Avertir le modérateur

la voix du nord

  • Les Pères Noël de la librairie

    La période de Noël n’est pas une période banale pour les libraires, surtout cette année où une enquête révèle que le livre figure en tête des cadeaux qui ont été offerts. C’est aussi une bonne occasion pour promouvoir ce métier.

     Au Québec, une trentaine d’auteurs ont emballé les livres dans une quinzaine de librairies, une initiative racontée par Radio Canada : « Cette activité, qui a pour nom Les auteurs s'emballent !, se veut une action de solidarité avec les libraires indépendants, et a été imaginée par l'Association des libraires du Québec (ALQ) et le diffuseur Dimedia qui est toujours en guerre contre les librairies Renaud-Bray. À cause de cette mésentente commerciale, les livres des auteurs distribués par Dimédia ne sont pas vendus par Renaud-Bray. « On essayait de trouver du positif et d'aider ceux qui sont pris entre Dimédia et l'entreprise dont je ne dirai pas le nom », explique Katherine Fafard, directrice générale de l'ALQ. »   

    La Voix du Nord annonce l’ouverture, à quelques heures de Noël, de la librairie du Port « dans une ville qui ne comptait plus qu’une librairie ». Le quotidien raconte : « Derrière le comptoir c’est Virginie Jalain qui tient boutique. Cette professeure de français dans un collège de Calais a décidé de s’accorder deux ans pour réaliser ce projet : ouvrir sa librairie de quartier. Après des mois à monter les dossiers, à chercher les aides et les prêts, à faire les travaux avec son entourage, cette fois, c’est fait. « On a terminé de tout préparer à 2 h du matin pour l’ouverture jeudi à 10 h. Ça faisait bizarre de se dire que quelques heures plus tard, il y aurait les premiers clients », explique la libraire, soutenue dans son projet par la BGE (boutique de gestion pour entreprendre), Initiatives Calaisis et le conseil régional. Les premiers visiteurs ne sont d’ailleurs pas fait attendre. »

    La librairie L'écume des pages à Paris s’est distinguée en recevant la visite d’un président de la République pour ses achats de cadeaux de dernière minute. ActuaLitté note cependant que le Président avait auparavant fait un détour par la FNAC et rappelle qu’aux Etats-Unis « Barack Obama effectue chaque année, avec la régularité d'un métronome, des emplettes en librairie, pour montrer son soutien à la profession. Sa dernière visite, début décembre, s'était d'ailleurs conclue avec plusieurs achats, en compagnie de ses filles, juste avant Thanksgiving ».

    Enfin, la bonne idée de cadeau de Noël (gratuite mais uniquement pour Paris), c’est l’extension « Amazon killer » créée par « l’activiste numérique Elliot Lepers ». Les Inrocks en détaillent l’utilisation : « aller sur Amazon, trouver l’objet littéraire convoité, demander à Amazon-Killer de trouver la liste des librairies les plus proches où il est disponible, le mettre dans son panier et aller l’acheter sur place. » Une idée toute simple selon son créateur : « C’est assez drôle, je n’ai pas fait grand-chose. Il y a une base de données, celle de la Place des Libraires, et il y a Amazon. J’ai juste fait un petit pont entre les deux. Il y a aujourd’hui une volonté affichée par les commerçants en ligne d’être les plus rapides, les plus pratiques. Mais si on prend le métro, en moins d’une heure on a son bouquin. Aussi rapide que soit Amazon, il ne vous livre que le lendemain. »

    bureau_du_pere_noel_laponie.jpg

  • Librairies : un léger mieux ?

    Si ces derniers mois, le monde de la librairie a connu de mauvais moments avec les fermetures de librairies dues aux augmentations de charges et à la disparition des réseaux Virgin et Chapitre, il semblerait que les spécialistes notent quelques raisons d’espérer.

    Le site GraphiLine.com  sous le titre « L'excellent résultat des librairies indépendantes »  écrit « Les librairies indépendantes affichent une hausse du chiffre d’affaires largement supérieure à la moyenne des petites entreprises, selon l'observatoire de la petite entreprise publié par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) et la Banque populaire. » Dans l’article, Odette Roquette, déléguée générale de l’association des libraires indépendants en région Auvergne (Lira) attribue cette évolution à l’action des libraires qui « revoient leur mode de fonctionnement. Compte tenu de la concurrence, de la vente sur internet, le libraire lui aussi communique avec des outils différents. Il a souvent un site internet voire un site internet de vente en ligne. Sinon il s’intègre à un réseau de vente en ligne des librairies indépendants pour résister à la concurrence d’Amazon, pour ne pas le citer ».

    Qualifiés de « véritables acteurs culturels », les libraires innovent, non seulement avec Internet comme outil de vente, mais aussi en animant leurs magasins avec des rencontres, des signatures ou des expositions.

    Le magazine Challenges présente le métier de libraire parmi ceux qui résistent le mieux à la crise et, analysant l’étude de la FCGA, note qu’elle évoque un « attachement renouvelé des consommateurs aux librairies traditionnelles ». La prudence reste cependant de mise et pour Yves Marmont, président de la Commission des études économiques de FCGA, « Il faut toujours relativiser les chiffres », « Ce n'est pas parce que les librairies ont fait + 8%, qu'elles vont faire + 8% également l'an prochain également. J'ai regardé les chiffres sur les 5 dernières années, il y a eu des hausses et des baisses. L'année dernière, le chiffre d'affaires avait chuté. »

    Dans La Voix du Nord, Ketty Cagnon et Pascal Jacson, libraires à Maubeuge (librairie Vauban et Par Mots et merveilles) qui participent à « Passions d’avril », fête des libraires indépendants de l’Association Libr’Aire organisatrice de manifestations gratuites dans la région, témoignent « C’est une façon de montrer qu’au niveau local, à Maubeuge et dans les environs, il y a de quoi faire, que si on se bouge il y a des choses, malgré tout ce que les gens peuvent dire. C’est aussi un acte militant, l’occasion d’attirer dans les librairies indépendantes, une démarche générale. »

    Autre preuve du dynamisme des libraires : la 16ème Fête de la librairie indépendante, et l’opération « Un livre, une rose » largement relayée dans la presse locale et nationale. Ses organisateurs écrivent : « dans un contexte de concurrence avec Amazon, de mise à l'épreuve du droit des auteurs et de grande mutation des habitudes de lecture, il est urgent de transmettre aux lecteurs ce que leur vocation et leurs compétences apportent de très précis à la vie des livres ». « Notre parti pris est de faire entendre les multiples voix de la librairie, de poser un acte de résistance face aux campagnes publicitaires qui encensent la révolution numérique tout en générant une confusion dans nos relations avec nos clients ».

    L'U-Dijon.jpg

    Photo : mots de soutien de clients dans la vitrine de la librairie « Lib de l’U », membre du réseau Chapitre, et qui a fermé ses portes le 10 février 2014 à Dijon. France 3 Bourgogne écrivait à ce moment là « deux repreneurs sérieux s'étaient faits connaître. Une grande maison d'édition et un indépendant avec un projet alliant livres et vins. Ils ont finalement décidé de renoncer. Le prix des loyers qui sont pratiqués rue de la liberté auraient pu les dissuader... ». La librairie employait 23 salariés.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu