Avertir le modérateur

prix renaudot

  • La saison 2019 des prix littéraires

    Les prix littéraires décernés par des professionnels de l’édition peuvent servir de choix de lecture, une chance, la saison des distinctions est déjà ouverte.

    Livre sur la place de Nancy, Santiago H. Amigorena, P.O.L., prix Goncourt, Prix Stanislas, Victoria Mas, Albin Michel, Joffrine Dinnadieu, prix Blù-Jean-Marc Roberts, prix du RomanNews, Emma Becker, Bernard Pivot, Yann Moix, Amélie Nothomb, Albin Michel, Bibliobs, prix Femina, Ouest France, prix Renaudot, Valérie Manteau, Le Tripode, Patrick Besson, prix de Flore,   Gallimard, Le Livre sur la place de Nancy a récompensé Santiago H. Amigorena, avec le prix des libraires de Nancy pour Le Ghetto intérieur (P.O.L). L’auteur est mentionné sur la liste du Goncourt). Le prix Stanislas a été décerné à Victoria Mas pour Le Bal des folles (Albin Michel), son auteure est aussi présente dans la pré-sélection du prix Renaudot. Enfin, Joffrine Dinnadieu s’est vue attribuer le prix de la Feuille d'or de la ville de Nancy, pour son premier roman, Une histoire de France (Gallimard).

    Emma Becker a elle reçu le prix Blù-Jean-Marc Roberts et le prix du RomanNews 2019 (livre romancé s’inspirant de l’actualité) pour son livre La Maison, paru chez Flammarion écrit – « de l’intérieur, à l’intérieur » -, d’une maison close à Berlin. Le titre est également nommé pour le prix du Roman des Etudiants et pour le prix de Flore.

    Livre sur la place de Nancy, Santiago H. Amigorena, P.O.L., prix Goncourt, Prix Stanislas, Victoria Mas, Albin Michel, Joffrine Dinnadieu, prix Blù-Jean-Marc Roberts, prix du RomanNews, Emma Becker, Bernard Pivot, Yann Moix, Amélie Nothomb, Albin Michel, Bibliobs, prix Femina, Ouest France, prix Renaudot, Valérie Manteau, Le Tripode, Patrick Besson, prix de Flore,   Gallimard, Pour le Goncourt 2019, quinze auteurs ont été sélectionnés et le président du jury Bernard Pivot a précisé que Yann Moix n’y figurait pas expliquant : «Il y a trois raisons spécifiques. La première est littéraire, quelques-uns de mes camarades ont trouvé que la deuxième partie [de l’ouvrage] était nettement moins bonne que la première qui raconte les tortures qu’il aurait subies dans la maison familiale» et enfin « L’académie Goncourt n’aime pas trop lorsqu’un livre est contesté par le père, contesté par le frère». Le Figaro qualifie de « surprise » la présence dans la liste d’Amélie Nothomb avec son dernier livre Soif (Albin Michel) déjà en tête des meilleures ventes de livres cet automne.

    BibliObs publie la liste des 25 romans présélectionnés pour le Prix Fémina qui sera décerné le 5 novembre. Le site littéraire de L’Obs note que « Santiago H. Amigorena, présent sur presque toutes les listes des grands prix d’automne, n’y figure pas. »

    Livre sur la place de Nancy, Santiago H. Amigorena, P.O.L., prix Goncourt, Prix Stanislas, Victoria Mas, Albin Michel, Joffrine Dinnadieu, prix Blù-Jean-Marc Roberts, prix du RomanNews, Emma Becker, Bernard Pivot, Yann Moix, Amélie Nothomb, Albin Michel, Bibliobs, prix Femina, Ouest France, prix Renaudot, Valérie Manteau, Le Tripode, Patrick Besson, prix de Flore,   Gallimard, Ouest France nous présente la première sélection des ouvrages du prix Renaudot et du Renaudot Essais où figure encore Emma Becker pour La maison. L’an dernier, Le sillon de Valérie Manteau (Le Tripode) ne figurait plus dans la pré-sélection mais s’est vu au final décerner le prix. Le jury est présidé cette année par Patrick Besson.

    Le prix de Flore qualifié de « festif » par L’Obs, donne une place importante aux premiers romans. Sa sélection a été dévoilée le 12 septembre et l'annonce du résultat le 12 novembre clôt la saison des nombreux prix littéraires 2019.

  • Le Sillon, prix Renaudot 2018

    Le sillon.png

    « Le Goncourt pour Nicolas Mathieu, et un Renaudot surprise ! » titre Le Parisien. Pas tout à fait inattendu puisque Le Sillon de Valérie Manteau, figurait déjà dans la première pré-sélection du Renaudot avant d’en disparaître mystérieusement.

    Récompense « surprise » mais très bon accueil pour ce livre dans la presse et les médias. Comme le rappelait ce blog l'autrice a eu les honneurs d’un passage dans La Grande Librairie au côté de Salman Rushdie, et d’articles élogieux dans Le Monde des livres, Télérama, Les Inrocks, Libération, et Le Devoir au Canada.

    Dans une vidéo réalisée pour la librairie Mollat, Frédéric Martin patron de la maison d’édition Le Tripode raconte comment pour sa rentrée littéraire 2018 il a fait l’impasse sur trois autres titres prévus, dont un inédit d’Alexandra David-Néel, pour que toute l’attention des libraires et journalistes se porte sur Le Sillon.

    Le Sillon est le second roman de Valérie Manteau, le premier Calme et tranquille, a lui aussi été publié par Le Tripode en 2016. Le site On la lu écrivait à son sujet : « Il va se dire et s’écrire beaucoup de belles choses sur ce livre : que les libraires se sont enthousiasmés logiquement pour ce nouvel ovni du Tripode, également éditeur de Sigolène Vinson qui a côtoyé Valérie Manteau à Charlie-Hebdo ; qu’Annie Ernaux a été plus qu’émue par cette prose intimiste ; que ce texte qui se joue des registres (ni tout à fait fiction, récit ou essai) a été réimprimé sitôt paru. Il va peut-être aussi se trouver des esprits chagrins pour s’agacer de la multiplication de témoignages d’après-attentat(s), pointant qui la légitimité d’écriture de l’auteure, qui son implication passée au sein d’une rédaction - et de proches - en souffrance », mais, conclut l’autrice de l’article Christine Sallès : « A tous, il n’est qu’une ligne de conduite qui vaille : lisez ce texte. Il serait surprenant que vous n’en sortiez pas profondément bouleversé, sincèrement ému. » Un conseil de lecture que l’on peut réitérer pour Le Sillon.

    Les jurés du prix Renaudot ont également attribué un « prix spécial » à Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard), qui a déjà remporté le prix Femina mais qui avait été éliminé de la liste du prix Goncourt.

    « Ecrire ça alimente la peur, je me fais peur, mais je ne peux pas m’en empêcher », Valérie Manteau, extrait de l’émission Par les temps qui courent sur France Culture.

  • Une rentrée littéraire mitigée

    La rentrée littéraire 2018 s’annonçait plutôt bien, les listes de nouveaux livres fleurissaient dans les journaux et les spécialistes signalaient la présence de nombreux premiers romans, une aubaine pour le secteur.

    Et puis début septembre paraît un article dans Le Monde titré : « Edition : un automne inquiet » (payant). Son auteure Nicole Vulser évoquait « Le rachat probable d'Editis, numéro deux du secteur, par Vivendi. L'absorption en cours du groupe La Martinière par Média Participations. L'existence de France Loisirs menacée... » et concluait ainsi son énumération « Les éditeurs et les auteurs ont quelques raisons de se sentir malmenés. »

    Suit ensuite une polémique à propos de la présence dans la présélection du prix Renaudot 2018 d’un livre publié et diffusé exclusivement sur Amazon, distributeur bête noire à juste titre des libraires. La présélection définitive le 3 octobre devrait peut-être apaiser les esprits.

    Quelques jours après on reparle livres dans les médias avec Destin français, le dernier ouvrage d’Eric Zemmour, gros vendeur, mais également auteur de déclarations fracassantes dont la teneur dérange, au point de se voir décommandé son passage dans On n’est pas couché de Laurent Ruquier. Emission prescriptrice s’il en est.

    Le milieu de l’édition aurait pu retrouver un semblant de sérénité si la publication du livre illustré « Petit Paul » de Bastien Vivès par les éditions Glénat, n’avait pas mis le feu aux poudres. Taxé par une pétition sur Internet de « pédopornographique » cet album est le premier d’une collection dirigée par Céline Tran, ex-actrice de films pornographiques. La campagne demande le retrait du livre, les chaînes Gibert et Cultura l’ont déjà fait, et relance en parallèle le débat sur la liberté d’expression.

    Une rentrée morose donc, pimentée de quelques éclats médiatiques, en attendant les résultats des prix qui nous permettront de retourner à la lecture et de retrouver un peu d’optimisme comme Nicole Vulser qui termine son article du Monde ainsi : « Mais si les grandes manœuvres capitalistiques et le jeu des concentrations dans l'édition sont sources d'inquiétudes, elles disent aussi que ce secteur demeure assez solide, et porteur d'avenir. Ainsi, Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe Lagardère, a désigné l'édition comme le pôle promis à un bel avenir. Et surtout celui avec les magasins d'aéroports dans lequel il est urgent d'investir. C'est la raison pour laquelle un essaim de banquiers bourdonne dans le bureau d'Arnaud Nourry, le PDG d'Hachette Livre, en lui proposant tout un catalogue de bonnes affaires... »

    Photo : Document Actualitté.com

    dossier-rentrée-littéraire.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu