Avertir le modérateur

mary poppins

  • Supercalifragilisticexpialidocious*

    En 2014, on fête les 50 ans du film « Mary Poppins » qui a enchanté de nombreuses générations d’enfants et de parents, avec la sortie dans les salles de cinéma du long-métrage « Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney ». Ce film raconte comment le père de Mickey a convaincu l’auteure de cette histoire Pamela Lyndon Travers (Helen Lyndon Goff de son vrai nom) d’adapter son œuvre.

    De ce film Le Figaro écrit « Le réalisateur raconte la genèse de Mary Poppins, le film de Robert Stevenson avec Julie Andrews, et comment Walt Disney réussit à obtenir les droits d'adaptation du livre au début des années 1960. On apprend que les aventures de la nurse des enfants Banks ne sont pas seulement le fruit de l'imagination de Pamela Lyndon Travers, mais également de sa vie, en particulier des relations fusionnelles qu'elle entretenait avec son père. C'est ce que découvrira Walt Disney, persévérant et malicieux Tom Hanks, quand il fait la connaissance de cette Australienne au caractère bien trempé, d'abord réticente à l'idée de voir ses personnages « s'animer » sur un écran. Il met les petits plats dans les grands pour la recevoir à Los Angeles, il lui envoie une limousine avec chauffeur, lui offre un Mickey géant et une équipe de talent. »

    Une adaptation qui s’est faite non sans mal comme le raconte Susie Bourquin sur le site d’Europe 1 : « Walt Disney a eu du nez en adaptant le livre dePamela Lyndon Travers, l’histoire de cette nounou bienfaitrice. En réalité, ce sont les filles de Walt Disney, fans de " Mary Poppins ", qui l’ont supplié d’adapter le livre. Mais c’était sans compter sur le tempérament de la romancière australienne Pamela Lyndon Travers. Laisser son héroïne entre les mains d’Hollywood ? Jamais ! Et pourtant. Si la première tentative de Walt Disney, en 1940, a été infructueuse, le manque d’argent la pousse à céder, vingt ans plus tard ! Mais à condition d’avoir un droit de regard sur l’œuvre…»

    Ce n’est que 20 ans plus tard qu’elle acceptera, et n’appréciera pas le résultat final et, comme le raconte Susie Bourquin, serait sortie en larmes de la première projection, jugeant la version trop enfantine, et l’héroïne trop excentrique. La journaliste précise qu’à sa mort en 1996,  elle laissera un testament stipulant « plus question de céder les droits à un quelconque réalisateur et plus jamais d’adaptation de son œuvre ».

    Curieusement, si le film musical Mary Poppins obtient 5 Oscars et devient un succès cinématographique planétaire, on ne trouve en France que peu de versions imprimées du livre. Il faut remonter à 1937 avec « Mary Poppins », illustrations de Mary Shepard, traduit de l'anglais par Léo Lack, et publiée par les éditions Desclée De Brouwer, ou à 2010 avec « Le Retour de Mary Poppins », traduit par Thierry Beauchamp et illustré par Sibylle Delcroix, éditions Rocher jeunesse, pour pouvoir lire les histoires de la nounou magique.

    Walt Disney mourra deux ans après la sortie du film et c’est son personnage que l’on retrouve dans le film produit par les studios Disney.

    * Supercalifragilisticexpialidocious c’est le titre d'une chanson écrite par Richard et Robert Morton Sherman figurant dans le film « Mary Poppins » sorti en 1964 (pour l'écouter il suffit de cliquer sur la photo).

    MaryPoppins.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu