Avertir le modérateur

michel lafon

  • Le dessinateur Cabu à la Comédie française

    On connaissait peu la passion pour le théâtre du dessinateur satiriste Jean Cabut, dit Cabu, disparu tragiquement le 7 janvier 2015 dans l’attentat contre Charlie Hebdo. Depuis son jeune âge il fréquentait assidument les salles de spectacles pour l’amour des beaux textes, des mises en scènes, mais aussi pour le plaisir de pratiquer son art du dessin.

    croquis_de_theatre_hi.jpgSes croquis sur le vif ont été publiés par plusieurs journaux, Le Figaro (de 1969 à 1971, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné, mais nombre d’entre eux étaient restés à ce jour inédits. Cabu perpétuait ainsi une tradition inaugurée par Toulouse-Lautrec, Daumier, Sem, Forain, et qui a hélas disparue dans la presse avec l’arrivée de la photo.

    Les dessins de Cabu sont présentés actuellement à la Comédie française et jusqu’au 25 juillet 2018 sous le titre « Cabu : Vive les comédiens ! 200 dessins pendant l'entracte ». Dans un texte d'introduction, son administrateur général Eric Ruf écrit « Cabu était un grand spectateur de théâtre. Nous le savions pour avoir croisé souvent ce grand escogriffe timide dans l’escalier d’honneur mais nous ignorions alors sa secrète et permanente activité pendant la représentation : il croquait sans cesse, ses carnets calés sur les genoux et entretenait ainsi son amour des planches et des acteurs. Grâce à son épouse, nous avons plongé dans ses cartons et retiré de ce trésor encore méconnu les magnifiques dessins de cette exposition. En chacun se retrouvent son humour, tout son amour et, partout, son esprit libre et frondeur. »

    CabuCF.png

    Une passion que confirme Véronique Cabut « Dessiner les comédiens du Français rendait Cabu joyeux. Dans le noir, malgré mes coups de coude, son feutre continuait de crisser sur le papier. Capter un regard, une silhouette, une attitude, trouver un angle, dessiner les mains et les mouvements à accentuer ou à caricaturer… »

    32215168_1908492955857280_3737101613194543104_o.jpgLes œuvres exposées à la Comédie française sont également réunies dans un album très illustré qui reprend le titre de l’exposition « Vive les comédiens ! » publié par Michel Lafon.

    Photos : Croquis de théâtre Honoré Daumier, dessin de Cabu pour « Cher Antoine » de Jean Anouilh - 1969 ©V.Cabut, et document Facebook/Comédie française.

  • Un livre de Cyril Hanouna

    Tout le monde connaît Cyril Hanouna, l’animateur de l’émission Touche pas à mon poste sur la chaîne C8. Un rendez-vous qui rassemble chaque soir plus d’un million de téléspectateurs. Il fait aussi parler de lui par les quelques dérapages qui ont émaillé son show télévisé consacré, au départ, à une analyse critique des programmes télévisés et des médias en général.

    Soucieux de redorer son image de marque il va publier son premier livre. Un ouvrage dont l’éditeur n’a pas dévoilé le titre et dans lequel il retrace son parcours personnel d’acteur, chanteur, scénariste, et humoriste. Cyril Hanouna y évoque son enfance aux Lilas, près de Paris, ses parents, son père médecin, sa mère commerçante, ses études en éco-gestion, ses divers métiers. Un long chapitre revient sur sa longue traversée du désert médiatique alors que sa femme travaille avec le producteur Gérard Louvin.

    On y trouve aussi les portraits des chroniqueurs de TPMP que l’on découvre, pour certains, sous un nouveau jour. Quelques-uns d’entre eux ont pu lire le manuscrit en avant-première, notamment Valérie Bénaïm qui a écrit sur Twitter : « Un écrivain est né ».

    Les livres de vedettes de la télévision ne sont pas rares et chacun se souvient du succès rencontré par Michel Drucker avec ses « mémoires », mais celui-ci risque de surprendre par la découverte de la face cachée de « Baba », grand amateur de happenings télévisuels, supporter impénitents du PSG, mais aussi grand lecteur de poésie.

    L’écriture est une discipline qui ne lui est pas tout fait inconnue puisqu’il a signé le scénario de la série Sur la vie d'ma mère diffusée sur France 2, et qu’il travaille actuellement avec Jean-Luc Lemoine au scénario d’un long métrage. Ce livre devrait faire oublier les précédents titres publiés par Cyril Hanouna : Les Peopleries : 300 potins de vos stars préférées !, éditions de la Lagune - 2005, Le Qui's Qui ! Le livre de ceux qui feraient mieux de changer de nom (avec Jonathan Lambert, Philippe Lelièvre), Michel Lafon – 2002, et 200 énigmes qui vont vous rendre fou, Michel Lafon - 2009. A signaler également la bande dessinée C'est que d'la rigolade ! (dessins de Sophiane Nemra) paru en novembre 2017 - Hachette.

    Un tournant dans une carrière d’amuseur affublé de tous les qualificatifs, sauf de celui d’auteur littéraire.

    Cyril Hanouna, Michel Lafon, Sophiane Nemra, Michel Drucker, Valérie Bénaïm, TPMP, C8,

  • L'envie d'avoir envie de lire sur Johnny Hallyday

    Plus grand monde ne peut ignorer la disparition à 74 ans du chanteur Johnny Hallyday à qui des milliers de fans et nombre de médias ont rendu un hommage national et populaire. Une célébration qui se poursuivra sans aucun doute dans les libraires… en cette veille de Noël.

    Grund.jpgLe magazine professionnel Livres Hebdo dénombre (avec Electre) 55 livres édités depuis 1984, et indique que « depuis l'annonce du décès de la star française survenu cette nuit, les éditeurs ont avancé certaines de leurs parutions ou lancé des rééditions. » Parmi eux, l’éditeur Gründ qui publiera le 21 décembre un album photo de Daniel Angeli et Bernard Pascuito, intitulé Johnny (photo). Le même éditeur avait en 2013 publié « Johnny Hallyday » de Jean-François Chenut.

    Le premier tome de « Destroy » autobiographie de Johnny Hallyday éditée par Michel Lafon a été publié en 1996. En 2003, les 3 tomes de la saga (689 pages) ont été proposés en intégrale dans un coffret bleu en imitation croco. Ce titre a été publié dans la collection le Livre de Poche.

    311563503.jpg« Johnny le guerrier » de Gilles Lhote est lui disponible en format broché et en format Kindle. Gilles Lhote a également publié « Johnny interdit »  en 2016 (Robert Laffont) et en 2012 « Johnny, le rock dans le sang » (Cherche midi), « Johnny le survivant » (Ramsay).

    Si Johnny Hallyday avait des fans inconditionnels, il avait aussi ses détracteurs. Le journal Charlie Hebdo a consacré plusieurs de ses couvertures au chanteur dont beaucoup étaient dessinées par Cabu. En 2011, le dessinateur a réuni ses dessins iconoclastes sur celui qui n’était visiblement pas son idole dans « Johnny c’est la France » (Les Echappés). johnny_1.jpg

    Bernard Violet, est aussi un auteur à s’être intéressé à Johnny avec deux livres : « Johnny : le rebelle amoureux » (Fayard, 2003) et « Johnny Hallyday pour les Nuls » (First, 2012).  Interviewé par L’Express après le décès du chanteur il dit : « Il était désarmant de franchise, très attachant. Lorsque je lui ai proposé de choisir une épitaphe, il a commencé par me dire: "Je veux quelque chose de très simple, avec Jean-Philippe Smet, pas Johnny Hallyday". Il aimait bien celle de Nikos Kazantzakis, l'auteur de Zorba le Grec: "Je ne crains rien. Je n'espère rien. Je suis libre". Et puis finalement, sa préférence est allée à: "Souvenez-vous de moi comme d'un homme sincère". »

    Dans-mes-yeux.jpgEnfin dernière autobiographie parue (en 2013) « Dans mes yeux » (Plon), écrite par Amanda Sthers. Une ultime confession dans laquelle il règle ses comptes avec le monde du show-business. In memoriam.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu