Avertir le modérateur

lire

  • ERNEST ! le livre en fête et en revue

    Les revues sur la littérature et le monde de l’édition ne manquent pas, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ou Livres Hebdo, plus destinée aux professionnels, on les trouve chez les marchands de journaux ou par abonnement. Depuis quelques années Internet a augmenté cet éventail de titres avec ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, ou Onlalu, ceux-ci parmi beaucoup d’autres.

    Un petit nouveau vient se joindre à la liste, Ernest !. Sur France Info son fondateur David Medioni explique l’origine du titre : "Ernest est un média qui se veut un peu fantasque on avait envie d'incarner ça avec un prénom. On a choisi Ernest parce que c'est un prénom qu'on aimait bien, qu'on trouvait sympathique. Et puis surtout, c'était un petit hommage à Ernest Hemingway, dont on apprécie le côté fantasque".

    France Info détaille ses objectifs : « La revue en ligne "est découpée comme une fête", poursuit David Medioni. "Il y a 'l'apéro d'Ernest', c'est la partie gratuite du site, c'est Ernest qui régale. Ensuite vous avez des invités, comme Thomas Hervé, Didier Porte, Sonia Petit qui est une libraire qui est en train de créer sa librairie et qui va nous raconter les coulisses. L'espace  'Discute' est un endroit où on va aller apostropher des personnalités qui n'ont rien à voir avec le livre. Mon rêve - je passe un petit appel - c'est d'avoir Zinédine Zidane qui parle des livres qu'il lit à ses enfants !  Il y a aussi 'Les coups de foudre d'Ernest' et une rubrique 'Première fois' où on va voir des auteurs de premiers romans pour essayer de découvrir le nouveau Houellebecq, pourquoi pas !" »

    Au sommaire, des chroniques comme celle de Didier Porte qui « lira les livres et essais politiques et en fera, pour vous, une critique humoristique et grinçante », et même un scoop avec Sorj Chalandon qui parle de son prochain roman à paraître à la rentrée.

    En conclusion de son interview David Medioni déclare : « Je ne supporte pas les librairies où on chuchote et où il ne fait pas faire de bruit. Une librairie est un lieu de vie. Avec Ernest, on ne va pas épater le lecteur, on va lui parler simplement  et on ne va pas s'écouter écrire. C’est un peu le défaut par moment de certaines revues littéraires qui sont un peu élitistes. »

    David Medioni, Ernest!, France Info, Didier Porte, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, Onlalu,Livres Hebdo, Sorj Chalandon,

  • Charlie Hebdo dans tous les kiosques

    Livres Hebdo va consacrer un article aux maisons d’édition liées à Charlie Hebdo depuis sa création, des éditions du Square aux éditions Les Echappés qui éditent aujourd’hui la plupart des auteurs du journal.

    François Busnel, animateur de « La grande librairie » (France 5) et directeur du magazine Lire, était présent à l’exposition hommage consacrée au dessinateur Honoré le 13 janvier à la galerie Le 14. Le dessinateur collaborait à la revue Lire depuis sa création et y publiait ses Rébus littéraires.

    Après les médias, journaux et magazines, qui ont publié des éditions spéciales « Je suis Charlie », c’est au tour des éditeurs à réagir. Jacques Glénat, éditeur spécialisé annonce dans Le Dauphiné libéré que tous les éditeurs dans le cadre du SNE syndicat national de l’édition, se sont mis d’accord pour publier un album-hommage dont le produit de la vente ira aux victimes de l’attentat de Charlie. L’album devrait être prêt pour le festival d’Angoulême.

    Le créateur du logo Je suis Charlie est Joachim Roncin, directeur artistique et journaliste musique au magazine gratuit Stylist, qui l’a imaginé quelques minutes après l'attentat. Dans un de ses derniers Tweets il s’est félicité que l’INPI (Institut National de la Propriété intellectuelle) ait refusé l’enregistrement de plus de 50 dépôts de marque sur ce nom, précisant « Le message et l'image sont libres de toute utilisation en revanche je regretterais toute utilisation mercantile. »

    Une des conséquences annexes des derniers évènements dramatiques survenus à Paris début janvier, c’est que Michel Houellebecq a renoncé – pour le moment – à la promotion de son dernier livre « Soumission » qui finira malgré tout par devenir un vrai succès de librairie.
    Accusé de véhiculer l’islamophobie, il a déclaré au Corriere della Sera :  « Moi je me sens toujours irresponsable et je le revendique, sinon je ne pourrais pas continuer à écrire. Mon rôle n'est pas d'aider à la cohésion sociale. Je ne suis ni “instrumentalisable”, ni responsable.» (Source Le Figaro).

    UneLibindex.jpgPhoto : la Une du quotidien Libération du 12 janvier 2015 après la Marche républicaine de soutien à Charlie Hebdo.

  • Spécial Lire Poche

    Dans le courrier des lecteurs du mensuel Lire (Juin 2014), Carole Fedou de Gourdan-Polignan (31) regrette « qu’il ne soit pas fait plus de place dans vos pages aux livres de poche. » Heureux hasard, le magazine publie dans ce même numéro un « Spécial poches » avec une sélection de 40 titres. Le journal regrette cependant dans la réponse à sa fidèle lectrice de ne pouvoir leur consacrer qu’un numéro par an, tout en lui indiquant qu’une chronique recense les nouveautés mensuellement.

    Le dossier débute avec un hommage à Gabriel Garcia Marquez, Prix Nobel de littérature, disparu le 17 avril 2014 et propose cinq de ses titres dont « Cent ans de solitude » (Points), « L’automne du patriarche » ou «  Chronique d’une mort annoncée » (Livre de Poche). André Clavel écrit à son propos « Ce n’est pas seulement un monstre sacré qui vient de s’éteindre, mais le défricheur d’une terre qui n’a pas de limites – celle des rêves. El libertador. »  

    Les autres livres sont répertoriés par thèmes « Contemporains » (c’est mieux pour les dédicaces), « Chefs-d’œuvres méconnus » (section rattrapage),  « Insolites » (laissez-vous surprendre), « Grands frissons » (idéal pour l’été), et « Tous les savoirs » (utiles en permanence).

    La sélection de livres « à lire ou à relire » est très large et on y trouve aussi bien « Notre-Dame du Nil » de Scholastique Mukasonga (Folio), que « Baleine » de Paul Gadenne (Actes Sud – Les inépuisables), ou la mention de plusieurs ouvrages de Francisco Coloane « un auteur culte depuis sa mort il y a douze ans. Souvent comparé à Stevenson, Conrad ou London ».

    La catégorie « Grands frissons » présente Claude Izner, pseudonyme des sœurs Liliane et Laurence Korb, créatrices du personnage de Victor Legris, libraire et détective dans le Paris des années 1900. Christine Ferniot raconte que « les lecteurs apprécient leur talent de conteuses, le soin qu’elles mettent à respecter le vocabulaire de l’époque, les références exactes, et à glisser des personnages réels comme Toulouse-Lautrec ou Ravachol dans leurs fictions. A l’étranger, c’est le même enthousiasme pour ces aventures so parisiennes. Elles sont traduites et exportées en Angleterre, Suède, Allemagne, Italie, Espagne, Brésil, Russie et Etats-Unis. »  

    Dans la catégorie « Tous les savoirs », on emportera à la plage « La fabrique du mensonge » de Stéphane Foucart, « Un document exceptionnel que tout citoyen devrait lire. On y apprend comment de grandes entreprises dépensent des sommes énormes pour contrer, manipuler ou trafiquer les recherches scientifiques concernant notre santé », ou la « Petite histoire de l’Univers » de Stephen Hawking qui « se lit très bien, grâce à l’écriture si lumineuse de Hawking. Et à son incroyable sens de l’humour ».

    Le prix de la plupart des volumes tourne autour de 10 euros, souvent moins, et Lire de préciser « Faciles à manier, les livres de poche suivent nos déplacements et agrémentent nos curiosités à moindre coût. »

    Photo Meetinggame Club de lecteurs.

    livre-poche.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu