Avertir le modérateur

paris match

  • Sempé des livres et une grande exposition

    « Observateur déconcerté et amusé du monde qui l’entoure, le dessinateur en vient à ausculter, mine de rien, l’âme humaine en se jouant de la disproportion des situations, des rôles, des propos ou des pensées que tiennent ses personnages. Au désir de faire rire de ses débuts, Sempé préfère peu à peu faire sourire. », Marc Lecarpentier.

    Itineraire-d-un-deinateur-d-humour.jpgCes quelques ligne son extraites du livre Itinéraire d’un dessinateur d’humour publié par les éditions Martine Gossieaux. Un volume de 300 pages qui retrace la carrière de Jean-Jacques Sempé, 86 ans, un des derniers grands dessinateurs d’humour en France.

    Sempé est connu dans le monde entier pour ses illustrations du Petit Nicolas dont les récits ont été imaginés et écrits par René Goscinny, mais aujourd’hui les initiatives se multiplient pour rendre hommage à l’ensemble de son œuvre.

    A commencer par la grande exposition Sempé en liberté que lui consacre Bordeaux sa ville natale. Le Musée Mer Marine présente une rétrospective de 300 dessins inaugurée par Sempé en personne le 29 mai. Celle-ci retrace jusqu’au 6 octobre 2019 ses 70 ans de carrière.

    C’est dans les années 1950 qu’il publie ses premiers dessins dans l’édition dominicale du quotidien régional  Sud Ouest, notamment avec la première version du Petit Nicolas. A l’occasion de l’événement le journal lui a d’ailleurs dédié sa Une et plusieurs pages.

    Il dessinera ensuite pour Paris Match, Le Nouvel observateur, L'Express, Le Figaro, et illustrera une centaine de couvertures de la prestigieuse revue The New Yorker.

    product_9782207141816_195x320.jpgSempé a publié une cinquantaine d’albums de dessins d’humour, souvent réédités par thématiques ou en livre de poche, parmi lesquels Rien n’est simple, Tout se complique, La grande panique, Simple question d’équilibre, dédié au vélo, Les musiciens, Luxe, calme et volupté, tous aux éditions Denoël. On peut également citer Sempé à New-York (2009) et Musiques (2017).

    Le cinéma puise lui aussi son inspiration dans ses dessins. Au mois de mai est sorti dans les salles Raoul Taburin a un secret réalisé par Pierre Godeau et tiré de l’album Raoul Taburin publié en 1995 et réédité en 2019 pour l’occasion par Denoël.

  • Une bibliothèque sous les bombes

    Actualitté, Delphine Minoui, Seuil, Paris Match, La grande librairie, DarayaSous les bombardements de leur ville, de jeunes Syriens ont rassemblé quelques 10 000 volumes et créé une bibliothèque souterraine pour lire et survivre. Une histoire qui est racontée dans « Les Passeurs de livres de Daraya » de Delphine Minoui.

    Le sujet :

    « L’idée est venue lors de la bataille et la destruction de Daraya, où la plupart des librairies ont été partiellement ou totalement détruites ». Une quarantaine de bénévoles s’est alors mise à l'œuvre : réunir tout ce qui pouvait être encore lu, et le collecter avant d’ouvrir un nouveau lieu, dans un espace sûr. Et surtout, parvenir à constituer un endroit propice à la lecture. Un travail minutieux, de classement et d’archivage, pour simplifier l’accès des habitants.  Les volumes récupérés ont tous été annotés avec le nom de l’endroit où ils ont été trouvés, et celui de son propriétaire s’il est connu. Un classement méthodique pour affirmer qu’il ne s’agit pas de rapines, ni de vols : lorsque la situation le permettra, les propriétaires se manifesteront pour retrouver leurs livres. » (Actualitté. 2015)

    Présentation de l’éditeur :

    « Leur résistance par les livres est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination politique ou religieuse. Elle incarne cette troisième voix, entre Damas et Daech, née des manifestations pacifiques du début du soulèvement anti-Assad de 2011, que la guerre menace aujourd'hui d'étouffer. Ce récit, fruit d'une correspondance menée par Skype entre une journaliste française et ces activistes insoumis, est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature. » (Le Seuil)

    L’auteure :

    Delphine Minoui, de mère française et de père iranien, a reçu le prix du club de femmes « Ailleurs » pour son livre «Je vous écris de Téhéran» (Ed. du Seuil). Prix Albert Londres 2006, cette journaliste spécialiste du Moyen-Orient est correspondante du « Figaro » en Turquie, après l’avoir été à Beyrouth, Tunis et au Caire. (Paris Match).

    La vidéo :

    Delphine Minoui parle de son dernier livre dans l’émission La grande librairie du 21 septembre 2017 :

    Delphine Minoui.png

  • Un autre regard d’Emma, du blog à la librairie

    Emma, Massot, Le Monde, Paris Match, Violaine MorinLe livre « Un autre regard : trucs en vrac pour voir les choses autrement » (éditions Massot) est en librairie depuis le 10 mai. Il rassemble les bandes dessinées publiées sur le blog et le FaceBook de l’auteure et qui ont pour sujet la charge mentale ou le syndrome des femmes épuisées de penser à tout, tout le temps.

    Véritable phénomène sur Internet le thème développé par la dessinatrice Emma a aussi eu les honneurs de la presse. Paris Match qui lui consacre un long entretien, écrit : « Depuis plusieurs années, Emma, 36 ans, troque de temps en temps sa casquette d’ingénieure-informaticienne pour le crayon, et aborde en images sur son blog plusieurs questions liées au féminisme, à la politique, à la santé ou encore à la sexualité. La blogueuse féministe et militante Emmaclit souhaite briser les clichés avec ses dessins tout « en revisitant avec beaucoup de justesse et d’engagement, des sujets tels que le sacro-saint instinct maternel, le baby blues, ou encore les réfugiés, elle parvient à remettre en question des vérités qui pouvaient paraître établies ».

    Le Monde de son côté lui consacre plusieurs articles et explique : « L’auteure de bande dessinée Emma, qui souhaite rester anonyme, a un autre métier à la ville. Ses posts Facebook en bande dessinée, consacrés le plus souvent à des sujets féministes, connaissent un certain succès. Après un post consacré au congé maternité, à l’automne, déjà largement partagé, elle a atteint 200 000 partages sur le réseau social pour sa dernière bande dessinée, Fallait demander, publiée en ligne le 9 mai. Ces quelques dessins expliquent avec des mots simples le problème de la charge mentale des mères dans la vie domestique, elles qui doivent « penser à tout » quand le partenaire se contente souvent « d’aider… Si on lui demande » ».

    Toujours dans Le Monde elle explique à Violaine Morin : « Quant au format de la bande dessinée, ce sont les dessins qui me permettent de faire passer rapidement mes idées. Ils n’ont pas vocation à être esthétiques. Avant, je tenais un blog avec des fiches sur le féminisme, mais ça ne fonctionnait pas… Alors j’ai voulu faire passer mes idées de façon plus efficace et plus accessible, pour vulgariser et mettre des problèmes en images. »

    Après son succès sur la Toile et les réseaux sociaux et il ne reste plus à souhaiter à l’auteure le même accueil pour le livre et surtout pour son sujet « la « charge mentale » et qui a permis à de nombreuses femmes de mettre un nom sur un tourment. »

    Emma, Massot, Le Monde, Paris Match, Violaine Morin

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu