Avertir le modérateur

olivier adam

  • Des auteurs s’engagent pour les migrants

    Le problème des réfugiés venant des pays du Moyen Orient en guerre semble monopoliser un peu moins les médias, mais continue à mobiliser les écrivains, loin des polémiques.
     
    C’est le cas en Angleterre, où la romancière J.K. Rowling a utilisé début septembre son compte Twitter et ses 5,3 millions d'abonnés pour alerter le premier ministre David Cameron et l’inciter à accueillir davantage de réfugiés dans son pays. Elle a écrit : « Si vous ne pouvez pas vous imaginer sur l'un de ces bateaux, vous manquez quelque chose. Ils sont en train de mourir pour une vie digne d'être vécue »


    En France, début décembre, le journal La Croix faisait état de l’initiative prise par 34 écrivains, dessinateurs,  réunis dans le livre « Bienvenue » dont les bénéfices des ventes (5 € le volume) seront reversés au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) : Patrick Gambache, directeur général de Points, les éditions à l’origine du projet. » indique au quotidien, « Après la sidération, il nous a semblé urgent de donner la parole à des personnalités publiques afin de constituer un recueil de textes et de dessins sur le thème de l’asile et de ceux qu’on appelle désormais les réfugiés et les migrants ».
    Parmi les participants à cette initiative on relève les signatures de Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec et Lewis Trondheim.

    J.K. Rowling, Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec, Lewis Trondheim, Wazi Mohammadi, Waris Dirie,Mende Nazer, Patrick Gambache,Olivier Adam, Djavann Chahdortt, Damien Lewis

    De son côté l’UNCHR Belgique publie une liste d’ouvrages pour adolescents et adultes qui abordent les conditions de vie en temps de conflits et le déracinement. Sur ce document on peut lire « Il existe une grande variété de livres sur les réfugiés – y compris des livres de fiction primés – et des ouvrages écrits par des réfugiés. Que diriez-vous d'emprunter l'un de ces livres à la bibliothèque près de chez vous ou de vous rendre chez votre libraire pour en acheter ?
    Faites-vous partie d'un club de lecture ? Vous pourriez peut-être envisager d'inclure l'un de ces livres dans votre liste de lecture.
    Parmi les titres :
    De Kaboul à Calais, de Wazi Mohammadi (Robert Laffont).
    Fleur du désert, Waris Dirie (J’ai lu).
    Ma vie d'esclave par Mende Nazer et Damien Lewis (L’Archipel).
    Comment peut-on être français ? Djavann Chahdortt (Flammarion).
    A l'abri de rien, Olivier Adam (Points).

    J.K. Rowling, Pénélope Bagieu, Geneviève Brisac, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Philippe Delerm, Mathias Enard, prix Goncourt 2015, Jul, Alain Mabanckou, Plantu, Claude Ponti, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Olivier Tallec, Lewis Trondheim, Wazi Mohammadi, Waris Dirie,Mende Nazer, Patrick Gambache,Olivier Adam, Djavann Chahdortt, Damien Lewis

  • Le livre dans tous les sens

    Tablettes tactiles, smartphones... les outils de lecture évoluent et gagnent du terrain sur le livre papier. Celui-ci tente malgré tout de résister en innovant, avec l’impression des livres à la demande, les « formats courts », mais aussi en imaginant d’autres formes.

    C’est le cas de l’« Ultra-poche » que l’éditeur le Seuil avait proposé en 2011 avec une série de neufs titres où l’on trouvait des auteurs comme Olivier Adam, Pierre Desproges, Cormac McCarthy, Michael Connelly, et Krishnamurti (Le sens du bonheur).

    A l’époque le site ActuaLitté expliquait que l’Ultra-poche permettait de « faire tenir Guerre et Paix dans sa poche de chemise et l’éditeur précisait : « que « .2 » n’est absolument pas destiné à concurrencer le livre numérique. Il n’en a pas la prétention. Simplement, « il est amusant de lancer un nouveau format papier au moment où le livre se dématérialise ». De toute façon, le numérique est une « question générationnelle qui dépasse la question du livre et de la littérature ».

    Ultra-Poche.jpg


    Le lancement de cette collection faisait alors l’objet de nombreux articles dans la presse (Le Point , Mediapart,...), de commentaires sur des blogs, tel Madimado (2013), et d’une vidéo (ci-dessus). Effectivement ce format que l’on lit horizontalement est assez original, et peut se transporter facilement.

    Mais en 2014, ActuaLitté annonce que le concept va réapparaître en Italie sous le nom de Flipback : « Le format Flipback est une version ultra-poche, mesurant 8 cm sur 12 cm, et que l'on peut lire de manière verticale. Imprimé sur papier Bible, il provient de Hollande et avait été introduit en France par Emmanuelle Vial, pour les éditions Points, sous l'appellation Point 2. Acheté fin 2010, pour deux années de commercialisation, il avait été lancé officiellement en mars 2011 et en Espagne, on l'avait vu apparaître sous le nom de Librinos, ou Flipback au Royaume-Uni. »

    Dans la péninsule, la collection est lancée par le groupe Mondadori, qui déclare toujours dans ActuaLitté « Dans une période de dématérialisation du livre, nous avons voulu mettre le papier au centre de l'expérience de lecture : prenez en main un Flipback, observez comment se déploient les premières pages à l'ouverture, appréciez la texture du papier, et savourez la qualité de la reliure cousue. Tout cela représente une expérience de réel plaisir pour tous ceux qui aiment les livres. ». L’éditeur vante également les mérites de son produit dans une video.

    Ulta-poche-Italie.jpg

    L’idée semble astucieuse. Cependant on peut se demander si les lecteurs qui tournent les pages dans le même sens depuis des siècles changeront si facilement leurs habitudes. Un signe qui ne trompe pas, c'est que même les tablettes numériques ont adopté le mode de lecture ancestral des livres.

  • Rentrée littéraire 2014 : par ici les sorties

    Dans le monde de l’édition, les rentrées littéraires se succèdent à un rythme soutenu et la presse, quelques semaines après avoir célébré la rentrée littéraire de janvier-février et ses 547 nouveaux titres, nous livre déjà des informations sur celle de l’automne 2014.

    Le Figaro, dès le mois de mai, liste les auteurs qui feront l’actualité de la prochaine rentrée. On y trouve Amélie Nothomb « La seule romancière présente à chaque rentrée littéraire depuis 1992. » et dont « L'éditeur n'a révélé qu'une petite phrase, celle de la quatrième de couverture : « Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. » Le roman devrait bénéficier d'un premier tirage conséquent : entre 180.000 et 200.000 exemplaires. ». Figurent aussi dans ces nouveautés annoncées Frédéric Beigbeder, Jean-Marie Rouart, Pascal Quignard, Emmanuel Carrère, David Foenkinos, Philippe Besson ou « Eliette Abécassis qui s'attaque à Freud avec Un secret du Docteur Freud (Flammarion). »

    Le Point recense à peu de choses près les mêmes signatures, et note que « Au premier trimestre 2014, la fiction littéraire a enregistré une forte dégradation, avec un recul de 7% par rapport aux trois premiers mois de 2013, selon le tableau de bord Livres Hebdo/I+C. Les ventes d'essais et de documents ont plongé, elles, de 10%. Globalement, tous types d'ouvrages confondus, les ventes de livres ont baissé de 4% en moyenne, subissant de plein fouet l'impact des disparitions de Virgin et Chapitre, relève le magazine spécialisé. »

    L’hebdomadaire s’interroge : « Cette rentrée, plus resserrée prédit-on, redonnera-t-elle le sourire aux éditeurs ? Avec 357 romans français et 198 étrangers, celle de 2013 était déjà repassée pour la première fois depuis douze ans sous la barre des 600 nouveautés. »

    Certains commencent aussi à placer leurs favoris. Ainsi le site My Boox se demande : « 2014 sera-t-elle l’année d’Olivier Adam ? Comme à chaque nouvelle parution, celui qui se traine la réputation d’éternel "Goncourable" boudé des grands prix d’automne, devrait avoir droit à son lot de sollicitations dans la presse.
    Alors qu’il publie Peine perdue à paraître le 20 août chez Flammarion, les jurés des grands prix littéraires donneront-ils sa chance à Olivier Adam, après avoir éliminé en 2012 son roman Les lisières, pourtant chouchou des libraires et acclamé par les journalistes ? »

    On laissera passer l’été (avec un bon livre) pour avoir la réponse.

    AVT_Amelie-Nothomb_408.jpeg

    En photo, autre incertitude de la rentrée littéraire : quel nouveau chapeau pour Amélie Nothomb ?

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu