Avertir le modérateur

lionel duroy

  • Des romans trop réels, V.S Naipaul, et des visas refusés

    Des romans trop vrais pour être honnêtes

    L’écriture se nourrit de l’imagination de l’auteur-e, mais également de son vécu, de ses expériences, des personnes de son entourage. Il s’agit ensuite d’écrire une histoire, de l’inventer. Certains pourtant ignorent cette étape et ce contentent de copier-coller la réalité pour en faire un roman. Prenant prétexte des déclarations de Séverine Servat de Rugy, épouse du président de l'Assemblée nationale, qui estime que le roman "Vivre ensemble" d'Émilie Frèche, à paraître le 22 août, porte atteinte à sa vie privée, France Info rappelle les démêlés judiciaires de « cinq romanciers condamnés pour s'être (un peu trop) inspirés de la vraie vie ». Les ouvrages cités en exemple sont "Fragments d'une femme perdue" de Patrick Poivre d'Arvor, "Colères" de Lionel Duroy, "Les Petits" de Christine Angot, "Belle et bête" de Marcela Iacub, et "La Ballade de Rikers Island" de Régis Jauffret. France Info détaille le contenu du roman, les de la plainte, et les décisions de justice. Séverine Servat de Rugy n’a pas demandé l’interdiction du livre mais a obtenu qu’un encart précisant qu'il s'agissait bien d'une "œuvre de fiction" soit inséré dans le livre.

    9782264017499FS.gifLa disparition de V.S. Naipaul

    La mort à 85 ans de l’’écrivain britannique Vidiadhar Surajprasad Naipaul, prix Nobel de littérature en 2001 et auteur de plus de trente ouvrages, aurait pu passer inaperçue en plein mois d’août si quelques journalistes n’étaient pas encore partis en vacances.

    Télérama écrit : « Ce romancier et essayiste voyageur était « l’écrivain plus opposé aux idées reçues et à la bien-pensance qu'on puisse imaginer » (dixit Télérama), portant un regard sans concession sur les sociétés post-coloniales, et notamment sur la place de l'islam chez les peuples non arabes », et republie un grand entretien qu’il avait accordé au magazine en 2001. Libération publie la réponse à la question posée en 1985 par le quotidien « Pourquoi écrivez-vous ? » : « Ne pas écrire, c’est ne pas contempler ; ne pas contempler, c’est se révéler incapable d’extraire le sens réel, la pleine valeur de son expérience ; c’est laisser la vie, le temps, s’écouler sans avoir de signification», et Le Figaro recommande les « Cinq livres de V.S. Naipaul à lire.

    Livres sans frontières

    Livres Hebdo nous apprend que une douzaine d’auteurs invités au Festival international du livre d’Edimbourg qui se déroulera du 11 au 27 août, se sont vus refuser l’entrée sur le territoire britannique : « Le festival, qui invite 900 auteurs et illustrateurs de 55 pays, fournit régulièrement une assistance dans les démarches de demande de visa. Nick Barley, directeur du festival, dénonce dans The Guardian un "processus de demande humiliant" qui dissuade les auteurs de venir sur le sol britannique. "Nous avons tellement de problèmes avec les visas, nous avons réalisé que c’est systématique. Nous voulons en parler et résoudre ce souci. Pas seulement pour le festival mais aussi pour les organisations culturelles au Royaume-Uni" ».

  • Paroles d'écrivains

    Quatre auteurs dans l’actualité parlent de l’écriture et des livres :

    9782330035990.jpg«  On lit “Madame Bovary” comme un roman presque neutre, alors qu’il est extrêmement méchant. Chez moi, il y a toujours plusieurs moteurs qui agissent : l’émotion, la colère, qui peut brûler l’écriture, l’ironie aussi. J’aime les livres qui possèdent plusieurs musiques. Et puis, ce n’est pas si simple d’opposer un discours à la fable. La littérature permet de redonner une voix à ceux que l’on a condamnés au silence… »

    Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre. Une histoire de Buffalo Bill Cody », Actes Sud, dans Paris Match.

    « La Pléiade, on la lit moins qu'on ne la met dans sa bibliothèque pour la regarder. En revanche, la collection de poche Folio, c'est ça que j'aime. Moi, je veux être lu par le plus grand nombre. Et surtout par les jeunes ! Je n'en démords pas : le lecteur idéal a 12 ans. C'est pour lui que j'ai récrit "Vendredi ou les Limbes du Pacifique", devenu "Vendredi ou la Vie sauvage", dont il se vend toujours des dizaines de milliers d'exemplaires chaque année. Mon modèle, c'est La Fontaine. Etre simple, accessible, imagé aura été mon unique vanité d'écrivain. »

    Michel Tournier rencontré et cité par Jérôme Garcin dans L’Obs.

    « Je ne cherche pas une histoire à tout prix. Je continue à creuser les mêmes sillons. Je suis écrivain tout le temps. Les rares moments où je n'écris pas m'apparaissent comme du temps non vécu. C'est du temps saboté. Je peux le dire avec des mots mais, fondamentalement, je ne comprends pas pourquoi je ne m'autorise pas à vivre sans écrire. Je me sens légitime à vivre uniquement quand je fais ma part de travail : mettre des mots nouveaux pour décortiquer ce qui arrive. On n'aura pas assez de toute une vie pour comprendre ce qu'on fait là. Chaque véritable écrivain est une voix singulière et unique. »

    Lionel Duroy interviewé dans Le Journal du Dimanche sur son prochain livre « Echapper » à paraître en janvier 2015 (Julliard).

    « J’ai toujours cru que le poète et le romancier donnaient du mystère aux êtres qui semblent submergés par la vie quotidienne, aux choses en apparence banales, – et cela à force de les observer avec une attention soutenue et de façon presque hypnotique. Sous leur regard, la vie courante finit par s’envelopper de mystère et par prendre une sorte de phosphorescence qu’elle n’avait pas à première vue mais qui était cachée en profondeur. C’est le rôle du poète et du romancier, et du peintre aussi, de dévoiler ce mystère et cette phosphorescence qui se trouvent au fond de chaque personne. »

    Patrick Modiano, extrait de son discours de réception du prix Nobel publié par Le Monde.

  • La fiction ou la vie ?

    Le site belge 7 sur 7 résume l’affaire : « Auteur d'un best-seller où elle avait inventé sa vie, Misha Defonseca, Belge installée aux Etats-Unis, va devoir reverser 22,5 millions de dollars à son éditeur, a décidé un tribunal américain. Misha Defonseca était devenue célèbre avec "Survivre avec les loups", publié en 1997, et qui racontait son histoire de petite rescapée de la Shoah, ayant parcouru seule à pied des milliers de kilomètres, aidée par des loups durant un périple où elle avait notamment tué un soldat allemand violeur durant la Seconde Guerre mondiale. »

    Ce jugement est le dernier avatar d’une affaire qui semblait sans fin. Depuis sa parution le livre a connu un succès mondial, a été traduit en une vingtaine de langues et adapté au cinéma en 2007 par Vera Belmont. En France, il est publié par les éditions Robert Laffont et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires en version Pocket.

    Or, en 2008 on apprend que de nombreux éléments du récit, imaginé par l’auteur, de son vrai nom Monique de Wael, et réécrit par Vera Lee, étaient faux, comme l’avaient déjà subodorés certains spécialistes (L’Express).

    Pour clore la polémique, Monique de Wael / Misha Defonseca avait alors déclaré "Je me suis raconté une vie, une autre vie. Je demande pardon".

    51ZE7QGS0FL._SY445_.jpgLe plus étonnant dans cette histoire, c’est qu’on en aurait sans doute rien su si l’éditeur Jane Daniel (éditions Mt.Ivy) avait respecté les termes du contrat d’édition et si un conflit financier entre elles n’avait pas provoqué tout ce déballage. L’éditrice condamnée dans un premier temps à payer la somme de 22,5 millions de dollars de droits a contre-attaqué en menant une enquête qui a dévoilé les mensonges de son « auteure ».

    Aujourd’hui, le livre n’est plus disponible même si on le trouve encore d’occasion sur Amazon.

    L’affaire a inspiré au journaliste  Lionel Duroy le livre « Survivre avec les loups », sous titré « La véritable histoire de Misha Defonseca » (Fixot – 2011), dans lequel il raconte le vrai passé tragique de Monique de Wael et de sa famille.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu