Avertir le modérateur

marie fournier

  • Les malheurs de Jean-Louis Fournier

    Drôle de vie que celle de Jean-Louis Fournier, « fils d’un médecin (alcoolique) décédé à l’âge de 43 ans et d’une mère professeur de lettres, neurasthénique » (France Inter), deux enfants handicapés issus d’un premier mariage, une seconde femme qui décède brutalement, et une fille mystique. Des tragédies et un destin dont il a tiré la matière de ses derniers livres et de deux spectacles (en 2012, Mon dernier cheveu noir, un one-man-show sur la vieillesse présenté au théâtre du Rond-Point).

    Drôle de parcours que celui de Jean-Louis Fournier, réalisateur de télévision, il est aussi le créateur du dessin animé La Noiraude, une vache qui enchantera des milliers d’enfants sur TF1 en 1997 (rediffusée en 2008 sur Gulli). Il travaillera ensuite avec l’humoriste Pierre Desproges dont il mettra en images la série La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, et les deux derniers spectacles.

    Ses premiers livres, La grammaire française et impertinente (1992) et L’Arithmétique appliquée et impertinente (1993) lui apporteront la notoriété, mais c’est dans la partie sombre de sa vie qu’il puisera les sujets de ses futurs livres.

    En 1999, il évoquera son père dans Il a jamais tué personne mon papa (disponible en Livre de poche), puis en  2008, il publiera Où on va papa ? (Stock) best-seller qui obtiendra le prix Fémina où il relate sa confrontation avec ses deux fils handicapés physiques et mentaux. Un récit que la mère des enfants Agnès Brunet qualifie de « roman » et qui l’amène à faire cette précision sur un blog créé pour l’occasion « Je refuse l’idée désespérante que le passage de Matthieu et de Thomas sur cette terre n’était finalement destiné à rien. Rien d’autre qu’à accabler leur père et à servir de sujet à un livre, aussi excellent soit-il. » Trois ans plus tard, c’est la mort de Sylvie, sa seconde femme avec qui il a vécu plus de 40 ans, qui lui inspire Veuf (Stock).

    Jean-Louis Fournier, Marie Fournier, Cette année, il consacre son dernier livre La servante du Seigneur (Stock) à sa fille Marie qui a « rencontré Jésus », ce qui n’a pas eu l’air de plaire à son géniteur. Le livre, lui, déplaît à sa fille et comme nous l’apprend le Nouvel Observateur, un droit de réponse de 5 pages a du y être intégré. Marie Fournier y écrit « Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un père qui offre sa propre fille au monde entier après l’avoir défigurée. En tant que ‘‘chef-d’œuvre’’ cubiste de Jean-Louis Fournier, j’aurais préféré que ce dernier le garde accroché dans sa maison. Il avait promis. Par générosité, il a voulu en faire profiter tout un chacun. M’y résigner était le prix à payer pour garder un père, même si j’en ressors flétrie.»

    Drôle de carrière littéraire que celle de Jean-Louis Fournier. Si la poésie et surtout l’humour noir et le cynisme parsèment ses livres et semblent l’aider à prendre du recul face aux événements, l’étalage de cette vie familiale bouleversée dérange. Cependant force est de constater que le malheur teinté d’ironie se vend bien, avec 317.000 exemplaires pour Où on va papa ? On notera finalement qu’après avoir évoqué la vie de chaque membre de son entourage, il ne lui reste plus qu’un seul sujet à exploiter : Jean-Louis Fournier.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu