Avertir le modérateur

rachid boudjedra

  • Encore une rentrée littéraire

    Inrocks.pngSi l’on se réfère aux couvertures des magazines Les Inrocks et Lire qui consacrent leur Une à cet événement, c’est la rentrée littéraire. Pas moins de 560 titres sont proposés au public et la presse veut nous aider à faire notre choix.

    Les Inrocks permettent de lire le premier chapitre d'une sélection de 40 romans « Incontournables » (accès payant), et dès le 16 août, le journal avait ouvert le bal avec un entretien avec Salman Rushdie dont on pourra lire à la rentrée le dernier livre Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits (Actes Sud).

    Lire, annonce sur sa première page « Un guide complet » et un entretien avec l’écrivain Laurent Gaudé. Tout comme dans Les Inrocks, on peut y découvrir des extraits des livres de Yasmina Reza, Jim Harrison, Salman Rushdie et Ivan Jablonka.

    Lire.jpgL’Express tente un résumé, et donne « l’occasion de jeter un œil sur ces centaines de livres dans les starting-blocks avant les prix littéraires ».

    On apprend, entre autre, que « Le plus gros tirage est celui du roman d'Amélie Nothomb, Riquet à la houppe (Albin Michel), avec 200000 exemplaires. », mais aussi que Le titre le plus ambigu est signé par l'Américaine Chris Kraus, avec I love Dick (Flammarion), qui peut se traduire par "J'aime la bite", mais aussi par "J'aime Dick", ce qui n'est pas tout à fait la même chose. », et que « L'auteur le plus prolifique et protéiforme de l'année 2016 est incontestablement Joann Sfar. Après une BD, Tu n'as rien à craindre de moi, aux Editions Rue de Sèvres en avril, un polar, Le Niçois, publié chez Michel Lafon en mai, revoici le dessinateur réalisateur dès le 18 août avec un récit intimiste, Comment tu parles de ton père (Albin Michel). » 

    De son côté Le Monde nous annonce pour ce cru 2016 une « saison africaine », et de citer les auteurs Ali Zamir Anguille sous roche (Le Tripode), Imbolo Mbue Voici venir les rêveurs (Belfond). Le quotidient évoque aussi le livre de Kaoutar Harchi Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne (Fayard) » qui « retrace le parcours de cinq écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal) pour proposer une réflexion inédite et percutante sur la reconnaissance littéraire jamais pleine et entière dont ils ont fait l’objet. Avec, en creux, une question brûlante : c’est quoi un écrivain français ? »

    Une "question brûlante" que l'on peut se poser à chaque rentrée littéraire.

  • Revue de presse éphémère

    Où l’on parle d’écrivains dans la presse et quelquefois de livres :

    L’Obs consacre un article à Giuseppe Grassonelli, un mafioso sicilien condamné à perpétuité pour s’être lui même vengé du meurtre de membres de sa famille, et qui, en prison, « a appris à écrire et décroché un diplôme en «Lettres et philosophie», avec une thèse sur « la Révolution napolitaine de 1799». Puis il y a mijoté une fascinante autobiographie romancée, « Malerba » (la mauvaise herbe), qui a reçu le prix Leonardo Sciascia en 2014. »


    giuseppe grassonelli,tatiana de rosnay,patrick modiano,dora bruder,rachid boudjedra,saint-exupéry,corto maltese,ruben pelleejero,juan díaz canales,hugo pratt,bernard-henri levy,noël godinTatiana de Rosnay parle de sa relation avec son smartphone dans L’Express. A la question  « L'endroit où vous l'avez oublié ? » elle répond : «Au bar de l'hôtel Gramercy à New York. On devient un peu idiot quand on perd son portable, avec toutes les données personnelles qu'il contient. Mais aucune photo compromettante dans le mien ! Qu'importe s'il est piraté, je sauvegarde mes manuscrits ailleurs, dans mon petit bureau secret du XVe arrondissement. »

    giuseppe grassonelli,tatiana de rosnay,patrick modiano,dora bruder,rachid boudjedra,saint-exupéry,corto maltese,ruben pelleejero,juan díaz canales,hugo pratt,bernard-henri levy,noël godin
    Patrick Modiano a inauguré à Paris une promenade Dora Bruder du nom de cette adolescente juive déportée à Auschwitz et devenue l'héroïne d'un de ses romans, lit-on sur le site d’Europe 1. Le prix Nobel de littérature a déclaré : "Dora Bruder était une jeune fille qui aimait ce quartier et elle a été arrachée à la vie par la barbarie simplement parce qu'elle était juive", a-t-elle déclaré avant d'ajouter : "Se souvenir du passé, c'est être capable d'affronter et de répondre à celles et ceux qui font des amalgames, qui voudraient nous faire croire que tout cela est derrière nous, voire que cela n'a jamais existé". 

    Le débat fait rage sur les réseaux sociaux depuis que l’écrivain Rachid Boudjedra a revendiqué son athéisme sur une chaîne de télévision algérienne. France 24 qui commente l’information explique : « Ces propos pourraient lui coûter cher. L'islam est religion d'État en Algérie et la loi prévoit une peine d'emprisonnement de trois ans à cinq ans contre "quiconque offense le prophète, et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l'islam". »

    Libération s’interroge : « Pourquoi Saint-Exupéry est-il entré dans le domaine public partout, sauf en France ? » et précise « Deux explications à cela. D'une part, le droit d'auteur français est particulièrement complexe et labyrinthique ; surtout, il existe ce qu'on appelle les prorogations de guerre. Ces dernières prévoient une extension du droit d'auteur, qui prendrait en compte les périodes couvrant la Première Guerre mondiale, ainsi que la Seconde Guerre mondiale, où l'activité économique est ralentie, ce qui chamboule l'exploitation commerciale de l'œuvre. Il existe également une extension spéciale de 30 ans pour les auteurs « morts pour la France », ce qui est le cas de « Saint-Ex », tombé au combat le 31 juillet 1944. »

    giuseppe grassonelli,tatiana de rosnay,patrick modiano,dora bruder,rachid boudjedra,saint-exupéry,corto maltese,ruben pelleejero,juan díaz canales,hugo pratt,bernard-henri levy,noël godinLe Figaro permet de découvrir les premières pages du prochain album des aventures de Corto Maltese, dessiné par Ruben Pelleejero et scénarisé par Juan Díaz Canales. Les deux espagnols ont redonné vie à ce personnage créé en 1967 par Hugo Pratt disparu en 1995. Il faudra cependant attendre le 30 septembre 2015 pour trouver en librairie « Sous le soleil de minuit » (Casterman).

    Enfin Bernard-Henri Levy s’est fait entarter pour la huitième fois par Noël Godin comme nous le raconte Paris Match, mais là on s’éloigne peut-être de la littérature.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu