Avertir le modérateur

jacques prévert

  • En été, la presse parle aussi de livres

    Bande dessinée

    Le Monde consacre une pleine page dans son numéro daté du 18 août au prochain album d’Astérix « Astérix et la Transatlantique » (parution le 19 octobre - Hachette). Frédéric Potet évoque la succession des deux nouveaux auteurs de la série, Jean-Yves Ferri (texte), Didier Convard (dessin) et termine ainsi son article : « Là est le revers de la médaille : succéder à deux monstres sacrés de la bande dessinée mondiale tels que Goscinny et Uderzo est forcément compliqué. Ferri et Conrad, dont le contrat avec Hachette est renouvelé d’album en album, sont attendus au tournant chaque fois. »

    Le quotidien annonce également la parution de « A fond le slip ! » le 15ème tome des aventures de Titeuf du dessinateur Zep (Glénat).

    Racisme US

    Suite au limogeage aux Etats-Unis de Steve Bannon, Le Huffington Post consacre un article au livre le « Camp des saints » de l'écrivain français Jean Raspail, publié en 1973 (Robert Laffont), et qui aurait inspiré ce conseiller de Donald Trump. L’auteur de l’article écrit : « "Ce livre est raciste au sens littéral du terme: c'est leur race qui définit avant tout les personnages", explique Cécile Alduy, professeur de français à l'université Stanford et spécialiste de l'extrême droite française actuelle. "Il décrit l'invasion de l'Europe par des vagues d'immigrés débarquant sur les côtes comme la peste. Le fil rouge de ce livre, c'est un combat à mort entre les races." Lors de sa publication aux Etats-Unis, en 1975, le magazine littéraire Kirkus Reviews ne mâchait pas ses mots: "L'éditeur nous présente Le Camp des saints comme un événement majeur, ce qu'il est probablement, comme Mein Kampf l'a été en son temps."

    Le Monde, Jean-Yves Ferri, Didier Convard, René Goscinny, Albert Uderzo, Brigitte Macron, Elle, Gustave Flaubert, Arthur Rimbaud, Guy de maupassant, Jacques Prévert, Michel Butor,Voltaire, Charles Baudelaire, Hachette, Titeuf, Zep, Glénat, Le Huffington Post , Jean Raspail, Cécile Alduy, Donals Trump, Steve Bannon, Frédéric Poter, Astérix, Femme de président

    Brigitte Macron a accordé une longue interview au magazine Elle (18 août). L'épouse du président de la République, ancienne professeure de Lettres, cite Prévert, Voltaire, Michel Butor pour parler de "la sensualité de l'écriture à la main", et dévoile ses lectures et ses goûts littéraires de Gustave Flaubert à Arthur Rimbaud « le génie », en passant par Guy de Maupassant : « Flaubert est le meilleur traqueur de stupidités de toute la littérature. Il décèle la méchanceté crasse, la sottise partout où elle est. (…) Tout en Flaubert est signifiant. Mes élèves n’avaient pas le droit de ne pas l’aimer ! J’adorais leur transmettre ma passion. » Elle nous aprend aussi que « Les Fleurs du mal » de Baudelaire est son livre de chevet et rajoute « les poètes savent dire l’indicible. »

  • Jacques Prévert éternel

    « Son style, iconoclaste, joyeux, évoquant les bonheurs simples, l’amour ? Sa façon, inimitable, de jouer avec les mots ? De s’amuser avec le langage sans jamais nous perdre ? Est-ce parce que ses textes ont été interprétés par les plus grands chanteurs, est-ce pour ses répliques célèbres écrites pour le cinéma ? Alors que la poésie souffre trop souvent d’être difficile à partager, Prévert est aimé des enfants comme de leurs grands-parents, des amateurs de poésie et de ceux qui ne le sont pas. Depuis sa sortie en 1946, le succès de son recueil Paroles (5000 exemplaires à sa sortie en une semaine !) ne se dément pas. Il est, aujourd’hui, en France, l’un des livres de poche les plus vendus chaque année. Plus que tout autre, il a su faire marier poésie et populaire. » écrivent Par Béatrice Quintin et Anne-Sophie Hache dans La Voix du Nord.

    Jacques Prévert, Fondation Jan Michalski, Hervé Bourhis, Christian Cailleaux, Béatrice Quintin, Anne-Sophie HachCarole Aurouet,André FrançoisJacques Prévert, est toujours célébré 40 ans après sa disparition. L’occasion de le découvrir et de le redécouvrir.

    Pour tout connaître de sa vie on peut lire le hors-série édité par Télérama mais également la biographie « Jacques Prévert, une vie » de Carole Aurouet, auteure de nombreux livres sur son œuvre, notamment au cinéma. Qui se souvient qu’il est l’auteur des répliques cultes « Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre… », « T’as d’beaux yeux, tu sais ? »

    En 2016, les textes de Jacques Prévert ont fait leur entrée dans la prestigieuse collection de La Pléiade même si cela n’a pas plu à tout le monde, certains jugeant sa poésie «  simpliste  », «  bêtifiante  » ou d’user de «  facilités  » comme le rappelle La Voix du Nord dans son article.

    Egalement dessinateur, Prévert aurait sans doute aimé « Jacques Prévert n’est pas un poète » l’album de bande dessinée que lui ont consacré Hervé Bourhis et Christian Cailleaux, le récit qui, nous dit Le Figaro, « a la particularité de nous présenter l'artiste dans l'impétuosité de la jeunesse. De Constantinople à Moscou, en passant par New York et bien évidemment par le foisonnant Montparnasse des années folles. Trente années où se sont forgées toutes les facettes artistiques du poète, tour à tour comédien, scénariste, chansonnier, dialoguiste. »

    Jacques Prévert, Fondation Jan Michalski, Hervé Bourhis, Christian Cailleaux, Béatrice Quintin, Anne-Sophie HachCarole Aurouet,André FrançoisSi ses poèmes sont appréciés des enfants son album « Lettres des îles Baladar » imaginé avec le dessinateur André François l’est tout autant (Gallimard Jeunesse).

    A lire également l’article « Jacques Prévert, inventaire inédit » long article très documenté publié par Le Parisien magazine.

    Le site officiel consacré à l’actualité et à l’ensemble de l’œuvre de Jacques Prévert : http://www.jacquesprevert.fr/

    Photos : couvertures de livres, et l’affiche de l’exposition « Jacques Prévert | Images » présentée jusqu’au 30 avril 2017 par la Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature à Montricher (Suisse).

    Jacques Prévert, Fondation Jan Michalski, Hervé Bourhis, Christian Cailleaux, Béatrice Quintin, Anne-Sophie HachCarole Aurouet,André François

  • Des mots contre le terrorisme

    Après les attentats meurtriers du 13 novembre 2015 à Paris on aura vu le juge Marc Trévidic intervenir sur les plateaux de télévision et dans nombre de médias pour exprimer son sentiment sur cette actualité dramatique.

    Depuis mai 2006 il était juge d’instruction au pôle antiterrorisme au tribunal de grande instance de Paris, et a instruit avec succès plusieurs affaires, souvent anciennes, comme les attentats de la rue des Rosiers, de la rue Copernic, celui de Karachi ou l’assassinat des moines de Tibhirine.

    Comme le souligne L’Obs le juge quittera son poste en septembre 2015, à cause d’une loi empêchant les juges spécialisés de rester à leur poste plus de dix ans, tout en déplorant n'avoir pas pu aller au bout des affaires des moines de Tibhirine et de Karachi.

    Expert dans ce domaine il a publié plusieurs ouvrages qui permettent de comprendre les événements actuels : « Au cœur de l'antiterrorisme », (2011), « Terroristes : Les 7 piliers de la déraison », (2013), « Qui a peur du petit méchant juge ? », (2014), tous publiés par les éditions Jean-Claude Lattès.

    Ce texte ci-dessous a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux longtemps présenté comme un éditorial du New York Times, est en fait un commentaire comme l’expliquent « Les décodeurs » du Monde. Ce qui ne change rien à son contenu : « La France représente tout ce que les fanatiques religieux du monde détestent : profiter de la vie sur Terre de plein de petites manières différentes : une tasse de café parfumé avec un croissant au beurre, de belles femmes en robes courtes qui sourient librement, l’odeur du pain chaud, une bouteille de vin partagée avec des amis, un peu de parfum, des enfants qui jouent au jardin du Luxembourg, le droit de ne pas croire en Dieu, ne pas s’inquiéter des calories, flirter et fumer et profiter du sexe hors mariage, prendre des vacances, lire n’importe quel livre, aller à l’école gratuitement, jouer, rire, se disputer, se moquer des religieux comme des hommes politiques, laisser l’inquiétude sur ce qu’il y a après la vie aux morts. Aucun pays sur Terre ne profite mieux de la vie que les Français. Paris, nous t’aimons, nous pleurons pour toi. Tu est en deuil ce soir, et nous sommes avec toi. Nous savons que tu riras encore, chanteras encore, feras l’amour et guériras, car aimer la vie est ta nature. Les forces des ténèbres reflueront. Elles perdront. Elles perdent toujours. »

    Toujours sur les réseaux sociaux, un emprunt à Jacques Prévert pour commenter les tueries du 13 novembre à Paris :

    12243337_10208001485616297_3854550669523846924_n.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu