Avertir le modérateur

librairie mollat

  • Le Sillon, prix Renaudot 2018

    Le sillon.png

    « Le Goncourt pour Nicolas Mathieu, et un Renaudot surprise ! » titre Le Parisien. Pas tout à fait inattendu puisque Le Sillon de Valérie Manteau, figurait déjà dans la première pré-sélection du Renaudot avant d’en disparaître mystérieusement.

    Récompense « surprise » mais très bon accueil pour ce livre dans la presse et les médias. Comme le rappelait ce blog l'autrice a eu les honneurs d’un passage dans La Grande Librairie au côté de Salman Rushdie, et d’articles élogieux dans Le Monde des livres, Télérama, Les Inrocks, Libération, et Le Devoir au Canada.

    Dans une vidéo réalisée pour la librairie Mollat, Frédéric Martin patron de la maison d’édition Le Tripode raconte comment pour sa rentrée littéraire 2018 il a fait l’impasse sur trois autres titres prévus, dont un inédit d’Alexandra David-Néel, pour que toute l’attention des libraires et journalistes se porte sur Le Sillon.

    Le Sillon est le second roman de Valérie Manteau, le premier Calme et tranquille, a lui aussi été publié par Le Tripode en 2016. Le site On la lu écrivait à son sujet : « Il va se dire et s’écrire beaucoup de belles choses sur ce livre : que les libraires se sont enthousiasmés logiquement pour ce nouvel ovni du Tripode, également éditeur de Sigolène Vinson qui a côtoyé Valérie Manteau à Charlie-Hebdo ; qu’Annie Ernaux a été plus qu’émue par cette prose intimiste ; que ce texte qui se joue des registres (ni tout à fait fiction, récit ou essai) a été réimprimé sitôt paru. Il va peut-être aussi se trouver des esprits chagrins pour s’agacer de la multiplication de témoignages d’après-attentat(s), pointant qui la légitimité d’écriture de l’auteure, qui son implication passée au sein d’une rédaction - et de proches - en souffrance », mais, conclut l’autrice de l’article Christine Sallès : « A tous, il n’est qu’une ligne de conduite qui vaille : lisez ce texte. Il serait surprenant que vous n’en sortiez pas profondément bouleversé, sincèrement ému. » Un conseil de lecture que l’on peut réitérer pour Le Sillon.

    Les jurés du prix Renaudot ont également attribué un « prix spécial » à Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard), qui a déjà remporté le prix Femina mais qui avait été éliminé de la liste du prix Goncourt.

    « Ecrire ça alimente la peur, je me fais peur, mais je ne peux pas m’en empêcher », Valérie Manteau, extrait de l’émission Par les temps qui courent sur France Culture.

  • La librairie Mollat fait son bookface

    « Bookface » ou «  Sleeveface », ce blog a déjà consacré un article à ce phénomène en 2015 mais celui -ci perdure comme en témoigne l’initiative de la grande librairie Mollat à Bordeaux qui a fêté en 2016 ses 120 ans d’existence.

    Largement relayées sur le web et les réseaux sociaux ces photos qui mettent en scène les livres font à peu de frais une excellente publicité à la librairie.

    Le magazine Biba en donne la recette : « Libraires, bibliothécaires ou simples adorateurs des livres égaient les réseaux sociaux avec le phénomène du bookface. Drôle et originale, c'est une excellente manière de mettre en valeur un livre qui, photographié tel quel, n'est franchement pas toujours attrayant pour les blasés du web. Le principe ? Intégrer la couverture du livre dans un cadre particulier pour créer une illusion d'optique. Le plus souvent on fait des collages avec des visages ou des silhouettes. On doit avoir l'impression d'un tout harmonieux. Ce n'est pas aussi simple que ça en a l'air. Il faut prendre en considération les proportions et choisir l'arrière-plan qui convient le mieux. Disons qu'il faut un minimum de patience pour faire un cliché réussi et bluffant. Les bibliothécaires en ont fait leur dada. »

    Quelques images de la librairie Mollat (et bien d’autres à découvrir avec ce lien http://positivr.fr/librairie-mollat-livres-visages-instagram/ :

    Mollat 1.png

    Mollat 2.png

    Mollat 3.png

    Mollat 4.png

    Mollat 5.png

    Mollat 6.png

  • La librairie Mollat fête ses 120 ans

    Vitrine_Librairie_Mollat_Bordeaux_374.jpg

    Fondé en 1896, la librairie Mollat célèbre sa longue existence avec un évènement exceptionnel, comme nous l’apprend Livres Hebdo : « A Bordeaux, à l'occasion de la célébration, cette année, de ses 120 ans, Mollat réalise le fantasme de ses clients : se laisser enfermer toute une nuit dans la librairie. La première des quatre nuits blanches ainsi programmées aura lieu le 29 avril. »

    L’édition régionale de 20 minutes nous en dit plus sur le déroulement de cette nuit à laquelle participeront 120 personnes : « François Guérif, éditeur et directeur de la collection Rivages/Noir orchestrera la soirée, notamment en présentant les deux auteurs invités. Le premier, Luc Chomarat, vient de publier aux éditions Rivages Un trou dans la toile. Le second, Hervé Le Corre, est un enseignant et écrivain bordelais qui écrit des romans policiers depuis une dizaine d’années. Il a notamment publié en 2014 Après la guerre aux éditions Rivages/Thriller. Des conférences, jeux, animations et grignotages seront proposés tout au long de la soirée et de la nuit. » Précision pratique du journal « Des lits de camp seront installés un peu partout dans la librairie pour les noctambules assoiffés de littérature et un petit-déjeuner est même prévu aux alentours de 7 h. »

    Une enseigne centenaire dont Sud Ouest raconte l’aventure : « L'histoire commence avec l'arrière grand- père de Denis Mollat, l'actuel directeur, Albert, qui décida de quitter son Cantal natal en 1896 pour venir seconder son cousin Bourlange, libraire dans la Galerie bordelaise depuis 1845. Développant très vite un sens du commerce très affûté, il acquiert les lieux en 1928 mais, face à l'exiguïté, décide de s'installer rue Porte-Dijeaux dans une ancienne demeure de Montesquieu, qu'il baptise « Chez Montesquieu ». Les Bordelais, eux, l'appellent « Chez Mollat ». Ses deux fils, Albert Junior et Jean, lui succèdent en 1949, avant d'être rejoints par le petit-fils William, qui a l'idée en 1968 d'empiéter progressivement sur les commerces voisins, porté par l'engouement pour les livres de poche et la révolution culturelle. »

    Depuis toujours, Mollat a affirmé sa vocation de librairie généraliste et on y trouve aussi bien des romans, que des livres de droit ou d’architecture, sans oublier la littérature jeunesse et la bande dessinée. La librairie est également très présente sur Internet où la vente en ligne représente environ 1 million de recette sur un chiffre d’affaires global de 26 millions d’euros (2014). Au printemps 2016, elle devrait ouvrir un nouvel espace de 1 000 m2, 8, rue Vieille-Tour, toujours à Bordeaux.

    Le site Internet de la librairie Mollat.

    A relire : En 2012, ce blog consacrait une de ses chroniques à la librairie Mollat.

    Photos : Zéphir - Mollat/Sud Ouest.

    Mollat.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu