Avertir le modérateur

le huffington post

  • Les livres et la mémoire

    « Pourquoi on ne se souvient pas des livres qu’on a lus ni des films qu'on a vus » titre Slate.fr Et de publier le témoignage de Pamela Paul, éditrice du New York Times Book Review : « Je me souviens toujours de l’endroit où j’étais quand je lisais. Je me souviens de la couverture. Je me rappelle où j'ai acheté le livre ou qui me l’a donné. L’histoire, beaucoup moins. Juste après la fin de la lecture, je me souviens de tout, mais quelques jours plus tard, c'est une toute autre histoire ». L’explication vient de « La théorie de la «courbe de l’oubli » désigne la façon dont nous oublions des informations au fil du temps, si on ne fait pas d’effort pour les retenir. » Autre facteur d’oubli « le binge reading ». En 2009, explique la journaliste Nikkitha Bakshani citée par Slate, l'Américain moyen lisait environ 100.000 mots par jour (article en Anglais), sans vraiment acquérir de connaissances, « On ne lit plus, on consomme » conclue-t-elle..

    Pret surprises.pngLire plus pour apprendre mieux, c’est aussi le challenge que s’est fixé cette professeure-documentaliste de 29 ans qui, selon Le Huffington Post « a trouvé la méthode infaillible pour intéresser les collégiens à la lecture. » En relayant sur Twitter une initiative des « prêts surprises », des livres emballés avec seulement quelques indications pour deviner le thème de l'ouvrage, son message a suscité près de 2800 re-tweets et plus de 7200 mentions "j'aime". Malgré cet engouement elle reste consciente que susciter le goût pour la lecture est un travail de longue haleine dont elle reste consciente : « Développer le goût pour la lecture chez un élève ça prend beaucoup de temps. Il faut susciter une véritable envie, et la vraie victoire c'est quand je vais voir un élève de 6ème très peu porté sur les livres, qui, en 4ème, va venir en emprunter plus souvent. »

    Mémoire toujours avec celle de François Hollande et de son dernier livre dans lequel il tire le bilan son passage à la Présidence de la République. L’auteur attire du monde en librairie si on en croit la presse et 20 minutes : « Publié dans un premier temps à 70.000 exemplaires, l’ouvrage de 400 pages rencontre le succès en librairie. « Ça démarre très fort ! Le livre de François Hollande Les leçons du pouvoir réimprimé deux fois depuis sa parution hier : déjà 90.000 exemplaires. Numéro 1 des ventes sur Amazon », s’est félicité le 12 avril sur Twitter son éditeur, Stock. » Un autre itinéraire de « la courbe de l’oubli » ?

  • En été, la presse parle aussi de livres

    Bande dessinée

    Le Monde consacre une pleine page dans son numéro daté du 18 août au prochain album d’Astérix « Astérix et la Transatlantique » (parution le 19 octobre - Hachette). Frédéric Potet évoque la succession des deux nouveaux auteurs de la série, Jean-Yves Ferri (texte), Didier Convard (dessin) et termine ainsi son article : « Là est le revers de la médaille : succéder à deux monstres sacrés de la bande dessinée mondiale tels que Goscinny et Uderzo est forcément compliqué. Ferri et Conrad, dont le contrat avec Hachette est renouvelé d’album en album, sont attendus au tournant chaque fois. »

    Le quotidien annonce également la parution de « A fond le slip ! » le 15ème tome des aventures de Titeuf du dessinateur Zep (Glénat).

    Racisme US

    Suite au limogeage aux Etats-Unis de Steve Bannon, Le Huffington Post consacre un article au livre le « Camp des saints » de l'écrivain français Jean Raspail, publié en 1973 (Robert Laffont), et qui aurait inspiré ce conseiller de Donald Trump. L’auteur de l’article écrit : « "Ce livre est raciste au sens littéral du terme: c'est leur race qui définit avant tout les personnages", explique Cécile Alduy, professeur de français à l'université Stanford et spécialiste de l'extrême droite française actuelle. "Il décrit l'invasion de l'Europe par des vagues d'immigrés débarquant sur les côtes comme la peste. Le fil rouge de ce livre, c'est un combat à mort entre les races." Lors de sa publication aux Etats-Unis, en 1975, le magazine littéraire Kirkus Reviews ne mâchait pas ses mots: "L'éditeur nous présente Le Camp des saints comme un événement majeur, ce qu'il est probablement, comme Mein Kampf l'a été en son temps."

    Le Monde, Jean-Yves Ferri, Didier Convard, René Goscinny, Albert Uderzo, Brigitte Macron, Elle, Gustave Flaubert, Arthur Rimbaud, Guy de maupassant, Jacques Prévert, Michel Butor,Voltaire, Charles Baudelaire, Hachette, Titeuf, Zep, Glénat, Le Huffington Post , Jean Raspail, Cécile Alduy, Donals Trump, Steve Bannon, Frédéric Poter, Astérix, Femme de président

    Brigitte Macron a accordé une longue interview au magazine Elle (18 août). L'épouse du président de la République, ancienne professeure de Lettres, cite Prévert, Voltaire, Michel Butor pour parler de "la sensualité de l'écriture à la main", et dévoile ses lectures et ses goûts littéraires de Gustave Flaubert à Arthur Rimbaud « le génie », en passant par Guy de Maupassant : « Flaubert est le meilleur traqueur de stupidités de toute la littérature. Il décèle la méchanceté crasse, la sottise partout où elle est. (…) Tout en Flaubert est signifiant. Mes élèves n’avaient pas le droit de ne pas l’aimer ! J’adorais leur transmettre ma passion. » Elle nous aprend aussi que « Les Fleurs du mal » de Baudelaire est son livre de chevet et rajoute « les poètes savent dire l’indicible. »

  • Les 100 ans du Canard enchaîné

    Le Canard enchaîné, hebdomadaire satirique paraissant le mercredi, journal indépendant et sans publicité, fête ses 100 ans en 2016, un anniversaire célébré par le monde de l’édition.

    Le Seuil propose « Le Canard enchaîné, 100 ans. Un siècle d’articles et de dessins ». Un beau livre de 672 pages abondamment illustré dont parle La Croix présente ainsi : « « Notre fierté est d’avoir conservé l’esprit d’origine », confie Michel Gaillard, entré au journal il y a cinquante ans. Un ton satirique que Maurice Maréchal résumait ainsi : « Quand quelque chose me scandalise, mon premier mouvement, c’est de m’indigner. Mon second, c’est d’en rire. C’est plus difficile, mais c’est plus efficace ! » Mais aussi une « grande permanence à la fois formelle et éditoriale, avec des ressemblances dans la titraille, la mise en page, la pérennité de rubriques comme la”mare aux canards”, précise l’historien. Et surtout une indépendance financière. »

    Les Arènes de leur côté éditent « L’Incroyable histoire du Canard enchaîné » de Didier Convard pour le récit et Pascal Magnat pour les dessins.

    Le Huffington Post écrit à son propos : « comme le rappelle la bande dessinée, tout n'a pas toujours été si facile, et les crises ont été nombreuses. Le Canard a connu l'an passé l'un de ses évènements les plus tragiques avec la mort de Cabu, son dessinateur emblématique, dans l'attentat de Charlie Hebdo. L'événement évoqué dans les toutes dernières pages rappelle tristement que le combat pour une presse libre et irrévérencieuse n'est jamais gagné, et que ce qui a été arraché pendant des décennies de combat pour l'indépendance et contre la censure, la corruption et les manipulations n'est jamais acquis pour toujours. Longue vie au Canard ! »

    A lire également :

    "Le Canard enchainé, Histoire d’un journal satirique - 1915-2005", de Laurent Martin (éditions Nouveau monde, 2005).

    "Le Canard enchaîné – La Vème République en 2000 dessins", publié en 2008 et réédité en 2009 en version brochée (Les Arènes).

    14753667_1154646147938120_7774737673678987909_o.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu