Avertir le modérateur

la revue dessinée

  • La B.D. documentaire

    La bande dessinée cantonnée jusqu’à présent dans le divertissement, ou le roman-graphique, est de plus en plus présente dans le domaine du documentaire et du reportage didactique.

    000_couv_lrd_07-2ad46.jpgLes lecteurs de La Revue dessinée (vendue en librairies) le savent, on peut s’informer sur de nombreux sujets à travers des récits dessinés. Au sommaire on trouve des sujets aussi divers que « La saga du gaz de schiste », « Les emprunts toxiques », « La NSA toujours à l’écoute un an après l’affaire Snowden », « Les enjeux de l’indépendance en Ecosse », ou « Votre Postier, ce couteau Suisse ». Les textes et dessins très documentés permettent de comprendre simplement des sujets souvent complexes. La Revue dessinée trimestrielle est disponible sous deux formes, en édition papier traditionnelle, de 228 pages (15 euros) et sous forme numérique. Le n°8 – Eté 2015 – sera bientôt disponible.

    Montaigne.jpgAucun thème n’échappe à ce type de bande dessinée documentaire. En témoignent les livres de Marion Montaigne tirés de son blog Tu mourras moins bête où elle vulgarise la science et plus particulièrement celle qui a trait à notre quotidien. Après « La science, c'est pas du cinéma » (2011 - Ankama) et « Quoi de neuf, docteur Moustache ? » (2012 - Ankama), le troisième tome a pour sous-titre « Science un jour science toujours » (Delcourt).

    Le succès, elle le doit à son humour et à sa façon de traiter des sujets importants sans se prendre au sérieux. Par exemple, « Comment perdre son gras ? », « A qui appartient l’espace ? », ou « L’homosexualité est-elle contre nature ? ». Dans un article paru dans Le Monde (rubrique Sciences) elle explique : « Au collège, j'adorais la biologie, la dissection. C'était la seule classe intéressante, avec de beaux posters sur les murs, des choses concrètes. »

    Dans un autre genre, le dernier album de Mathieu Sapin « Le Château » (Dargaud) nous amène dans les coulisses du Palais de l’Elysée où le Président de la République lui a permis d’observer les coulisses du pouvoir. Une liberté accordée à un dessinateur que François Hollande connaissait bien puisqu’il avait déjà suivi sa campagne électorale pour la présidentielle de 2012 (« Campagne présidentielle » (Dargaud) pré-publié dans Libération).
    chateau-le-tome-1-chateau-un-an-dans-les-coulisses-de-l-elysee-le.jpgUn « reportage graphique » dont Le Monde décrit l’intérêt : « S’il se considère plus proche d’un documentariste que d’un journaliste, Mathieu Sapin a été plutôt « gâté » en termes d’actualité durant son séjour sous les ors de la République. Entre l’affaire Leonarda, le départ de Valérie Trierweiler (qu’il n’a pas eu le temps d’interviewer), la démission d’Aquilino Morelle, la nomination de Manuel Valls à Matignon et l’attentat contre Charlie Hebdo, l’Elysée s’est trouvé au centre de toutes les attentions. Installé aux premières loges, le dessinateur a croqué le spectacle sans cesse renouvelé des conciliabules, des réunions, des rendez-vous médiatiques, des déplacements en province ou à l’étranger, en adoptant la posture du candide empathique à qui l’on se confie volontiers. »

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu