Avertir le modérateur

paul vacca

  • Ces libraires qui nous sont très proches

    Le système de distribution de la multinationale Amazon reste la bête noire des libraires mais ceux-ci, bien obligés de cohabiter, font face et s’organisent.

    Individuellement, notamment à Epinal où Isabelle Colin, responsable de la librairie "Quai des mots" a obtenu la fermeture du "locker" Amazon, des casiers pour récupérer les commandes, installé illégalement en face de son commerce. La libraire, soutenue par ses clients, les riverains et le réseau des librairies indépendantes, a porté l’affaire en Justice pour concurrence déloyale. Selon France 3, Amazon a fermé « son « armoire à colis » mais n’a pas confirmé qu’elle sera définitive, ce qui fait dire à la librairie qu’elle se réserve le droit de poursuivre la procédure judiciaire en référé et de demander le règlement d'une astreinte journalière. » si ce n’était pas le cas.

    L’action peut aussi être collective comme l’indique France Inter qui met en avant cette initiative de « 2500 libraires proposent une alternative à Amazon ». Cette librairie en ligne fédère 2500 libraires et référence 350 000 ouvrages, lalibrairie.com revendique la promotion des libraires indépendants. Le principe est simple on commande l’ouvrage et soit on le récupère chez le libraire le plus proche, soit on a la possibilité de le faire livrer à domicile en 24 à 72 heures, avec des frais de port compris entre 4€ et 50 centimes.

    Sur le site L’Info durable, Georges-Marc Habib, président de la Générale Librest, société propriétaire de lalibrairie.com, explicite l’objet de l’entreprise qui se veut « responsable éthiquement et socialement » : « Nous sommes une petite entreprise : la Générale Librest est une petite PMA avec moins de vingt salariés. Nous sommes installés sur le territoire français, nous payons nos salariés qui sont tous en CDI à temps complet et nous leur versons des primes en fonction de nos résultats. Nous sommes inscrits dans une vision sociale de ce que doit être une entreprise, responsable vis-à-vis des gens avec qui elle travaille. »

    Pour terminer cette illustration de la défense du libraire, on peut lire l’article de Paul Vacca « Pourquoi nous avons encore besoin des librairies à l'heure d'Internet », qui écrit sur le site du journal Le Vif : « Autrement plus sophistiqué que le stupide algorithme d'Amazon qui se contente de suivre notre parcours et d'acoquiner les livres qui ont été achetés ensemble par ses clients, l'algorithme du libraire est un sésame qui nous ouvre à notre propre désir, celui que nous ignorons encore. Pas un désir dont on aurait par avance cocher les cases - comme dans un site de dating - mais un désir inédit. »

    Quai des mots, Paul Vacca, Le Vif, Georges-Marc Habib, L’Info durable, lalibrairie.com, France Inter, Isabelle Colin,

  • De l’utilité des librairies pour ceux qui en douteraient encore

    « Nouvelle-Aquitaine: Pour les librairies indépendantes, l’union fait la force » 20 minutes

    Sur le thème « J’aime mon libraire indépendant », 97 libraires indépendants de la région Nouvelle-Aquitaine lancent jusqu’au 17 février, une campagne pour soutenir leur métier. Le quotidien écrit à propos des organisateurs : « L’association épaule ces commerces, dans lesquels les libraires travaillent seuls dans les plus petits d’entre eux, en organisant des mutualisations d’achats (sacs en tissu, supports imprimés, marque-pages, etc.), de formations, en les aidant à organiser des animations et en agissant pour que les tournées d’auteurs passent aussi par leurs boutiques. Les ventes de Noël ont été globalement satisfaisantes et c’est donc avec le sourire que la plupart des petits libraires abordent 2018.»

     

    « A bord d’une librairie, sur les routes d’Ardèche » Ebdo

    Le nouveau magazine Ebdo a consacré dans son numéro 1 quatre pages à Pascale Girard qui au volant de son Mokiroule, ex-bibliobus converti en librairie ambulante, sillonne les routes de cette région. L’hebdomadaire raconte l’histoire de cette femme de 40 ans ex-régisseuse et restauratrice pour des festivals : « « Au bout de onze ans, , j’ai eu envie de faire autre chose tout en conservant l’itinérance . La librairie mobile, c’était le défi parfait ! » Avant de se lancer, elle a consulté Patrice Depommier, créateur de L’Auberge des légendes dans le Tarn, une des premières librairies itinérantes de France. Puis elle a appris le métier à l’Institut national de formation de la librairie. Sur le plan financier, elle a combiné subventions, prêt à taux zéro du réseau associatif France Active et collecte sur la plateforme Ulule. »

     

    « Pourquoi nous avons encore besoin des librairies à l’heure d’Internet » Trends-Tendances

    Paul Vacca, Trends-Tendances, Le Mokiroule, Pascale Girard, Ebdo, 20 minutesSur le site belge Trends-Tendances Paul Vacca, romancier, essayiste, explique : « Récemment, une campagne de communication a comparé les libraires à des super-héros. Leur superpouvoir c’est celui de nous emmener vers l’inconnu inconnu… À nous de les aider à continuer à l’exercer en préférant pousser la porte de l’inconnu dans une librairie plutôt qu’en cliquant confortablement sur ce que l’on connaît déjà depuis notre canapé. »

    Photo : couverture du New Yorker publiée en illustration de l’article de Paul Vaka repris sur son blog Medium.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu