Avertir le modérateur

new yorker

  • Leçons d'écriture

    Vous aimez l’écriture et vous rêvez d’avoir le même succès que des auteurs comme Eric-Emmanuel Schmitt ou Bernard Werber. Pas de problème c’est possible.

    Pour atteindre le niveau d’Eric-Emmanuel Schmitt, « écrivain multi-récompensé, jury du Prix Goncourt », mais aussi « philosophe, dramaturge, réalisateur », et « l’un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde, avec plus de 20 millions de livres vendus », il suffit de s’inscrire à la masterclass que propose The Artist Academy. Vous avez le choix entre 2 formules de « 120 à 500 euros » et « selon la formule choisie, vous pourrez même rencontrer l’artiste ! ».

    Le site détaille les 20 chapitres de cet apprentissage vidéo dont les exercices sont corrigés « en live » : « A travers ces 20 chapitres, Eric-Emmanuel Schmitt va véritablement vous faire vivre une expérience unique. En 6 heures : ses secrets, ses techniques, ses exemples, ses inspirations, son travail, son œuvre, les exercices qu’il vous fera faire, tout absolument tout ce qui a fait de lui un auteur à succès vous sera livré de façon inédite, afin que vous alliez au bout de votre rêve. »

    eric-emmanuel schmitt,Maria Konnikova, New Yorker, France Infoamélie nothomb,les artisans de la fiction,the artist academy,bernard werber

    Autre auteur, autre style, Bernard Werber qui lui distille gratuitement sur Youtube des conseils d’écriture. A travers plusieurs vidéos, vous apprenez « Comment écrire un roman » et vous recevez des conseils d’écriture. Ces 4 vidéos sont diffusées par la chaîne Les Artisans de la Fiction qui propose également des entretiens avec Amélie Nothomb dans lesquels elle évoque « le travail de préparation d'un roman : l'importance de lire pour écrire, le trajet comme point de départ d'un roman, l'importance de construire un incipit. »

    Pour terminer, une histoire racontée par France Info et qu’aucun atelier d’écriture n’aurait pu imaginer : Maria Konnikova, journaliste au New Yorker, a eu l’idée d'écrire un livre sur le monde du poker professionnel, ne connaissant rien à ce jeu elle s’est immergée dans le milieu de la compétition comme joueuse débutante. Résultat explique France Info : « En janvier dernier, la journaliste a remporté l'un des plus gros tournois de poker du monde, réunissant 240 personnes, et a gagné 84 600 dollars ». La parution du livre a été reportée mais l’auteure a déjà trouvé le titre : « Comment je suis devenue l'une des meilleures joueuses de poker du monde ».

  • Le tabou du harcèlement sexuel

    La polémique déclenchée par Christine Angot dans l’émission On n’est pas couché à propos du livre de Sandrine Rousseau n’était que le prologue du débat ouvert par le scandale Weinstein dévoilé quelques jours après par un article du New Yorker.

    Parler.png« Parler » (Flammarion) est le titre de ce livre écrit après que quatorze femmes aient accusé un homme politique de leur propre parti de harcèlements et d’agressions sexuelles. L’affaire sera classée sans suite et cet ouvrage témoigne de la difficulté de parler de ces problèmes et d'y trouver des solutions. Une démarche qui n'a pas plu à la chroniqueuse de Laurent Ruquier.

    Dans L’Express Christine Angot elle même victime d’inceste dans sa jeunesse déclare : « Pour ce qui est de l'agression sexuelle, ou du viol, c'est une souffrance d'autant plus grande qu'elle se double d'un déshonneur. Moi, quand je l'ai vécu, j'aurais préféré être morte que de le vivre. Je dis simplement que revendiquer un statut de victime n'est pas une ambition. » Des propos qu’elle complète par cette affirmation : « Non, ce n'est pas ça qui aide. On se débrouille. On ne nous laisse pas le choix. Il ne faut pas « aider »les gens, ce n'est pas assez, il faut les sauver. Le lien qui se crée avec un psychanalyste peut sauver. » 

    Dans l’hebdomadaire Les Inrocks Sandrine Rousseau se défend : « Dans la lutte contre les violences sexuelles, l'enjeu est de toucher tout le monde. Les femmes qui souffrent le plus sont souvent les plus isolées économiquement ou socialement. Je pense que le sujet n'est pas adapté à une émission comme On n'est pas couché mais il est important de parler aussi à ce public là. L'épisode diffusé samedi dernier révèle beaucoup de choses, et peut-être que dans quelques années on analysera le rôle qu'il a joué dans l’évolution de la perception du problème. »

    Quelques jours plus tard la position très personnelle de Christine Angot sera balayée par la révélation de l’affaire du producteur de cinéma Harvey Weinstein. Des dizaines de comédiennes vont à leur tour témoigner dans les médias, mais aussi sur les réseaux sociaux, des agressions sexuelles qu’elles ont eu à subir de la part du magnat d’Hollywood. Le besoin de dire publiquement s’est révélé le plus fort pour briser la loi du silence.

    Interrogée sur France Info Sandrine Rousseau rajoutera à propos de ce scandale : « Les femmes n'acceptent plus ce système. C'est une révolution douce qui est en train de passer ». « Mais il ne faudrait pas que cette affaire masque la forêt qu'il y a derrière. Parce que partout où il y a des positions de pouvoir, dans les entreprises, les hôpitaux, les associations, il y a des comportements de ce genre. Évidemment que dans la politique, il y en a. Et permettez-moi de noter qu'il n'y a pas tant d'affaires qui sortent, alors qu'à mon avis, il y a matière à en sortir beaucoup plus ».

  • Le livre face à son destin

    A l’occasion d’un Conseil des ministres franco-allemands, Aurélie Filippetti et Monika Grütters ministres de la Culture ont lancé un appel commun pour « prôner et mettre en œuvre une vision européenne commune du livre à l’ère numérique », et ont estimé que « ces enjeux doivent être une priorité de travail pour 2014 ».

    Dans un article (payant) titré « Le boom de l’e-book » et publié dans Le Monde son auteure Laure Belot note qu' « Avec la généralisation du smartphone – fin 2013, un Français de plus de 15 ans sur deux en était détenteur, selon Médiamétrie –, un nombre croissant de personnes se mettent à la lecture sur ce couteau suisse numérique. D’autant que grands téléphones et mini-tablettes se rejoignent en taille et qualité d’écran. » Le quotidien précise « En mars 2013, le baromètre du Syndicat national de l’édition (SNE) soulignait que 27 % des lecteurs numériques utilisaient – non exclusivement – leur smartphone. La librairie en ligne Feedbooks.fr note une accélération du phénomène ces derniers mois. Ce site propose 800 000 livres payants, mais son audience, mondiale, est portée par son offre gratuite : 15 000 ouvrages libres de droits sont disponibles en cinq langues ; un téléchargement est enregistré par seconde, soit 3,5 millions par mois depuis 240 pays. »

    Si tout va bien pour le livre numérique, auquel peu d’éditeurs croyaient il y a encore quelques mois, qu’en est-il de la diffusion du livre alors que le site ID Boox titre « Les librairies à l’agonie, Amazon bientôt premier libraire de France » ?

    Aux Etats-Unis le New-Yorker s’est intéressé à Amazon, un article repris par Slate.fr décrit « un système régi par les chiffres et les algorithmes, où la spécificité des contenus, la littérature, n’ont pas de sens. Tout ce qui n’ajoute pas une valeur concrète (comme les interviews d’écrivains) n’a pas d’intérêt pour l’entreprise. », et de conclure « Mais Amazon nuit aux maisons d’éditions traditionnelles. Et si l’entreprise prétend offrir aux écrivains un pourcentage plus confortable sur les livres publiés directement par Amazon, elle ne donne pas les avances que donnent les éditeurs. «Sans les avances suffisantes, beaucoup d’écrivains ne pourront plus prendre le risque de se lancer dans des projets longs et difficiles.» Amazon nuirait ainsi aux auteurs, qui en très grande majorité restent fidèles à leurs éditeurs.

    Les livres numériques, Amazon... et les libraires ?

    Sur 57 librairies Chapitres, 23 n’ont toujours pas trouvé de repreneur et ont fermé leur porte. Entre perspectives et mutations, 2014 semble être une année décisive pour l’avenir du livre.

    Photo © Charles Delcourt Light Motiv : quatorze éditeurs et libraires du Nord-Pas-de-Calais posent "Tous à poil !" pour montrer leur soutien «aux auteurs et aux livres injustement attaqués ».

    amazon,new yorker,charlotte pudlowski,slate.fr,feedbooks.fr laure belotlibrairies chapitre

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu