Avertir le modérateur

livres hebdo

  • Les Trophées de l'édition 2019

    Le cinéma a ses César, le théâtre ses Molière, le monde de l’édition a désormais ses Trophées Livres Hebdo de l'édition.

    trophees_2019_visuel.jpgCréés par la magazine spécialisé qui leur a donné son nom, ces prix « couronnant l’excellence dans chacun des métiers du secteur », ont reçu le soutien du Bief (Bureau international de l'édition française), du groupe Editis, de Google, d'Hachette Livre, de Humensis, de Jouve, du Cercle de la librairie, de Facebook, de Gleeph et de Relay.

    Le jury était présidé par Denis Olivennes, président du conseil de surveillance de Czech Media Invest (groupe actionnaire de Marianne, Le Monde) et composé de divers spécialistes de l’édition, d’une libraire, et de nombreux collaborateurs de Livres Hebdo. Deux prix ont été décernés par les lecteurs du magazine : L'éditeur de l'année : Cécile Pournin et Ahmed Agne (A.C Media), et La petite maison d'édition de l'année : Le Tripode.

    Le palmarès du jury :

    Trophée spécial du jury : Les éditions Diane de Selliers

    Création éditoriale : la collection "L'ardeur" chez Thierry Magnier

    Conception artistique : le livre Midi Pile de Rebecca Dautremer, chez Sarbacane

    Fabrication : le livre en papier minéral d'Adespote

    Valorisation du fonds : "L'année Simenon" par Presses de la Cité

    Communication : Blake et Mortimer, Le dernier Pharaon, par Dargaud/Blake et Mortimer

    Opération commerciale : la Scop Terres Vivantes pour son incentive avec les libraires de Cultura

    Innovation numérique : Le cahier de dessin animé par les Editions animées

    Innovation logistique : le court tirage à la demande de Humensis/Union Distribution

    Responsabilité sociale et environnementale : le tremplin Prépabac d'Hatier

    Succès international : le portail international de Cairn.info

    Fabrice Piault, rédacteur en chef de Livres Hebdo a déclaré dans Le Figaro (partenaire média de l’événement) à propos de ces Trophées : « Nous souhaitons montrer ce qui apparaît déjà à travers les plus de 200 dossiers que l’on a reçus venant de 110 éditeurs, ce qui est quand même beaucoup pour une première édition. Contrairement à l’image que l’on peut parfois penser du livre comme d’un secteur un peu passéiste, c’est une industrie très ancrée dans les transformations de l’époque et qui se modernise. Les professionnels qui seront primés le seront pour des réalisations qui manifestent la force d’un travail d’artisan et une intégration très poussée des nouvelles technologies. Ce que nous voulons montrer, c’est cette modernité de l’édition. »

  • Comment rémunérer les directeurs de collection ?

    Hugues Jallon, Seuil, SNE, Livres hebdo, Agessa, directeur de collection, actualitté.comDans les métiers du livre il en existe un, peu connu, celui de directeur de collection. Son rôle créer, imaginer, une série de livres autour d’un thème ou d’auteurs, et assurer ensuite le suivi du travail des auteurs jusqu’à la remise des manuscrits et la parution du livre.

    Ils sont les intermédiaires entre l’éditeur et les auteurs. Souvent ils s’impliquent dans le contenu des ouvrages pour s’assurer que l’esprit de la collection est maintenu. Ils participent également à la conception des couvertures et des textes qui accompagnent les livres.

    Les directeurs/directrices de collection ne sont pas toujours des salariés de l’entreprise, soit parce que la charge de travail n’est pas suffisante pour justifier ce statut, soit que en tant que spécialistes ils ont une autre profession. Ils étaient donc rémunérés en droits d’auteurs et parfois en pourcentage de droits sur les ventes. Or, suite à un recours en 2017 de l’Agessa (la Sécurité sociale des auteurs pour simplifier), le Conseil d’Etat vient de leur dénier ce statut d’auteur, un problème qui met en émoi et mobilise le SNE Syndicat National de l’édition.

    Livres Hebdo qui fait le point sur cette affaire dans un grand article (payant) écrit : « Jugée « désastreuse » au SNE, cette décision met en péril le travail méconnu mais essentiel de 900 directeurs de collection, rémunérés pour la majorité d'entre eux en droits d'auteur, qui collaborent avec plus d'une centaine de maisons d'édition. Qu'il soit en parallèle auteur, éditeur, traducteur, correcteur, journaliste, artiste, universitaire ou enseignant, le directeur de collection apporte des projets Hugues Jallon, Seuil, SNE, Livres hebdo, Agessa, directeur de collection, actualitté.comindépendants, porte une ligne éditoriale et choisit les ouvrages à éditer en accord avec la maison d'édition. « Ils font partie de l'écosystème de création à part entière », souligne le P-DG du Seuil, Hugues Jallon. »

    Actuallité.com aborde une autre facette du problème : « La dernière inquiétude du syndicat patronal concerne les contrats antérieurs à la décision du CE, notamment dans le cas d'ayant droits de deuxième ou de troisième génération. « Il est impossible de les transformer en taux horaire ou en salaire, et engager des discussions avec tous les concernés serait une tâche monstre. Ce que l'on souhaiterait, c'est que la date d'application de la décision soit maintenant, sans rétroactivité. »

    Le site spécialisé conclut en citant le SNE : « Les collections structurent l’édition moderne. Leurs directeurs sont des maillons essentiels de cette grande chaîne de la création éditoriale », et pose la question « Pourquoi avoir ouvert originellement la boîte de Pandore ? »

  • L'actualité en bref pour Astérix, les Nuls, Editis, et Glénat Jeunesse

    Astérix

    Astérix et d’Obélix, éditions Albert René - Hachette, René Goscinny, Jean-Paul Gabillet, Pour les Nuls, First, Vincent Bolloré, Livres Hebdo, Pascal Bruckner, Pierre Arditi, Bruno Liance, Eva Green, Hervé Le Goff, Jean-Pierre Kerloc'h, Edith Chambon, Maureen Dor, Marlène Jobert,Glénat Jeunesse, Vivendi, Editis, Pierre Conte,Michèle BenbunanOlivier Duhamel,Sud OuestAlbert Uderzo,  2 millions d’exemplaires c’est le tirage prévu pour le prochain album des aventures d’Astérix et d’Obélix qui paraît le 23 octobre sous le titre La fille de Vercingétorix (éditions Albert René - Hachette). A cette occasion le métro parisien a rebaptisé quelques-unes de ses stations (photo). La série créée par René Goscinny et Albert Uderzo fête cet automne ses 60 ans. A lire sur le sujet, l’article de Sud Ouest signé Jean-Paul Gabillet, sur l’aventure éditoriale ratée des albums d’Astérix aux Etats-Unis.

    astérix et d’obélix,éditions albert rené - hachette,rené goscinny,jean-paul gabillet,pour les nuls,first,vincent bolloré,livres hebdo,pascal bruckner,pierre arditi,bruno liance,vivendi,editis,pierre conte,michèle benbunanolivier duhamel,sud ouestalbert uderzo,marlène jobert,glénat jeunesse,eva green,hervé le goff,jean-pierre kerloc'h,edith chambon,maureen dor,jean-louis trintignant,boris vianPour les Nuls

    La célèbre collection de livres documentaires Pour Les Nuls des éditions First modernise ses couvertures. Fini le noir et jaune qui permettait une identification immédiate dans les librairies, place aux couvertures plus classiques en couleurs avec juste un bandeau jaune qui rappelle les anciennes maquettes. Les éditions First annoncent également une nouvelle série à partir du 17 octobre « Ça fait débat ! » dirigée par Olivier Duhamel. En photo : Le féminisme pour les nul.le.s, dont le contenu utilise l’écriture inclusive.

    Editis

    Nouveau mouvement au sein du groupe Editis récemment repris par Vincent Bolloré. Michèle Benbunan est nommée Directrice générale et remplace Pierre Conte nommé à son poste en 2017. Michèle Benbunan était auparavant la directrice de la branche Service et opération chez Hachette. Selon Livres Hebdo, elle a été chargée « de piloter l’évolution d’Editis pour répondre aux profondes mutations du monde de l’édition et positionner l’entreprise aux avant-postes de cette transformation.» Et d’accélerer « le développement de projets communs avec les autres entités du groupe Vivendi ».

    Astérix et d’Obélix, éditions Albert René - Hachette, René Goscinny, Jean-Paul Gabillet, Pour les Nuls, First, Vincent Bolloré, Livres Hebdo, Pascal Bruckner, Pierre Arditi, Bruno Liance, Eva Green, Hervé Le Goff, Jean-Pierre Kerloc'h, Edith Chambon, Maureen Dor, Marlène Jobert,Glénat Jeunesse, Vivendi, Editis, Pierre Conte,Michèle BenbunanOlivier Duhamel,Sud OuestAlbert Uderzo,  Jeunesse

    Les éditions grenobloises Glénat lancent le label Glénat Jeunesse qui propose des « albums à lire et à écouter ». Les trois premiers titres sont Les Éveilleurs de mots, texte de Pascal Bruckner lu par Pierre Arditi, illustrations de Bruno Liance, Le Livre de la Jungle, texte lu par Marlène Jobert et sa fille Eva Green, illustration d’Hervé Le Goff, et Sophie et les petites filles modèles, texte de Jean-Pierre Kerloc'h, lu par Maureen Dor, illustrations d’Edith Chambon.

    Boris Vian / Suite

    Supplément à la dernière chronique sur Boris Vian dont on fêtera le centenaire en 2020, Jean-Louis Trintignant lit le poème Je voudrais pas crever :

    Astérix et d’Obélix, éditions Albert René - Hachette, René Goscinny, Jean-Paul Gabillet, Pour les Nuls, First, Vincent Bolloré, Livres Hebdo, Pascal Bruckner, Pierre Arditi, Bruno Liance, Eva Green, Hervé Le Goff, Jean-Pierre Kerloc'h, Edith Chambon, Maureen Dor, Marlène Jobert,Glénat Jeunesse, Vivendi, Editis, Pierre Conte,Michèle BenbunanOlivier Duhamel,Sud OuestAlbert Uderzo,

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu