Avertir le modérateur

nathalie sarraute

  • Prix Vendredi, Weinstein, centenaire Coiffard, Sarraute, le monde de l’édition en quelques brèves

    Le Prix Vendredi

    prix Vendredi, SNE, Flore Vesco, Ecole des loisirs, Ronan Farrow, Albert Camus, Alice Zeniter, Gaël Faye, George Orwell, Marguerite Yourcenar, Sylvain Tesson, librairie Coiffard,France Culture, Flammarion, Ann Jefferson, Nathalie Sarraute, Gallimard, Hachette,Patrick Modiano Harvey Weinstein, Calmann lévy, Didier Jeunesse, Le 3ème prix Vendredi, créé par le Syndicat national de l'édition pour mettre en valeur la création littéraire à destination des futurs adultes, a été décerné à Flore Vesco, pour son roman L’Estrange Malaventure de Mirella (L’école des loisirs). Ce prix est doté d’un chèque de 2 000 euros et est organisé avec le soutien de la Fondation La Poste, par la Sofia et par le magazine Je bouquine (Bayard Presse). La lauréate 2019 est l'auteure de trois romans : De cape et de motsLouis Pasteur contre les loups-garous et Gustave Eiffel et les âmes de fer, tous publiés par Didier Jeunesse)

    L’affaire Weinstein

    prix Vendredi, SNE, Flore Vesco, Ecole des loisirs, Ronan Farrow, Albert Camus, Alice Zeniter, Gaël Faye, George Orwell, Marguerite Yourcenar, Sylvain Tesson, librairie Coiffard,France Culture, Flammarion, Ann Jefferson, Nathalie Sarraute, Gallimard, Hachette,Patrick Modiano Harvey Weinstein, Calmann lévy, Didier Jeunesse, Ronan Farrow, prix Pullitzer pour ses révélations sur l’affaire Harvey Weinstein, publie Les faire taire (Calmann Lévy). Un livre dans lequel il dévoile tous les dessous de cette énorme affaire qui a mis sans dessus dessous Hollywood, et les traquenards – tentatives d’entraves de la chaîne NBC, officine d’espions russes, intimidations téléphoniques, témoins agents doubles –, qu’il a du déjouer pour mener à bout son enquête. Le titre en anglais est Catch and kill, "attraper et tuer", expression donnée au fait d’acheter un scoop pour mieux l’enterrer

    Ecouter les livres

    prix Vendredi, SNE, Flore Vesco, Ecole des loisirs, Ronan Farrow, Albert Camus, Alice Zeniter, Gaël Faye, George Orwell, Marguerite Yourcenar, Sylvain Tesson, librairie Coiffard,France Culture, Flammarion, Ann Jefferson, Nathalie Sarraute, Gallimard, Hachette,Patrick Modiano Harvey Weinstein, Calmann lévy, Didier Jeunesse, La librairie Coiffard à Nantes qui fête son centenaire cette année, organise une centaine d’événements parmi lesquels la mise en place des cabines téléphoniques importées d’Angleterre, permettant d’écouter des extraits d’œuvres d’écrivains, une cinquantaine, dont Albert Camus, Alice Zeniter, Gaël Faye, George Orwell, Marguerite Yourcenar, Sylvain Tesson ou Patrick Modiano. Ces textes ont tous un lien avec la librairie et sont issus des catalogues audio des éditeurs Gallimard et Hachette.

    Nathalie Sarraute

    prix Vendredi, SNE, Flore Vesco, Ecole des loisirs, Ronan Farrow, Albert Camus, Alice Zeniter, Gaël Faye, George Orwell, Marguerite Yourcenar, Sylvain Tesson, librairie Coiffard,France Culture, Flammarion, Ann Jefferson, Nathalie Sarraute, Gallimard, Hachette,Patrick Modiano Harvey Weinstein, Calmann lévy, Didier Jeunesse, Ann Jefferson est l’auteure de Nathalie Sarraute somme biographique consacrée à « l'une des auteures qui ont le plus marqué le XX° siècle. » selon France Culture qui écrit : « La précision de l'ouvrage repose sur la multitude des sources : toute son œuvre, mais aussi des archives inédites, par exemple épistolaires. L'universitaire a elle-même bien connu la femme de lettres. Elle apporte un éclairage nouveau sur bien des aspects de l'œuvre de Nathalie Sarraute. » Editions Flammarion, collection « Les grandes biographies » ».

  • Les auteures exclues du bac littérature

    « Le nouvel auteur au programme de littérature en terminale L est André Gide, avec son roman Les faux monnayeurs. C'est un beau livre, écrit par un auteur important qui mérite d’être étudié. Ce n’est pas lui, le problème. 

    110145_couverture_Hres_0.jpgMais jamais une auteure femme n’a été au programme de littérature en terminale L. Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines comme Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux,  Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, George Sand, Louise Labé... soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves. A un type de classe composé en majorité de filles et des profs de lettres qui sont majoritairement des femmes, quel message subliminal veut-on faire passer ? »

    C’est par ses quelques lignes que commence la pétition initiée par Françoise Cahen, professeure de littérature de terminale L. Intitulée « Pour donner leur place aux femmes dans les programmes de littérature au bac L », elle est adressée à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

    Dans sa réponse, la ministre explique que ce choix dépend d’une commission qui « prend en compte plusieurs critères dans le choix des œuvres : des critères d’ordre littéraire et esthétique, la longueur des textes, l’accessibilité et la difficulté des œuvres pour les élèves de terminale dans la perspective de l’examen, les choix effectués les années précédentes pour varier les approches (genres et périodes). » Elle conclue sa lettre ainsi : « Je souhaite que désormais la place respective des auteures et des auteurs soit ajoutée à ces critères afin que les œuvres des auteures femmes puissent être étudiées. Un travail de sensibilisation sera par ailleurs mené afin que ce critère soit aussi retenu dans le choix des textes sélectionnés pour les sujets d’examens. Vous pouvez compter sur ma détermination et mon engagement pour donner aux femmes toute leur place. »

    A ce sujet Le Magazine littéraire rappelle que « La pétition reprend le combat mené par une lycéenne, deux ans auparavant, relayé par le site de rue89. » A l’époque, « Ariane, jeune bordelaise, s’adressait à Benoit Hamon, alors ministre de l’Education Nationale à l’époque, en ces termes « Si l’école a aujourd’hui la vocation de former autant des citoyennes et des citoyens que des esprits – comme le témoigne par exemple l’enseignement d’éducation civique –, qu’elle montre l’exemple vers une société égalitaire. Actuellement, elle ne fait que refléter le sexisme toujours ambiant de notre culture. » Le magazine conclut : « Mais bien que la lettre ouverte ait fait le tour d’internet, le gouvernement n’avait pas réagi... »

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu