Avertir le modérateur

la croix

  • Galeries d’art et édition

    Antoine Gallimard, Jacques Glénat, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson, André François, Savignac, Actes Sud, Photo Poche, La Croix, Patti Smith, Livres HebdoRobert DelpireFin septembre disparaissait Robert Delpire, 91 ans, éditeur, directeur artistique, et créateur de la collection Photo Poche (qui continue à être publiée par Actes Sud). Fondateur du Centre national de la photographie il fut aussi un éditeur qui exposa dans sa galerie au cœur de St Germain des prés à Paris, les œuvres de photographes, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson mais également de dessinateurs, André François, Savignac. Le quotidien La Croix écrivait à son propos : « Directeur artistique de la revue L’Œil à ses débuts, fondateur d’une agence de publicité, producteur de films, Robert Delpire fut enfin le commissaire de plus de 150 expositions photographiques qui ont circulé dans le monde entier. En 2017, ses textes sur la photographie ont été rassemblés et publiés sous le titre « C’est de voir qu’il s’agit » aux éditions Robert Delpire. »

    Autre éditeur, autre domaine, la bande dessinée. En 2009, Jacques Glénat, a racheté et rénové à grand frais le couvent Sainte-Cécile à Grenoble, des bâtiments historiques du XVIIème siècle. Il en fera son siège social mais aussi un lieu d’expositions. Grand amateur d’art, c’est en 2013 qu’il ouvre à Paris une galerie pour présenter le travail de ses auteurs. Situé sur le Carreau du Temple au centre de la Capitale, l’espace accueille les planches originales d’albums édités par Glénat, mais également des travaux plus personnels des dessinateurs. A signaler que la galerie ouvre en janvier et pendant quelques jours une antenne à Angoulême lors d’un festival de la bande dessinée.

     Le site de la Galerie Glénat.

    Antoine Gallimard, Jacques Glénat, Robert Doisneau, Brassaï, Cartier-Bresson, André François, Savignac, Actes Sud, Photo Poche, La Croix, Livres HebdoRobert Delpire

    Le 11 novembre 2017, ce sera au tour des éditions Gallimard d’ouvrir les portes de leur galerie au 30-32 rue de l'Université 75007 Paris. Selon Livres Hebdo qui annonce l’événement la première exposition "Autour de Patti Smith : Rimbaud, Genet, Camus, etc." sera consacrée, du 11 au 18 novembre, à l'artiste à l'occasion de la parution le 26 octobre de l'édition intégrale illustrée de Just Kids. On pourra y voir une sélection de pièces originales inédites, issues des Archives historiques de l'éditeur, mises en lien avec l'univers de la chanteuse. Livres Hebdo conclut ainsi son article : « Fruit d'un projet porté depuis plusieurs mois par Antoine Gallimard, la Galerie Gallimard s'inscrit dans une longue tradition de dialogue entre l'art et la littérature au sein de la maison. En 1931, Gaston Gallimard avait créé la Galerie de la NRF, qui s'est maintenue durant trois ans, avant de lancer dans l'après-guerre la Galerie de la Pléiade, dont les portes se sont définitivement fermées en 1951. »

  • Les 100 ans du Canard enchaîné

    Le Canard enchaîné, hebdomadaire satirique paraissant le mercredi, journal indépendant et sans publicité, fête ses 100 ans en 2016, un anniversaire célébré par le monde de l’édition.

    Le Seuil propose « Le Canard enchaîné, 100 ans. Un siècle d’articles et de dessins ». Un beau livre de 672 pages abondamment illustré dont parle La Croix présente ainsi : « « Notre fierté est d’avoir conservé l’esprit d’origine », confie Michel Gaillard, entré au journal il y a cinquante ans. Un ton satirique que Maurice Maréchal résumait ainsi : « Quand quelque chose me scandalise, mon premier mouvement, c’est de m’indigner. Mon second, c’est d’en rire. C’est plus difficile, mais c’est plus efficace ! » Mais aussi une « grande permanence à la fois formelle et éditoriale, avec des ressemblances dans la titraille, la mise en page, la pérennité de rubriques comme la”mare aux canards”, précise l’historien. Et surtout une indépendance financière. »

    Les Arènes de leur côté éditent « L’Incroyable histoire du Canard enchaîné » de Didier Convard pour le récit et Pascal Magnat pour les dessins.

    Le Huffington Post écrit à son propos : « comme le rappelle la bande dessinée, tout n'a pas toujours été si facile, et les crises ont été nombreuses. Le Canard a connu l'an passé l'un de ses évènements les plus tragiques avec la mort de Cabu, son dessinateur emblématique, dans l'attentat de Charlie Hebdo. L'événement évoqué dans les toutes dernières pages rappelle tristement que le combat pour une presse libre et irrévérencieuse n'est jamais gagné, et que ce qui a été arraché pendant des décennies de combat pour l'indépendance et contre la censure, la corruption et les manipulations n'est jamais acquis pour toujours. Longue vie au Canard ! »

    A lire également :

    "Le Canard enchainé, Histoire d’un journal satirique - 1915-2005", de Laurent Martin (éditions Nouveau monde, 2005).

    "Le Canard enchaîné – La Vème République en 2000 dessins", publié en 2008 et réédité en 2009 en version brochée (Les Arènes).

    14753667_1154646147938120_7774737673678987909_o.jpg

  • Devoirs de vacances pour tous

    A quelques jours des vacances, Le Figaro consacre un article aux Cahiers de vacances et constate qu’ils représentent «  un succès d'édition qui suscite toujours le débat ».

    Hachette.pngEt le quotidien d’expliquer : « Des devoirs pendant les grandes vacances. S'ils peuvent tenir de la contrariété pour les enfants, les cahiers de vacances sont aussi très rentables pour les éditeurs. Il s'en est écoulé plus de 4,2 millions l'été dernier, selon un sondage de l'institut Gfk. Et pourtant, de nombreux parents d'élèves sont fermement opposés à l'idée de polluer un repos bien mérité avec des devoirs estivaux. Revue d'arguments d'un éternel débat entre les cigales invoquant une nécessaire rupture avec le stress accumulé pendant l'année et les stakhanovistes du cahier, soucieux de ne pas perdre les habitudes scolaires. »

    L’étude GFK réalisée en 2014 précise que la diffusion est concentrée sur la période de juin à mi-juillet et constate « Sur un marché du livre en recul en 2013 (-2,7% en valeur, -2,8% en volume), les cahiers de vacances résistent (+2,3% en valeur, +2,6% en volume) et ont généré l’année dernière plus de 25 millions d’euros de chiffre d’affaires. »

    Les vacances 2015, devraient confirmer cette tendance. L’étude GFK précise que « Les cahiers de vacances sont acquis principalement pour les enfants de l'école élémentaire (49%), maternelle (29%) ou collège (16%). Seulement 1% sont achetés pour des lycéens (qui leur préfèrent sans doute les annales). »

    Nathan.pngSi les jeunes peuvent difficilement échapper à ces devoirs de vacances, les adultes semblent eux y rechercher un certain plaisir. Ainsi le quotidien La Croix écrit « Nouveauté de ces dernières années, les cahiers de vacances destinés aux adultes. "Le cahier de vacances pour adultes de 17 à 117 ans" mêle exercices de français, mathématiques, anglais, mais aussi des jeux et des tests sur des séries télé, la cuisine... Les éditions du Cerf proposent le "Cahier de vacances catho", avec "des jeux théologiques" souvent humoristiques, et les éditions Blanche "Le cahier de vacances de Clara Morgane", du nom d'une ancienne star du cinéma érotique, pour "pimenter les vacances et en faire une grande fête des sens", selon le texte de présentation. »

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu