Avertir le modérateur

luz

  • Un auteur à succès, de la poésie, un général, et un prix

    Musso toujours en tête

    Selon une étude GfK parue dans Le Figaro, Guillaume Musso est depuis huit ans l'auteur préféré des Français avec plus de 1,6 million d'exemplaires vendus en 2018, toutes éditions - originale et poche -confondues. France Info qui commente cette information publie les scores des autres auteurs présents dans ce palmarès de l’édition : « Alors que l'année écoulée a été morose pour le monde de l'édition, le romancier a réussi à vendre davantage de livres en 2018 qu'en 2017. Guillaume Musso se place loin devant Michel Bussi (975.800 livres vendus en 2018) et le Suisse Joël Dicker (894.400). Derrière le trio de tête on trouve Aurélie Valognes, première femme du palmarès, qui a vendu 834.500 livres l'an passé. Elle devance Marc Levy (820.800). » Le dernier roman de Guillaume Musso La Jeune Fille et la Nuit, publié en avril 2018 aux éditions Calmann-Levy, a déjà atteint les 782.000 exemplaires.

    Les beaux jours de la poésie

    Luz, Valérie Manteau, Le Sillon, Philippe Lançon, Le Lambeau, Futuropolis, Indélébiles, Le Tripode, Prix France Info, Gilets jaunes, pierre de villiers, france info, Fayard, ouest-france, Printemps des poètes 2019, Guillaume Muso, Michel Bussi, Joël Dicker, Marc Levy, Aurélie Valognes, GfK, calmann-lévyLe Printemps des poètes aura lieu en mars 2019 mais on en connaît déjà l’affiche signée Enki Bilal, dessinateur de BD à succès. Une prestigieuse signature pour célébrer les 20 ans de l’événement et le thème de cette édition « La beauté ». Le nouveau site du Printemps des poètes.

    Un général best-seller

    Parmi les effets collatéraux des manifestations des « Gilets jaunes » ont peut répertorier le succès des livres du général Pierre de Villiers, ancien chef d’Etat-major que certains des manifestants voient comme l'homme providentiel pouvant régler les problèmes actuels de la société française. Selon France Info : « Le général de Villiers suscite un engouement qui dépasse largement les "gilets jaunes" et le cadre de son ancienne fonction, comme le montre son succès en librairie. Selon Fayard, son éditeur, 150 000 exemplaires de Servir ont été vendus et 100 000 exemplaires de Qu'est-ce qu'un chef ? ont été écoulés depuis sa parution le 14 novembre 2018. Sans compter qu'il attire plusieurs centaines de personnes à chacune de ses séances de dédicaces et de ses conférences. » Dans un entretien à Ouest-France. celui-ci a déclaré :« Je ne ferai pas de politique. Je n'en ai ni l'envie, ni la volonté ».

    Les jurés des prix sont toujours Charlie

    La bande dessinée de Luz Indélébiles (Futuropolis) qui raconte les années Charlie avant l’attentat du 7 janvier 2015, vient de recevoir le Prix France Info 2019 de la Bande dessinée d’actualité et de reportage, toujours attribué à quelques jours du festival de la BD d'Angoulême. On notera à cette occasion que nombre d’anciens collaborateurs du journal satirique ont été récompensés ces derniers mois à commencer par Valérie Manteau Prix Renaudot avec Le Sillon (Le Tripode), et Philippe Lançon Prix Fémina, Prix des prix, avec Le lambeau (Gallimard) qui figurait également dans la liste du Goncourt.

  • Attentats, des livres pour exprimer l’indicible

    Les attentats du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, du 13 novembre 2015 à Paris et du 14 juillet 2017 à Nice, ont marqué durablement la société française. Trois ans après des rescapés témoignent encore de ces moments terribles.

    On le sait Le lambeau de Philippe Lançon, prix Femina 2018, raconte la longue reconstruction physique du chroniqueur littéraire de Charlie qui s’il a échappé aux balles des frères Kouachi a été grièvement blessé lors du massacre perpétré à la rédaction du journal satirique. En 2016, trois autres journalistes de l’hebdomadaire avaient eux aussi évoqué leur mal-être, Luz Catharsis (Futuropolis), Catherine Meurisse La légèreté (Dargaud), et Valérie Manteau Calme et tranquille (Le Tripode).

    Luz publie cette année Indélébiles (Futuropolis), somme des bons moments passés à la rédaction de Charlie avant l’attentat, et Valérie Manteau dans Le sillon (Le Tripode), prix Renaudot 2018, établit un parallèle entre Charlie Hebdo et Hrant Dink journaliste turco-arménien assassiné en 2007 devant son journal.

    loïc malnati,luz,valérie manteau,catherine meurisse,hrant dink,philippe lançon,catherine bertrand

    Catherine Bertrand (pseudonyme), 37 ans, a elle choisit de raconter son état de stress-post traumatique après l’assaut du Bataclan (morts) où elle était présente. Elle a tenu un journal intime dessiné qu’elle a publié en autoédition sous le titre « Chroniques d’une survivante », et vendu à 500 exemplaires. France Inter explique « Catherine, archiviste photo de formation, n’est pas dessinatrice professionnelle. « J’ai commencé à griffonner un mois après les attentats car cela me permettait d’exprimer des choses, ça me soignait, confie-t-elle. Au départ, c’était comme un journal intime, mais mes amis rescapés de l’association Life for Paris m’ont demandé de continuer : ils percevaient le pouvoir pédagogique de ces dessins pour expliquer ce qu’ils traversaient à leur entourage. » L’album est désormais publié par les éditions de La Martinière.

    Paris, mais Nice aussi a été durement frappé par les terroristes le 14 juillet 2017. Loïc Malnati, artiste tatoueur publie premier tome de ses Contes mécaniques (éditions Paquet), « Une série sur l’univers Steampunk (un courant nostalgique en lien avec la révolution industrielle) qu’il a choisi d’entamer en évoquant l’attentat de la promenade des Anglais. Sans jamais le nommer. » (...) « Silence..., le titre de sa BD, « c’est aussi bien pour la minute de silence que pour cet instant de sidération lorsque quelque chose comme ça se produit » rajoute 20 minutes.

    loïc malnati,luz,valérie manteau,catherine meurisse,hrant dink,philippe lançon,catherine bertrand

  • L’album Catharsis de Luz

    5 mois après la tuerie de Charlie Hebdo, comment en parler, comment continuer à travailler dans ce journal ? Le dessinateur Luz qui, à quelques minutes près, a échappé au massacre mais a été un des premiers présents sur place après le départ des tueurs, a voulu dans un album poignant tenter d’exorciser par le dessin, la douleur de la perte de ses amis et l’état de sidération dans lequel ces événements dramatiques l’ont plongé.

    Dans Libération Quentin Girard écrit : « Luz ne propose pas de grandes théories ou analyses sur les événements, il parle aux tripes, aux siennes et aux nôtres. Parfois, il pleure, l’émotion est palpable. Mais le désespoir ne l’arrête pas, car, autant qu’un album sur le traumatisme, Catharsis est une déclaration d’amour. A Camille, sa femme, très présente dans l’histoire, qui le sauve de la folie et de la dépression infinie. »

    L’hebdomadaire Les Inrocks écrivent dans la présentation d’un entretien avec l’auteur : « Catharsis raconte l’histoire d’après, et de celle-là, on ne sait pas grand-chose : celle d’une guerre psychologique et intime contre la folie qui s’immisce dans la brèche ouverte par la perte intolérable et l’enfermement. Comme son auteur qui, pendant des mois, fut branché sur un courant alternatif le faisant passer du rire aux larmes, Catharsis joue une partition à plusieurs voix entre détresse et joie, violence et tendresse infinie. Avec comme fil rouge, ce regard malicieux et généreux, profond mais jamais sérieux, même dans les moments de désespoir – la patte de Luz, qui dessine ici une œuvre à son image : fantasque, drôle, touchante et sensible. A chaque nouvelle planche, Luz reconquiert un peu de ce terrain perdu face à la peur pour se jouer au final du désespoir, de la violence et du chagrin. »

    Luz, Charlie Hebdo, Catharsis, Les Inrocks, Daniel Schneidermann , Quentin Girard, On le sait, nombre de journaux en ont parlé, Luz a décidé de prendre du recul par rapport à Charlie Hebdo, une décision personnelle abondamment commentée, et il a également annoncé ne plus vouloir dessiner Mahomet, une décision critiquée, mais que défend Daniel Schneidermann sur le site Arrêt sur Images dans un article consacré à Catharsis : « Luz ne dessinera plus Mahomet. Oui, Luz déserte ce combat-là. Et alors ? On aimerait trouver les mots pour leur faire comprendre, à Bougrab et à tous les petits soldats, la victoire que constitue cette désertion. Leur faire comprendre, toucher du doigt, ce que ça demande, de dessiner les Kouachi enfants, l'harassement, la victoire sur soi, leur faire comprendre au prix de quel effort un tel dessin peut sortir des profondeurs des tripes pour se poser pantelant sur la feuille blanche, leur faire comprendre combien cela exige, en un mot, du courage, tellement plus de courage que pour dessiner Mahomet. »

    Les grandes tragédies ont souvent inspiré des témoignages forts, Catharsis (Futuropolis) est de ceux-là.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu