Avertir le modérateur

ollivier pourriol

  • Les livres aiment le football

    Des dizaines de livres ont été publiés à l’occasion de la 21e édition de la Coupe du monde de football qui a débuté le 14 juin et se terminera le 15 juillet. Un pari éditorial risqué si l’équipe nationale ne fait pas le parcours espéré (ce qui pour le moment ne semble pas être le cas, la France s’étant qualifiée pour la demi-finale).

    Kylian Mbappé, Luca Caioli, Cyril Collot, L'Equipe, éditions du Chêne, Yamina Benahmed, Alexandre Fievée, Frédéric Veille, Jérôme Bergot,  Le Huffington post, François Thomazeau, Ollivier Pourriol,Soulcié,  On trouve donc en librairies des rétrospectives, Coupe du monde 1930-2018 L’histoire illustrée de la Coupe du monde de football ! (Contre-Dires),Histoires insolites de la coupe du monde de Frédéric Veille (City), Les 20 coupes du monde de foot de Jérôme Bergot (Ouest France), ou l’évocation des moments glorieux comme la dernière victoire des Kylian Mbappé, Luca Caioli, Cyril Collot, L'Equipe, éditions du Chêne, Yamina Benahmed, Alexandre Fievée, Frédéric Veille, Jérôme Bergot,  Le Huffington post, François Thomazeau, Ollivier Pourriol,Soulcié,  « Bleus » avec Inoubliable 12 juillet 1998 de Julien Prétot (Tana Editions), et L'histoire d'une équipe - Seuls contre tous ! d’Alexandre Fievée (Amphora).

    Les éditions First elles, ont pensé aux néophytes avec L'histoire de la coupe du monde de football Pour les Nuls de François Thomazeau, et Talent Sport nous propose un Petit quiz football, Coupe du monde - 350 questions pour vous tester, et faire de chacun de nous un spécialiste du ballon rond.

    « La Coupe du monde 2018, c'est l'occasion de lire ces 5 livres » titre Le Huffington Post qui a demandé à la Société des gens de Lettres de Kylian Mbappé, Luca Caioli, Cyril Collot, L'Equipe, éditions du Chêne, Yamina Benahmed, Alexandre Fievée, Frédéric Veille, Jérôme Bergot,  Le Huffington post, François Thomazeau, Ollivier Pourriol,Soulcié,  lui commenter chacun de ces ouvrages, parmi lesquels on peut citer Poule D de Yamina Benahmed (L'Arbalète-Gallimard) évoquant le football féminin, ou Éloge du mauvais geste (Nil) d’Ollivier Pourriol.

    Plus ludique (et satirique) les éditions du Chêne se sont associées avec L’Equipe pour réunir sous le titre Le monde est Foot, les meilleurs dessins du caricaturiste Soulcié publiés dans le journal.

    Kylian Mbappé, Luca Caioli, Cyril Collot, L'Equipe, éditions du Chêne, Yamina Benahmed, Alexandre Fievée, Frédéric Veille, Jérôme Bergot,  Le Huffington post, François Thomazeau, Ollivier Pourriol,Soulcié,  Je terminerai cette (petite) sélection par l’article de Livres Hebdo (payant) qui signale que les éditeurs commencent à s’intéresser à une des étoiles montantes du football français Kylian Mbappé. Celui-ci est déjà cité dans plusieurs anthologies et Luca Caioli et Cyril Collot lui ont déjà consacré une première biographie Mbappé : le petit prince (éditions Marabout). Ce prodige n’a que 19 ans.

  • Presse livres

    « La vanité, une passion française ? ». Sous ce titre BibliObs publie un entretien avec Edouard Launet (Le Petit Livre des gros égos - PUF) et Ollivier Pourriol (On/Off, - Nil). Question de David Caviglioli : « Beaucoup des personnages croqués par Edouard Launet ont écrit des livres, de PPDA à Thierry Ardisson jusqu'aux frères Bogdanov. Pourquoi est-il si important de passer pour un écrivain ? » Réponse d’Ollivier Pourriol : « Les célébrités n'ont plus besoin d'être associées à une oeuvre. Elles soufrent donc d'un sentiment d'imposture tant qu'elles n'ont pas produit le livre. D'une certaine manière, elles savent ce qui a de la valeur. J'ai observé ça au « Grand Journal »: le livre est méprisé comme un truc ringard que personne n'a le temps de lire, et en même temps il confère un statut. Ceux qui détruisent le livre sont ceux qui l'admirent le plus. Il y a le temps court de l'intervention médiatique, et le rêve de s'inscrire dans le temps marmoréen de la création littéraire. Camus disait qu'entre le politique et l'écrivain, à la fin, c'est l'écrivain qui gagne. Le plus armé n'est pas le plus puissant. Ces gens-là savent que leur domination ne vaut rien. ça les travaille. »

    Le Figaro l’annonce « Harlequin sort son premier roman lesbien » et commente « Une première en trente-cinq ans d'existence. L'éditeur, qui s'est toujours cantonné aux relations hétérosexuelles, ose rompre avec sa formule proverbiale. Dans la collection HQN (marque numérique d'Harlequin) paraît « Nadya & Elena », une histoire d'amour saphique entre deux athlètes de haut niveau en lice pour les JO de Londres. ». Contatation du quotidien « Après s'être engouffré avec avec la collection « Spicy » dans la brèche du porno-soft ouverte par « Fifty Shades of Grey », Harlequin flirte donc avec «des horizons plus arc-en-ciel». Difficile de ne pas y voir une opération opportune de marketing de la part d‘un éditeur dont l'audace n'est pas, à première vue, une vertu cardinale. »

     « Inferno » de Dan Brown (J-C Lattès) est, selon Livres Hebdo, en tête des meilleures ventes de livres devant « Le meilleur médicament c’est vous ! » du Dr Frédéric Saldmann et « Le gardien de phare » de Camilla Läckberg. L’Express fait passer à Dan Brown son « test de la page 99 » et écrit à propos du nouveau best-seller : « Les antagonistes s'affrontent pour notre plus grand plaisir. Des méchants, très méchants mais un Pr. Langdon absent dans cette page 99. Un page-turner bien ficelé qui semble surfer sur les mêmes vagues que les précédents: complots, intrigue en béton et fin du monde en perspective. Une conversation qui séduit tant elle nous donne l'impression d'être dans la confidence. On l'écoute avec attention. Vite, tournons la page. » 

    Paris Match consacre un article aux films de long-métrages adaptés de bandes dessinées (Astérix, Tintin, Michel Vaillant, Largo Winch, etc.) et passe en revue les échecs et les réussites du genre. Le magazine s’interroge sur le succès de « Joséphine » tiré de la série de Pénélope Bagieu et détaille les prochaines sorties : « Les Nombrils » et surtout « Les Taxis rouges », une aventure de Benoît Brisefer, sont annoncés prochainement sur les écrans. Le cinéma d’auteur s’est aussi entiché du neuvième art, vivier presque intarissable de talents et d’auteurs. On attend avec impatience de découvrir « Quai d’Orsay » de Bertrand Tavernier, adapté de la BD éponyme de Christophe Blain et d’Abel Lanzac, alors que la Palme d’or du dernier Festival de Cannes, « La Vie d’Adèle » est une transposition très personnelle de l’un des succès d’édition de ces dernières années, « Le Bleu est une couleur chaude » de Julie Maroh, aux éditions Glénat.

    Presse-livres.jpg

  • Ollivier Pourriol : Fallait pas y aller*

    Pourriol.jpgDans le monde de l’édition tout fait livre. Ainsi un assez jeune agrégé de philosophie (41 ans), Ollivier Pourriol, qui pendant un an a essayé de parler de livres dans le cadre de l’émission Le grand journal de Canal +, vient de publier un livre de 354 pages qui raconte comment il a vécu cette expérience pendant laquelle il s’est retrouvé « dispersé, psychiquement atomisé, désintégré ».

    Les relations entre le livre et la télévision sont suffisamment complexes pour fournir la matière d’un ouvrage sur les coulisses de ce média alimenté aussi bien par les Théma d’Arte que par les Anges de la réalité.

    Au final, ON/OFF paru aux éditions Nil est qualifié de bon livre par la presse, de « féroce » par Le Monde », et son auteur fait la tournée des rédactions pour en parler.  

    Dans un entretien accordé au Monde il explique « Je voulais faire du journalisme d'idées à l'anglo-saxonne, à la manière de Malcom Gladwell dans le New Yorker. Parfois, j'y suis parvenu comme avec Nicolas Sarkozy. Après lui avoir passé un extrait d'Ordet, de Carl Theodor Dreyer, il a essayé de donner une leçon d'esthétique qui fut très instructive. On aurait pu continuer de la sorte avec d'autres invités politiques en les faisant réagir à une scène de leur film préféré car, cela est révélateur de leur psyché et de ce qui les anime. De même, quand Marine Le Pen me récite "Charogne" de Baudelaire, j'estime que l'on appris des choses sur elle, moi le premier. Les rares fois où j'ai réussi à faire cela, c'était un peu en contrebande. »

    Une ambition et une hauteur de vue vite contrecarrée par le déroulé et le rythme de l’émission destinée avant tout à distraire le téléspectateur de Canal+. On lui conseille aussi de « humer » les livres plutôt que de les lire, de ne pas parler de poètes morts, et de ne lire que le début, la page 100 et la fin des livres pour gagner du temps, car si on peut citer le contenu de la page 100, on démontre avoir lu le livre.

    Au cours d’un « chat » organisé par le quotidien 20 minutes Ollivier Pourriol répond au sujet de la télévision « Le «milieu télévisuel» n’est que le miroir de nos désirs. Il capte l’air du temps, ou ce qu’il suppose tel. Il ne faut attendre aucune prise de conscience du milieu, mais on peut espérer des initiatives individuelles, et un changement perceptible des attentes de ce qu’on appelle «le public». La télé n’invente rien, elle ne fait que suivre et amplifier. »

    La morale de cette épisode, on la trouve dans Les Inrocks où Jean-Marie Durand écrit à propos de ON/OFF « Dévoré par la télé de divertissement, Ollivier Pourriol fut une potiche comme une autre, ni plus ni moins. Exilé de la scène, il sait désormais que si les philosophes créent des concepts, les musiciens des affects, les écrivains des “percepts” (cf. Deleuze), la télé “crée de l’inepte”. Son passage au Grand Journal lui aura au moins fourni le plaisir d’une formule qui fait mouche… et pschitt. »

    * le titre de cette chronique est emprunté à une chanson « philosophique » de Patrick Sébastien, animateur télé qui lui aussi vient de publier un livre, « Comme un poisson dans l’herbe » (Xo).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu