Avertir le modérateur

pierre desproges

  • Pierre Desproges écrivain

    Le 18 avril 2018 France Inter commémorait les 30 ans de la disparition de Pierre Desproges. Etait-il un amuseur, un humoriste, ou un écrivain ?

    Les trois sûrement et celui qui ne se considérait pas forcément comme un écrivain mais plutôt comme un « écriveur » déclarait en 1987 : « Je travaille comme un artisan. Je suis très méticuleux, soigneux, besogneux même. Je pèse chaque phrase, chaque mot et je passe des heures dans les dictionnaires. J’ai des Quillet, des Robert, des Larousse. J’aime bien les dictionnaires. »

    Toujours sur France Inter, l’émission « Affaires sensibles » de Fabrice Drouelle lui était dédiée et pour sa présentation piochait sur Wikipedia un résumé de sa carrière : « Il a été journaliste à L'Aurore, puis débute à la télévision sur TF1 dans l’émission de Jacques Martin, Le Petit Rapporteur. À la radio, il est le procureur fantasque du Tribunal des flagrants délires sur France Inter. Auteur de spectacles, il a aussi présenté l'émission humoristique La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède sur FR3 ».

    A ces prestations audio-visuelles, il faut cependant rajouter ses livres, un dizaine publiés de son vivant, parmi lesquels Chroniques de la haine ordinaire, Manuel du savoir-vivre à l'usage des rustres et des malpolis, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis, et surtout son seul et unique roman Des femmes qui tombent, publié en1985.

    Pierre Desproges, Perrine Desproges, éditions du Courroux, Fabrice Drouelle, Une dizaine de titres seront publiés après sa mort en 1988, et en 2014 paraîtra Encore des nouilles (Les Echappés) recueil de ses chroniques culinaires parues dans Cuisine et vins de France en 1984-1985, illustrées par l’équipe de dessinateurs de Charlie Hebdo.

    Pierre Desproges, Perrine Desproges, éditions du Courroux, Fabrice Drouelle, En 2017, sa fille Perrine lui a consacré un très bel album Desproges par Desproges (éditions du Courroux), puisant dans les archives pour nous faire découvrir des facettes plus intimes de sa vie. Interrogée sur France Info elle dit à propos du travail d’écriture : « Mon père, il ne fallait pas toucher à une seule de ses virgules (…) Je ne vous dis pas la pression quand on fait ce livre... Un livre, et il n’est pas là pour se défendre ! »

    Le site officiel de Pierre Desproges

    Lire la suite

  • Le livre dans tous les sens

    Tablettes tactiles, smartphones... les outils de lecture évoluent et gagnent du terrain sur le livre papier. Celui-ci tente malgré tout de résister en innovant, avec l’impression des livres à la demande, les « formats courts », mais aussi en imaginant d’autres formes.

    C’est le cas de l’« Ultra-poche » que l’éditeur le Seuil avait proposé en 2011 avec une série de neufs titres où l’on trouvait des auteurs comme Olivier Adam, Pierre Desproges, Cormac McCarthy, Michael Connelly, et Krishnamurti (Le sens du bonheur).

    A l’époque le site ActuaLitté expliquait que l’Ultra-poche permettait de « faire tenir Guerre et Paix dans sa poche de chemise et l’éditeur précisait : « que « .2 » n’est absolument pas destiné à concurrencer le livre numérique. Il n’en a pas la prétention. Simplement, « il est amusant de lancer un nouveau format papier au moment où le livre se dématérialise ». De toute façon, le numérique est une « question générationnelle qui dépasse la question du livre et de la littérature ».

    Ultra-Poche.jpg


    Le lancement de cette collection faisait alors l’objet de nombreux articles dans la presse (Le Point , Mediapart,...), de commentaires sur des blogs, tel Madimado (2013), et d’une vidéo (ci-dessus). Effectivement ce format que l’on lit horizontalement est assez original, et peut se transporter facilement.

    Mais en 2014, ActuaLitté annonce que le concept va réapparaître en Italie sous le nom de Flipback : « Le format Flipback est une version ultra-poche, mesurant 8 cm sur 12 cm, et que l'on peut lire de manière verticale. Imprimé sur papier Bible, il provient de Hollande et avait été introduit en France par Emmanuelle Vial, pour les éditions Points, sous l'appellation Point 2. Acheté fin 2010, pour deux années de commercialisation, il avait été lancé officiellement en mars 2011 et en Espagne, on l'avait vu apparaître sous le nom de Librinos, ou Flipback au Royaume-Uni. »

    Dans la péninsule, la collection est lancée par le groupe Mondadori, qui déclare toujours dans ActuaLitté « Dans une période de dématérialisation du livre, nous avons voulu mettre le papier au centre de l'expérience de lecture : prenez en main un Flipback, observez comment se déploient les premières pages à l'ouverture, appréciez la texture du papier, et savourez la qualité de la reliure cousue. Tout cela représente une expérience de réel plaisir pour tous ceux qui aiment les livres. ». L’éditeur vante également les mérites de son produit dans une video.

    Ulta-poche-Italie.jpg

    L’idée semble astucieuse. Cependant on peut se demander si les lecteurs qui tournent les pages dans le même sens depuis des siècles changeront si facilement leurs habitudes. Un signe qui ne trompe pas, c'est que même les tablettes numériques ont adopté le mode de lecture ancestral des livres.

  • Retour vers Stéphane de Groodt

    Connaissez-vous Stéphane de Groodt ? Comme d’autres humoristes avant lui, il joue et jongle avec les mots. On pense à Raymond Devos, Pierre Desproges, François Rollin, François Morel... Lui se revendique de Pierre Repp, bafouilleur volontaire, qui eut son heure de gloire dans les années 1960-1980.

    C’est avec sa chronique « Retour vers le futur » dans l’émission de Canal+ « Le Supplément » animée par Maïtena Biraben, qu’il a conquis un large public. Des « rencontres » avec des personnalités aussi diverses que Victor Hugo, Valérie Trierweiler, Jésus, Claude François, Oussama Ben Laden, le Père Noël, ou Nabila, entre autres.

    Festival du Mot à La Charité-sur-Loire, Dany Boon, Maïtena Biraben, Stéphane de Groodt, Raymond Devos, Pierre Desproges, François Rollin, Pierre Repp, Canal+, Voyage en absurdieParis Match qui connaît « le poids des mots » lui a consacré un grand article et a écrit à son propos « Les aficionados du jongleur de mots ont d’ailleurs pu retrouver ces textes à tiroirs dans son livre « Voyages en absurdie », carton en librairies avec 250 000 exemplaires vendus : « C’est vraiment une surprise pour tout le monde, pour l’éditeur, pour moi, pour Canal. Je pensais qu’on allait en vendre même pas le dixième », explique Stéphane de Groodt, sincèrement touché par son succès : « J’en suis très heureux et je le vois dans la façon dont les gens m’abordent, ça m’emplit de bonheur. Quand on écrit, on a envie d’être lu, et pour le coup, je suis lu ! » Entre sa chronique et son livre, il y a pour lui un « côté ludique, presque complémentaire » qui a fait le succès de son « Voyage ».

    Fin mai 2014, il a reçu des mains d’Aurélie Filippetti le Prix Raymond Devos dans le cadre du 10ème Festival du Mot à La Charité-sur-Loire. L’hebdomadaire Les Inrockuptibles le met en couverture de son numéro datée 18-24 juin, et Canal + diffuse le 24 juin à 20h 50 "De Groodt, une fois !" une émission qui lui est entièrement consacrée. 

    Si Stéphane de Groodt a annoncé qu’il arrêtait après deux saisons sa chronique sur Canal +, le comédien poursuit sa carrière au théâtre et au cinéma. Il prépare même son premier long-métrage - produit par Dany Boon - en tant que réalisateur.  

    Mais la vraie bonne nouvelle, c’est qu’il a suffisamment de chroniques en réserve pour publier un tome 2 de « Voyages en absurdie », déjà en préparation aux éditions Plon.

    A lire aussi un entretien avec Stéphane de Groodt sur le site Pure Médias.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu