Avertir le modérateur

le parisien

  • Karine Tuil, Alexandre Benalla, Nicolas Sarkozy, Riss, François Hollande écrivains

    Pas de chance pour Amélie Nothomb et son livre Soif (Albin Michel), après le prix Goncourt, c’est le Goncourt des lycéens qui lui passe sous le nez. Celui-ci est attribué à Karine Tuil pour son livre Les choses humaines (Gallimard). Quelques heures auparavant l’auteure recevait le prix Interallié. Son éditeur écrit : « Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au cœur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. »

    Karine Tuil, Amélie Nothomb, prix Goncourt, Goncourt des lycéens, Alexandre Benalla, Nicolas Sarkozy, éditions e l'observatoire, Le Figaro, Riss, Charlie Hebdo, Actes Sud, Les Echappés, François Hollande, librairie Meura, librairie l'affranchie, Livre de poche, Stock, Prix Edgard Faure, Plon, 20 minutes, Le Parisien, Albin Michel Gallimard,

    Vous connaissez l’écrivain Alexandre Benalla ? Son livre de confidences Ce qu’ils ne veulent pas que je dise (Plon) vous permettra peut-être d’en savoir plus à travers les innombrables anecdotes qu’il raconte après son passage au sommet du pouvoir en tant que conseiller du président de la République. Selon 20 minutes le livre dénonce « le complot des technocrates en costumes gris » et pour Le Parisien ce retour « agace la macronie ». En photo (ci-dessous) le document diffusé par l’auteur sur son compte Twitter.

    Karine Tuil, Amélie Nothomb, prix Goncourt, Goncourt des lycéens, Alexandre Benalla, Nicolas Sarkozy, éditions e l'observatoire, Le Figaro, Riss, Charlie Hebdo, Actes Sud, Les Echappés, François Hollande, librairie Meura, librairie l'affranchie, Livre de poche, Stock, Prix Edgard Faure, Plon, 20 minutes, Le Parisien, Albin Michel Gallimard,

    Vous connaissez l’écrivain Nicolas Sarkozy ? Son dernier livre Passions (éditions de l’Observatoire) vient d’obtenir le 13ème prix Edgard Faure, l’occasion pour l’ancien président de la République d’annoncer que son livre qui se serait vendu à plus de 213 000 exemplaires en un mois aura une suite. Le Figaro précise que l’association Edgar Faure a voulu saluer « la sincérité et la franchise » d’un auteur ayant « su prendre du recul ».

    L’attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015 a déjà suscité plusieurs livres, entre autres, Catharsis du dessinateur Luz (Futuropolis) ou Le lambeau de Philippe Lançon (Gallimard). Vient de paraître Une minute quarante-neuf secondes (Actes Sud-Les échappés), un témoignage poignant signé par Riss directeur et dessinateur du journal et blessé lors de l’attaque du journal satirique par les frères Kouachi. Le livre est dédié « Aux innocents, vivants, morts ou fous ».

    Vous connaissez l’écrivain François Hollande ? Fort du succès de son dernier livre Les leçons du pouvoir* (100 000 exemplaires - Stock) l’ex-président a entamé une tournée de signatures en France. Hélas sa venue à l’université de Lille a coïncidé avec une manifestation d’étudiants en colère qui s’en sont pris à ses livres et les ont déchirés. Les librairies Meura et L’Affranchie qui accompagnaient la rencontre vont porter plainte pour la destruction des 450 livres.

    *Le titre est également disponible au Livre de Poche augmenté de trois chapitres inédits.

    Karine Tuil, Amélie Nothomb, prix Goncourt, Goncourt des lycéens, Alexandre Benalla, Nicolas Sarkozy, éditions e l'observatoire, Le Figaro, Riss, Charlie Hebdo, Actes Sud, Les Echappés, François Hollande, librairie Meura, librairie l'affranchie, Livre de poche, Stock, Prix Edgard Faure, Plon, 20 minutes, Le Parisien, Albin Michel Gallimard,

  • Quand les librairies se font belles

    « Plus une librairie est jolie, plus les ventes y sont élevées. Dans notre commerce, 60 % des achats sont des achats d'impulsion. » Ce constat est fait par Philippe Touron, directeur des librairies parisiennes du groupe Madrigall qui possède à Paris trois librairies Le Divan, Le Divan perché et la Librairie Gallimard.

    Philippe Touron est cité par Livres Hebdo à l’occasion de la réouverture de la Librairie de Paris, place Clichy, après trois mois de travaux. Le magazine décrit l’endroit « Lumineux, aéré et esthétique, le magasin joue aussi sur le contraste des couleurs : blanc, noir, bois ainsi que rouge (…) la librairie invite à la flânerie. Et pour faciliter la convivialité et fluidifier la circulation, elle a disposé, en son centre, des bancs qui permettent aux clients de s'asseoir lors des animations ou lorsqu'ils feuillettent des livres. »

    dabe3eafd07d58ebe3eafd07d502ce3v.jpg

    (Photo https://www.livreshebdo.fr/article/la-librairie-de-paris-fait-peau-neuve )

    Autre quartier, autre rue, même état d’esprit pour séduire le lecteur potentiel. Deux nouvelles librairies se sont récemment ouvertes rue Sedaine dans le 11ème arrondissement de la capitale.

    Au n° 48, on trouve L'impromptu, inaugurée en décembre 2018. La librairie est accueillante avec un mobilier ancien qui donnent toute l’atmosphère du lieu. Actualitté détaille les objectifs de Jérémy Derny le libraire qui « a choisi une offre généraliste, considérant que « la littérature n'arrête pas de communiquer avec différents domaines : Annie Ernaux répond à Édouard Louis, qui peuvent renvoyer sur Bourdieu, puis sur les livres de Monique Wittig... Les livres sont des passerelles, finalement ». Et il rajoute, « Le fait d'avoir une limite de place est une chance, cela nous pousse à la sélection, qui forge l'identité, la personnalité de la librairie. Je n'ai pas peur de faire cette sélection en plus, car je peux la revendiquer auprès de ma clientèle. »

    impromptu.png(Photo http://www.villagepopincourt.paris/)

    Au n° 89, on ne peut pas rater Les Parages et sa pimpante devanture « jaune canari électrique ». Le Parisien a déjà consacré un article au projet de Marie Cossart, Morgane Kerlero du Crano et Nicolas Fargette. Tous les trois ont travaillé ensemble à la librairie L'Atelier (75020) avant de s’associer pour ouvrir ce nouveau lieu. Dans sa campagne de financement sur Ulule, la librairie se définit comme « indépendante, généraliste et de proximité » avec une attention particulière portée à « la création graphique et littéraire. » La boutique de 82 m2, a été aménagée avec du mobilier en bois clair fait sur mesure. La pièce principale est consacrée aux littératures, polars, sciences humaines et beaux-arts et un espace de 22 m2 au fond du magasin est réservé aux livres jeunesse et aux bandes dessinées.

    XVMee5b6518-c41a-11e9-af27-a4fadab20aa7.jpg(Photo http://www.lefigaro.fr/sortir-paris/les-parages-nouvelle-librairie-au-carrefour-des-genres-a-paris-20190821)

  • Moix, Moix, et Moix

    Comment vendre un livre ? On peut diffuser des publicités sur les réseaux sociaux comme c’est le cas actuellement avec Soif le prochain Amélie Nothomb (Albin Michel), ou on peut aussi lancer une belle polémique avec des déclarations fracassantes sur le contenu du futur ouvrage, une stratégie semble-t’il adoptée par Yann Moix ?

    Le « roman » Orléans (Grasset) est paru le 21 août et aussitôt les médias lui ont déroulé le tapis rouge avec des émissions telles que 7 à 8, ou On n’est pas couché de Laurent Ruquier (le 31 août), dont l’écrivain était la saison passée un des célèbres chroniqueurs. Promotion et… controverse.

    Premier épisode, Yann Moix témoigne sur TF1 des sévices qu'il aurait subis durant son enfance orléanaise et qu’il raconte dans le livre.

    Deuxième épisode, son père mis en cause, publie dans L’Obs une lettre qui réfute fermement les allégations de son fils et précise «l'éditeur prend le soin de le classer dans la catégorie "roman", confirmant ainsi qu'il ne s'agit pas d'une autobiographie.»

    Troisième épisode, le frère Alexandre Moix prend la parole dans Le Parisien pour expliquer que les sévices racontés par son frère aîné, son ceux que l’auteur lui infligeait plus jeune : « J’ai subi 20 ans durant des sévices et des humiliations d’une rare violence de sa part. Ceux-là mêmes qu’il décrit dans son roman, en les prêtant à nos parents ». le tout est accompagné d’une salve de qualificatifs peu élogieux : « Petit Prince déchu. Machiavel cynique et névrosé prêt à tout », « nombriliste », et n’ayant que « deux obsessions », « obtenir le Prix Goncourt et m’annihiler. »

    Une aubaine pour les journaux qui s’emparent aussitôt de ce déballage public de haines familiales. Cela faisait longtemps qu’un tel tohu-bohu n’avait accompagné la parution d’un livre et provoqué une telle déferlante d’articles. Il y a peu les attachées de presse de l’édition s’interrogeaient dans Livres Hebdo sur la façon de promouvoir les livres, Orléans restera sans doute comme un cas d’école de « plan com’ » inespéré.

    Quant à la qualité du livre on laissera le dernier mot au père, José Moix : « C'est un magnifique roman. Mais c'est une pure œuvre de fiction ».

    Yann Moix présente Orléans en vidéo :yann moix,josé moix,alexandre moix,amélie nothomb,albin michel,grasset,l'obs,livres hebdo,orléans,le parisien

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu