Avertir le modérateur

jean d'ormesson

  • Jean d’Ormesson, un livre inédit, une biographie, un film

    Laurent Delahousse, Sophie des Déserts, jean d'ormesson, bernard lehut, RTL, Europe 1, Le Point Paris Match, François d'ormesson, Nicolas Carreau, Héloïse d'ormesson, Un an ou presque après la disparition de l’écrivain Jean d’Ormesson le 5 décembre 2017, on apprend la parution de « Un hosanna sans fin", un roman terminé deux jours avant son décès à 92 ans.

    « Qui a décidé de publier le livre de Jean d’Ormesson après sa mort ? » s’interroge Nicolas Carreau sur Europe 1. Tout simplement sa fille, Héloïse d’Ormesson éditrice de son métier qui explique sur RTL : « C'est évidemment une énorme émotion mais une grande joie également, une fête en larmes comme il l'a écrit. J'ai eu un rapport très étrange à ce livre parce qu'il était fabriqué, on l'avait livré aux éditions mais je ne parvenais pas à l'envoyer à qui que ce soit. J'avais un sentiment de séparation ultime »

    Jean d’Ormesson journaliste, écrivain, académicien, toujours adulé par le public et les médias, comme en témoigne les articles que la presse lui consacre encore et notamment Paris Match - repris par Le Point. Ces magazines révèle à travers les confidences de sa femme Françoise « fille de Ferdinand Béghin, l'empereur du sucre », les dessous d’une union qui « n'avait rien de classique, de bourgeois… », 55 ans d’une vie de couple qui avait pourtant mal commencée « Elle le trouve prétentieux, il la courtise, la séduit, mais la prévient qu'il n'est pas fait pour le mariage : il tient trop à sa liberté, ses aventures, ses voyages… »

    A Bernard Lehut qui l’interroge sur RTL pour savoir si « Un hosanna sans fin » sera le dernier livre publié, Héloïse d’Ormesson répond "Je suis à peu près sûr que ce texte est le dernier de mon père. Je dois dire que je n'ai pas, pour l'instant, fouillé le bureau et ouvert tous les placards. Il y a plein de manuscrits qu'il conservait. Donc, c'est un travail qu'il va falloir que je fasse mais cette année je n'ai pas encore commencé. Mais je ne crois pas ». Jean d’Ormesson a également souhaité qu'on donne ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France.

    Jean d’Ormesson n’est pas près de quitter l’actualité. Avec cet inédit posthume, paraît un deuxième tome de la Pléiade, une biographie Le Dernier roi soleil, de Sophie des Déserts (Fayard), et dès le 5 décembre on pourra voir dans les salles de cinéma Monsieur, le film que lui a consacré Laurent Delahousse.

  • Où les écrivains passent-ils leurs vacances ?

    Quand Sigolène Vinson ( Les Jouisseurs, éditions de L'Observatoire), raconte sur France Culture dans l’émission de Nathalie Azoulai, L'Ecriture est un sport comme les autres, sa passion pour le surf, Bernard Lehut dans son émission estivale sur RTL « Chemins d’écrivains » part tous les dimanches à 12h 45, à la rencontre des lieux qu’aiment fréquenter les écrivains, Nice pour Véronique Olmi, Christian Bobin « entre Morvan et Bourgogne », ou le Finistère pour Yann Queffelec.

    Se ressourcer, s’abstraire du quotidien, changer d’horizon, retrouver ses racines, les vacances pour les écrivains ressemblent beaucoup à celles de leurs lecteurs. Ou presque.

    Au mois de juillet dans une tribune publiée dans Actualitté, Delphine Bertholon expliquait : « certes, je suis en vacances, mais je corrige quand même un roman jeunesse à paraître en début d’année, je prépare des rencontres pour la rentrée et, bien sûr, je lis beaucoup. Lire, ça fait partie du job. C’est de la joie — et du job. Je nage, aussi. En nageant, l’esprit se perd, les idées germent. Je suis en vacances et, de fait, c’est de cela dont j’ai envie de parler : de la notion de vacance. De l’importance du « vide » dans la création. »

    Les séjours de vacances sont aussi liés aux attaches familiales. Dans Le Maine libre, Cécile Pivot parle de « la maison des étés et des grandes fêtes de famille » de son père à Quincié dans le Beaujolais : « En piles audacieuses, mangeurs d’espace et dévoreurs de temps, les romans peuplent les souvenirs de Cécile Pivot lors de ses séjours en Beaujolais. Elle évoque le bureau paternel à côté de sa chambre, avec le lit une place colonisé par les livres de la rentrée. Pour une lectrice gourmande, c’est la tentation à portée de mains. » (…) « Je m’abstiens pourtant d’en emprunter, surtout depuis que mon père préside le Goncourt. Je craindrais trop d’emporter celui qui pourrait décrocher le prix. »

    NathalieAzoulai, Bernard Lehut,Véronique Olmi, Christian Bobin, Sigolène Vinson, RTL, Actualitté, Delphine Bertholon, Le Maine libre, Cécile Pivot, Bernard Pivot, Vanity Fair, Albert Camus,Guy de Maupassant, Amélie Nothomb, Jean d'Ormesson, Tatiana de Rosnay, France Culture, Françoise Sagan, Marguerite Duras, Edgar Morin, François Mauriac Yann Queffelec,  En 2017, le magazine Vanity Fair menait aussi l’« enquête » et sous le titre « Cigales & Crustacés », dévoilait « Les lieux de vacances mythiques des écrivains » : Albert Camus (Tipasa en Algérie), Guy de Maupassant (Côte d’Azur), Amélie Nothomb (lac d’Annecy), Jean d’Ormesson (Corse), Tatiana de Rosnay (Côte basque). France Culture toujours, nous propose également de nous intéresser aux lieux de villégiatures de quelques auteurs et nous savons tout sur les endroits préférés de Françoise Sagan, Marguerite Duras, Edgar Morin, ou François Mauriac qui disait à propos de ses vacances « J’irai dans mes maisons mais dans ces maisons je mènerai exactement la même vie que je mène ici, qui est de lire et d’écrire un peu. »

    Photo : affiche du festival Des livres et moi organisé par le Centre François Mauriac à Malagar nom de la maison de l'écrivain.

  • Simone Veil au Panthéon

    Une-vie.jpgAux grandes femmes, la patrie reconnaissante, depuis 1er juillet 2018, Simone Veil et son mari Antoine Veil reposent désormais au Panthéon à Paris. "Une décision de tous les Français", a souligné le Président de la République en rendant hommage à cette grande dame politique au parcours exemplaire.

    Lors de son entrée à l’Académie française en 2010, Jean d’Ormesson la saluait ainsi :

    « Il paraît, Madame, que vous avez un caractère difficile. Difficile ! Je pense bien. On ne sort pas de la Shoah avec le sourire aux lèvres. Avec votre teint de lys, vos longs cheveux, vos yeux verts qui viraient déjà parfois au noir, vous étiez une jeune fille, non seulement très belle mais très douce et peut-être plutôt rêveuse. Une armée de bourreaux, les crimes du national-socialisme et 2.500 survivants sur 76.000 juifs français déportés vous ont contrainte à vous durcir pour essayer de sauver votre mère et votre sœur, pour ne pas périr vous-même. Permettez-moi de vous le dire avec simplicité : pour quelqu’un qui a traversé vivante le feu de l’enfer et qui a été bien obligée de perdre beaucoup de ses illusions, vous me paraissez très peu cynique, très tendre simone veil,antoine veil,jean d'ormesson,le figaro,jacques chiracet même enjouée et très gaie. (…) Je m’interroge sur les sentiments que vous portent les Français. Vous avez été abreuvée d’insultes par une minorité, et une large majorité voue une sorte de culte à l’icône que vous êtes devenue. La première réponse à la question posée par une popularité si constante et si exceptionnelle est liée à votre attitude face au malheur. Vous avez dominé ce malheur avec une fermeté d’âme exemplaire. Ce que vous êtes d’abord, c’est courageuse – et les Français aiment le courage. Vous avez des convictions, mais elles ne sont jamais partisanes. Vous les défendez avec force. Mais vous êtes loyale envers vos adversaires comme vous êtes loyale envers vos amis. Vous êtes un modèle d’indépendance. Plus d’une fois, vous trouvez le courage de vous opposer à ceux qui vous sont proches et de prendre, parce que vous pensez qu’ils n’ont pas toujours tort, le parti de ceux qui sont plus éloignés de vous. C’est aussi pour cette raison que les Français vous aiment. »

    Mes-combats.jpgLe discours de Simone Veil sous la Coupole, la réponse de Jean d’Ormesson, et l’allocution de Jacques Chirac lors de la remise de son épée d’académicienne, ont été réunis dans un livre édité par Robert Laffont.

    Simone Veil a publié son autobiographie Une vie en 2007. A son propos Le Figaro  écrit lors de son décès en 2017 : « Le succès d'un livre d'une personnalité populaire n'est pas une surprise. Mais celui de Simone Veil, morte ce matin du 30 juin à l'âge de 89 ans, qui avait dépassé les 302 000 exemplaires vendus (source Livres Hebdo) devenant ainsi la meilleure vente de 2007 dans la catégorie Documents-Essais, a un goût particulier. Ces ventes n'étaient réalisées que sur deux mois, l'ouvrage ayant été publié le 31 octobre 2007... Ensuite, grâce à l'édition du Livre de poche, les ventes avaient fait plus que doubler. Un formidable succès que l'on doit à feu Jean-Marc Roberts, alors patron des éditions Stock qui avait réussi à convaincre Simone Veil d'écrire.» Le livre est aussi disponible dans la collection Le Livre de Poche.

    9782246818601-001-T.jpegAutre document, le livre Pour mémoire (Grasset) d’Alain Génestar, alors directeur de la rédaction du magazine Paris Match, qui en décembre 2004 est retourné à Auschwitz-Birkenau avec Simone Veil accompagnée de six de ses petits-enfants et ses deux fils. Le livre raconte les coulisses de ce voyage et l’émotion qui a saisit tous les participants lors de cette visite. La deuxième partie du livre publie l’intégrale de l’interview accordée par Simone Veil au retour de ce voyage.

    « Là-bas, je n’ai jamais pleuré. C’était au-delà des larmes », Simone Veil.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu