pour tablettes, téléchargeable gratuitement sur l’App Store et, sur Google Play qui donne accès (non sans quelques bugs et défauts) à plus de 240 000 livres, 880 000 fascicules de presse et de revues et 470 000 images, photos et dessins.

    Une bibliothèque en perpétuelle évolution comme le rappelle le Labo.BNF : « Chaque semaine, plusieurs milliers de nouveaux documents sont mis en ligne dans Gallica et disponibles sur cette application. Comme le site Internet, l’application permet d’effectuer des recherches au sein de l’ensemble des fonds numérisés, en proposant une interface adaptée à la consultation sur tablette. Il est possible d'affiner sa recherche par champs, auteur, date d'édition, langue, thème ou type de document. Chaque document peut être téléchargé intégralement ou partiellement, envoyé par mail ou via plusieurs réseaux sociaux. »

    Loin du débat autour des projets numériques Google Books, ou ReLire, qui agitent le monde des auteurs et de l’édition, Gallica est l’aboutissement d’un modèle d’encyclopédie universelle à la portée de tous, même si certains lui contestent le doit de monnayer l’utilisation du fonds pour des usages commerciaux.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu