Avertir le modérateur

le figaro

  • Simone Veil au Panthéon

    Une-vie.jpgAux grandes femmes, la patrie reconnaissante, depuis 1er juillet 2018, Simone Veil et son mari Antoine Veil reposent désormais au Panthéon à Paris. "Une décision de tous les Français", a souligné le Président de la République en rendant hommage à cette grande dame politique au parcours exemplaire.

    Lors de son entrée à l’Académie française en 2010, Jean d’Ormesson la saluait ainsi :

    « Il paraît, Madame, que vous avez un caractère difficile. Difficile ! Je pense bien. On ne sort pas de la Shoah avec le sourire aux lèvres. Avec votre teint de lys, vos longs cheveux, vos yeux verts qui viraient déjà parfois au noir, vous étiez une jeune fille, non seulement très belle mais très douce et peut-être plutôt rêveuse. Une armée de bourreaux, les crimes du national-socialisme et 2.500 survivants sur 76.000 juifs français déportés vous ont contrainte à vous durcir pour essayer de sauver votre mère et votre sœur, pour ne pas périr vous-même. Permettez-moi de vous le dire avec simplicité : pour quelqu’un qui a traversé vivante le feu de l’enfer et qui a été bien obligée de perdre beaucoup de ses illusions, vous me paraissez très peu cynique, très tendre simone veil,antoine veil,jean d'ormesson,le figaro,jacques chiracet même enjouée et très gaie. (…) Je m’interroge sur les sentiments que vous portent les Français. Vous avez été abreuvée d’insultes par une minorité, et une large majorité voue une sorte de culte à l’icône que vous êtes devenue. La première réponse à la question posée par une popularité si constante et si exceptionnelle est liée à votre attitude face au malheur. Vous avez dominé ce malheur avec une fermeté d’âme exemplaire. Ce que vous êtes d’abord, c’est courageuse – et les Français aiment le courage. Vous avez des convictions, mais elles ne sont jamais partisanes. Vous les défendez avec force. Mais vous êtes loyale envers vos adversaires comme vous êtes loyale envers vos amis. Vous êtes un modèle d’indépendance. Plus d’une fois, vous trouvez le courage de vous opposer à ceux qui vous sont proches et de prendre, parce que vous pensez qu’ils n’ont pas toujours tort, le parti de ceux qui sont plus éloignés de vous. C’est aussi pour cette raison que les Français vous aiment. »

    Mes-combats.jpgLe discours de Simone Veil sous la Coupole, la réponse de Jean d’Ormesson, et l’allocution de Jacques Chirac lors de la remise de son épée d’académicienne, ont été réunis dans un livre édité par Robert Laffont.

    Simone Veil a publié son autobiographie Une vie en 2007. A son propos Le Figaro  écrit lors de son décès en 2017 : « Le succès d'un livre d'une personnalité populaire n'est pas une surprise. Mais celui de Simone Veil, morte ce matin du 30 juin à l'âge de 89 ans, qui avait dépassé les 302 000 exemplaires vendus (source Livres Hebdo) devenant ainsi la meilleure vente de 2007 dans la catégorie Documents-Essais, a un goût particulier. Ces ventes n'étaient réalisées que sur deux mois, l'ouvrage ayant été publié le 31 octobre 2007... Ensuite, grâce à l'édition du Livre de poche, les ventes avaient fait plus que doubler. Un formidable succès que l'on doit à feu Jean-Marc Roberts, alors patron des éditions Stock qui avait réussi à convaincre Simone Veil d'écrire.» Le livre est aussi disponible dans la collection Le Livre de Poche.

    9782246818601-001-T.jpegAutre document, le livre Pour mémoire (Grasset) d’Alain Génestar, alors directeur de la rédaction du magazine Paris Match, qui en décembre 2004 est retourné à Auschwitz-Birkenau avec Simone Veil accompagnée de six de ses petits-enfants et ses deux fils. Le livre raconte les coulisses de ce voyage et l’émotion qui a saisit tous les participants lors de cette visite. La deuxième partie du livre publie l’intégrale de l’interview accordée par Simone Veil au retour de ce voyage.

    « Là-bas, je n’ai jamais pleuré. C’était au-delà des larmes », Simone Veil.

  • Les maux des correcteurs

    27814687899_d608a26d10_z.jpg

    Les correcteurs ont un rôle essentiel dans la réalisation d’un livre. Ce sont eux qui corrigent les fautes d’orthographe des auteurs, placent les virgules et les points au bon endroit, entre autres interventions sur le texte. Ce sont eux aussi qui vérifient les invraisemblances d’un récit et la cohérence des noms, des dates, des lieux. Ils portent un regard sur l’ensemble des signes, des caractères qui composent un manuscrit et veillent à ce qu’il soit correctement mis en forme avant d’être mis en page, imprimé, et diffusé.

    Mais voilà la crise de l’édition étant passée par-là et les éditeurs tentent, y compris dans ce domaine, de faire des économies. Si les grandes maisons d’édition ont encore des correcteurs attitrés et salariés, de plus en plus d’éditeurs externalisent ce travail pour faire baisser les coûts de revient ce qui amène les correcteurs professionnels à dénoncer une « ubérisation » de leur métier.

    En janvier 2018 on pouvait lire dans Le Figaro : « «Nos CDI nous contraignent à une rémunération fluctuante et à des périodes de chômage imposé non rémunéré et non indemnisé. Aucune obligation de salaire mensuel minimum n'est faite aux employeurs», déplorent les correcteurs qui ont lancé une pétition pour dénoncer leurs conditions de travail. Cette dernière a recueilli plus de 7.500 signatures dont celles de nombreux écrivains et de tous les membres de l'académie Goncourt. »

    Des négociations ont été entamées avec le syndicat national de l’édition (SNE) et portent sur les points suivants selon le site Actualitté.com :

    - les indemnités de licenciement, 

    - la cadence de travail, 

    - le lissage mensuel de la rémunération 

    - la compensation des pertes de revenus découlant d’un volume de travaux inférieur au volume annuel d’heures prévu dans la clause d’évaluation du niveau d’activité prévisible. 

    Les correcteurs ont même demandé l'intervention de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, ex-éditrice faut-il le rappeler, et le ministère à répondu : « [S]ensible aux difficultés rencontrées par les correcteurs de l’édition », nous suivons « attentivement l’évolution des négociations en cours, conduites par les partenaires sociaux sous l’égide du ministère du Travail ».

    Les négociations continuent faute d'accord.

    Photo : Document Actualitté.com.

  • Le dessinateur Cabu à la Comédie française

    On connaissait peu la passion pour le théâtre du dessinateur satiriste Jean Cabut, dit Cabu, disparu tragiquement le 7 janvier 2015 dans l’attentat contre Charlie Hebdo. Depuis son jeune âge il fréquentait assidument les salles de spectacles pour l’amour des beaux textes, des mises en scènes, mais aussi pour le plaisir de pratiquer son art du dessin.

    croquis_de_theatre_hi.jpgSes croquis sur le vif ont été publiés par plusieurs journaux, Le Figaro (de 1969 à 1971, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné, mais nombre d’entre eux étaient restés à ce jour inédits. Cabu perpétuait ainsi une tradition inaugurée par Toulouse-Lautrec, Daumier, Sem, Forain, et qui a hélas disparue dans la presse avec l’arrivée de la photo.

    Les dessins de Cabu sont présentés actuellement à la Comédie française et jusqu’au 25 juillet 2018 sous le titre « Cabu : Vive les comédiens ! 200 dessins pendant l'entracte ». Dans un texte d'introduction, son administrateur général Eric Ruf écrit « Cabu était un grand spectateur de théâtre. Nous le savions pour avoir croisé souvent ce grand escogriffe timide dans l’escalier d’honneur mais nous ignorions alors sa secrète et permanente activité pendant la représentation : il croquait sans cesse, ses carnets calés sur les genoux et entretenait ainsi son amour des planches et des acteurs. Grâce à son épouse, nous avons plongé dans ses cartons et retiré de ce trésor encore méconnu les magnifiques dessins de cette exposition. En chacun se retrouvent son humour, tout son amour et, partout, son esprit libre et frondeur. »

    CabuCF.png

    Une passion que confirme Véronique Cabut « Dessiner les comédiens du Français rendait Cabu joyeux. Dans le noir, malgré mes coups de coude, son feutre continuait de crisser sur le papier. Capter un regard, une silhouette, une attitude, trouver un angle, dessiner les mains et les mouvements à accentuer ou à caricaturer… »

    32215168_1908492955857280_3737101613194543104_o.jpgLes œuvres exposées à la Comédie française sont également réunies dans un album très illustré qui reprend le titre de l’exposition « Vive les comédiens ! » publié par Michel Lafon.

    Photos : Croquis de théâtre Honoré Daumier, dessin de Cabu pour « Cher Antoine » de Jean Anouilh - 1969 ©V.Cabut, et document Facebook/Comédie française.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu