Avertir le modérateur

onlalu

  • ERNEST ! le livre en fête et en revue

    Les revues sur la littérature et le monde de l’édition ne manquent pas, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ou Livres Hebdo, plus destinée aux professionnels, on les trouve chez les marchands de journaux ou par abonnement. Depuis quelques années Internet a augmenté cet éventail de titres avec ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, ou Onlalu, ceux-ci parmi beaucoup d’autres.

    Un petit nouveau vient se joindre à la liste, Ernest !. Sur France Info son fondateur David Medioni explique l’origine du titre : "Ernest est un média qui se veut un peu fantasque on avait envie d'incarner ça avec un prénom. On a choisi Ernest parce que c'est un prénom qu'on aimait bien, qu'on trouvait sympathique. Et puis surtout, c'était un petit hommage à Ernest Hemingway, dont on apprécie le côté fantasque".

    France Info détaille ses objectifs : « La revue en ligne "est découpée comme une fête", poursuit David Medioni. "Il y a 'l'apéro d'Ernest', c'est la partie gratuite du site, c'est Ernest qui régale. Ensuite vous avez des invités, comme Thomas Hervé, Didier Porte, Sonia Petit qui est une libraire qui est en train de créer sa librairie et qui va nous raconter les coulisses. L'espace  'Discute' est un endroit où on va aller apostropher des personnalités qui n'ont rien à voir avec le livre. Mon rêve - je passe un petit appel - c'est d'avoir Zinédine Zidane qui parle des livres qu'il lit à ses enfants !  Il y a aussi 'Les coups de foudre d'Ernest' et une rubrique 'Première fois' où on va voir des auteurs de premiers romans pour essayer de découvrir le nouveau Houellebecq, pourquoi pas !" »

    Au sommaire, des chroniques comme celle de Didier Porte qui « lira les livres et essais politiques et en fera, pour vous, une critique humoristique et grinçante », et même un scoop avec Sorj Chalandon qui parle de son prochain roman à paraître à la rentrée.

    En conclusion de son interview David Medioni déclare : « Je ne supporte pas les librairies où on chuchote et où il ne fait pas faire de bruit. Une librairie est un lieu de vie. Avec Ernest, on ne va pas épater le lecteur, on va lui parler simplement  et on ne va pas s'écouter écrire. C’est un peu le défaut par moment de certaines revues littéraires qui sont un peu élitistes. »

    David Medioni, Ernest!, France Info, Didier Porte, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, Onlalu,Livres Hebdo, Sorj Chalandon,

  • « Gardez-les bien, c’est toute ma vie. »*

    L’auteur
    « Pendant des années, j’ai pris des notes.
    J’ai cité ou évoqué Charlotte dans plusieurs de mes romans.
    J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois.
    Entre chaque roman, j’ai voulu l’écrire.
    Mais je ne savais pas comment faire.
    Devais-je être présent ?
    Devais-je romancer son histoire ?
    Quelle forme cela devait-il prendre ?
    Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite.
    Alors, je me suis dit qu’il fallait l’écrire comme ça. »

     
    L’éditeur 
    « Le roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. »
     
    Une lectrice 
    « C’est incroyable comme David Foenkinos arrive à faire vivre la sensibilité de l’artiste, à faire presque toucher du doigt son inspiration créative. Son enquête sur les lieux qui ont accueilli Charlotte, certains marqués d’une plaque commémorative, d’autres enfouis ou oubliés permet presque de la faire revivre entre les lignes.
    Grâce à lui, nombreux seront ceux, comme moi qui se hâteront de découvrir l’œuvre de cette artiste trop peu éclairée.

    Il y a une telle sincérité dans ces pages, c’est peut-être le secret de l’émotion qui envahit le lecteur au fil des phrases. »
     
    Un autoportrait

    044B001.jpg

    Un livre
    « Charlotte » treizième roman de David Foenkinos. Collection Blanche, Gallimard. Prix Renaudot 2014, Prix Goncourt des lycéens 2014.
     
     
    * Phrase prononcée par Charlotte Salomon lorsqu’elle a confié à son médecin toutes ses peintures avant de partir en déportation.
     
     

  • Retour sur le prix Goncourt et autres brèves

    "Living-boox" une émission sur les livres

    L’AFP et divers journaux dont L’Expansion nous apprennent que sur Youboox : « Chaque semaine, le chroniqueur littéraire Laurent Kupferman partira à la rencontre d'une œuvre, présentée par son auteur, via une chaîne sur YouTube ». La cofondatrice de Youboox, Hélène Mérillon, explique : « Avec cette chaîne vidéo, Youboox souhaite démocratiser l'accès aux livres. La vidéo et les web channels sont devenus des médias incontournables dans la découverte de nouveaux contenus » et « Notre objectif est d'éveiller la curiosité autant que le plaisir de lire afin de promouvoir la littérature de toutes les façons possibles ». L’Expansion précise : « Certains ouvrages présentés pendant l'émission seront ensuite disponibles sur la plateforme Youboox sous leur version numérique. »


    www7color.jpgZep se raconte

    Zep (Philippe Chappuis), dessinateur de Titeuf et du Zizi sexuel (Glénat), mais aussi de, « Une histoire d'hommes » (Rue de Sèvres) ou « Happy Parents » (Delcourt) a désormais son blog « What a wonderful world » sur le site du quotidien Le Monde. Il y raconte sa vie et notamment ses affres de créateur.

     

    Le Goncourt en direct

    L’Express raconte la folle journée où le prix Goncourt a été décerné à Lydie Salvayre. Comme si on y était : (...) 17h35. Visiblement, Kamel Daoud n'est pas content que son Meursault, contre enquête ait manqué le prix, alors qu'on le donnait favori. Dans son taxi, Lydie Salvayre s'en attriste. « Je sais ce que c'est, ça m'est tellement souvent arrivé dans le passé... » Sa voiture est coincée dans les embouteillages. A un feu rouge, non loin de la Maison de la Radio, stupéfaction: « Mais, vous êtes la Dame? » s'exclame le chauffeur. Un silence. « La Dame qui a eu le prix littéraire? Comment c'est, déjà... le Goncourt? C'est vous? » Lydie Salvayre opine du chef. « Oh, là, là, Madame, c'est un grand jour pour moi... Si j'avais imaginé ça, un Prix Goncourt dans ma voiture. Je suis un petit paysan d'un village du Sénégal et je me retrouve à être le chauffeur du Prix Goncourt... Oh, là, là... Je pourrais avoir un autographe pour ma fille? » (...) 

     

    Confidences avant le Goncourt

    De son côté le site « On la lu » nous propose un entretien émouvant de Sylvie Tanette avec Lydie Salvayre, réalisé avant qu’elle n’obtienne le prix Goncourt 2014 :

    (...) Et maintenant que ce livre est écrit et publié, comment le vivez-vous? Peut-être avez-vous la sensation du devoir accompli ?
    Je suis contente d’avoir mis en sûreté ces choses qui auraient pu disparaître. Et je suis surtout heureuse d’avoir redonné vie à ma mère. Elle s’appelait Montserrat Monclus Arjona, je l’ai écrit en toutes lettres dans le livre pour mettre son nom en sûreté, pour qu’il dure encore un peu. Je lisais récemment dans le blog d’Eric Chevillard que l’au-delà, pour les gens qui ne croient pas, n’était rien d’autre que la vie des morts dans nos esprits. Et bien voilà, j’offre un au-delà à ma mère et ça, ça me plaît beaucoup. (...)

    Ainsi va la vie des livres.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu