Avertir le modérateur

la table ronde

  • Boris Pahor doyen mondial de la littérature

    Bel article de France Info sur « L'écrivain italien Boris Pahor, ancien déporté, est à 106 ans le doyen de la littérature mondiale. »

    51XhYVzT8vL._SX299_BO1,204,203,200_.jpgExtrait : « La plupart de ses romans puisent leur inspiration dans ces années d'épreuve. Outre Le Pèlerin parmi les ombres, où il narre son expérience des camps de la mort, il est également l'auteur de Printemps difficile et Quand Ulysse revient à Trieste, qui traitent des difficultés de la minorité slovène de la grande ville du nord-est de l'Italie. »

    Le Figaro écrivait en 2013: « En France, il a fallu attendre la parution de son opus magnum, Pèlerin parmi les ombres, en 1990, pour que l'on salue cette voix singulière et dérangeante. C'est Pierre-Guillaume de Roux (fils de l'écrivain trop oublié Dominique de Roux), alors éditeur à La Table ronde, qui avait découvert ce récit hallucinant. Paru en 1967 sous le titre original de Nekropola, Pèlerin parmi les ombres (en poche dans la «Petite Vermillon» de La Table Ronde) est dédié «aux mânes de tous ceux qui ne sont pas revenus». Il y fait le récit de ses séjours concentrationnaires. »

    En 2014, le film Boris Pahor, portrait d’un homme libre de Fabienne Issartel (Sycomore Films) a été présenté dans le cadre du festival Etonnants Voyageurs à St Malo. Le site de la manifestation propose d’écouter le débat enregistré à cette occasion entre l’écrivain et la réalisatrice, animé par Yann Nicol.

    Cette année, les éditions Pierre-Guillaume de Roux ont publié Et si c'était à refaire / chemins de Boris Pahor. Un livre réalisé sous la direction de Guy Fontaine et qui réunit des contributions rendant hommage à l'écrivain et trois nouvelles : Le berceau du monde, Mirage chez Hadès et Vol brisé.

    france info,boris pahor,la table ronde,le figaro,pierre-guillaume de roux,fabienne issartel,etonnants voyageurs à st malo,yann nicol,guy fontaine,lechoixdeslibraires.comSur la quatrième de couverture figure ce texte extrait de Mirage chez Hadès : « Elle n'est pourtant pas mirage l'idée qu'on pourrait améliorer notre relation avec l'autre, en éduquant le regard à la contemplation de la beauté et de la valeur de l'être humain. Ainsi serait combattue la manie destructrice du XXe siècle, qui a infecté notre atmosphère extérieure et intérieure : il faudrait tâcher de revenir à cette vérité que, déjà avant le christianisme, proposait l'Antigone de Sophocle, en soutenant qu'elle était née pour aimer. »

    A lire également, une notice à propos de trois de ses livres sur lechoixdeslibraires.com

  • La rentrée littéraire d'hiver

    Le monde de l’édition en apnée après la déferlante Sérotonine de Michel Houellebecq (Flammarion) – déjà réimprimé à 50 000 exemplaires –, va pouvoir reprendre sa respiration habituelle. Avec au programme de cette « rentrée hiver 2019 » 493 romans, dont 336 français, des auteurs qui s’expriment, et des prix.

    DvW6G4uWoAAxgx7.jpgElsa Ferrante, auteure à succès toujours aussi mystérieuse, avait, dès ses débuts, précisé à son éditrice italienne Sandra Ozzola qu’elle ne participerait à aucune promotion de ses ouvrages. Une discrétion explique Le Monde (article payant) lui permettant de se protéger d’un « système médiatique qui accorde « plus d’importance à l’aura de l’auteur qu’au texte lui-même ». A propos de son anonymat, elle dit que cela « lui a permis une telle liberté de création qu’il est devenu pour elle indissociable de l’acte d’écrire ». Son dernier livre « Frantumaglia. L’écriture et ma vie » traduit de l’italien par Nathalie Bauer (Gallimard), rassemble divers textes, essais, articles, dans lesquels elle évoque son travail d’écriture.

    Le Prix du livre étranger JDD/France Inter 2019 a été attribué le 10 janvier à Alexandria Marzano-Lesnevich pour L'empreinte (Sonatine). L’auteure professeur assistant d'anglais au Bowdoin College vit à Portland dans le Maine. L’empreinte a également été nommé l'un des meilleurs livres de l'année par Entertainment Weekly, Audible.com, Bustle, Book Riot, The Times of London, The Guardian. Le lauréat 2018 du prix était Paul Auster pour 4 3 2 1 (Actes Sud). Figuraient également dans la dernière sélection : L'énigme Elsa Weiss de Michal Ben-Naftali (Actes Sud), Les outrages de Kaspar Colling Nielsen (Calmann-Lévy), Après Maida de Katharine Dion (Gallmeister), et China Dream de Ma Jian (Flammarion).

    Autre radio, autre prix, le Grand prix RTL-Lire 2019 dont Livres Hebdo a publié les noms des cinq ouvrages finalistes. Le magazine spécialisé explique que « Cette sélection sera soumise à vingt libraires choisis dans autant de villes qui composeront des jurys régionaux au sein de leur clientèle. Au total, cent lecteurs choisiront le lauréat qui succèdera en mars à Isabelle Carré (Les rêveurs, Grasset). »
    Le jury de cette édition est composé de Christopher Baldelli, Philippe Labro, Baptiste Liger, Jacques Esnous, Bernard Lehut, Jean-Pierre Tison, Estelle Lenartowicz, Gladys Marivat et Josyane Savigneau. Les titres en compétition sont : Alto Braco de Vanessa Bamberger (Liana Levi), Nino dans la nuit de Capucine et Simon Johannin (Allia), Personne n’a peur des gens qui sourient de Véronique Ovaldé (Flammarion) A la ligne de Joseph Ponthus (La table ronde), et San Perdido de David Zukerman (Calmann-Lévy).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu