Avertir le modérateur

jacques noël

  • Jacques Noël, disparition d’un libraire au regard moderne

    L’information ne fera pas les gros titres de la presse, même spécialisée, mais les réseaux sociaux ont annoncé la disparition de Jacques Noël, créateur de la librairie Un Regard moderne à Paris..

    Jacques Noël, Un Regard Moderne, Sébastien Marchal, L'Inqualiifiable, Jean-Pierre Faur, Gonzaï, Les Yeux fertiles, Thé-Troc, Guillaume Dumora, Le Monte-en-l'airCe sont d’ailleurs les professionnels qui ont réagi les premiers sur cette disparition, à l’image du graphiste Sébastien Marchal : « Tristesse : Jacques Noël est mort. Sa librairie, Un Regard Moderne, rue Gît-le-Cœur, était un lieu improbable, incroyable, comme si on avait voulu faire tenir la bibliothèque d'Alexandrie dans un dé à coudre, comme une caverne d'Ali-Baba rangée par Gaston Lagaffe. Je n'y étais pas retourné depuis presque deux ans, mais je me souviens que c'est là que j'ai découvert et acheté mes premiers bouquins de l'Association, ou que parmi d'autres découvertes j'ai déniché le catalogue de Fabrice Praeger ou un petit ouvrage hilarant de l'artiste Taroop & Gable, « Aucune photo ne peut rendre la beauté de ce décor ». C'est avec Thé-Troc (rue Jean-Pierre Timbaud) la librairie où j'ai déniché le plus de trésors graphiques... Avant que quelques années plus tard, inspiré par ces deux-là, Guillaume Dumora ouvre le Monte-en-l'air. Que vivent les librairies improbables ! »

    Le site Gonzaï,lui, republie une interview que Jacques Noël lui avait accordé en 2012, il y raconte ses débuts : « Quant j’ai commencé, j’étais aux Yeux fertiles, à 50 mètres de là. La librairie a depuis été rachetée, j’ai continué à y vendre des livres mais il n’y a avait plus le même esprit . Et puis j’ai fait une rencontre merveilleuse avec un des derniers mécènes, Jean-Pierre Faur. Ce fut un partage pendant près de dix ans, avec une sorte d’affection portée sur ma personne, et le fait qu’il ait pu m’offrir une librairie m’enrichit encore le cœur. Il avait dans l’idée d’avoir une librairie, mais sans vouloir faire le libraire. C’est ainsi que je me suis retrouvé ici, au regard moderne rue Gît-le cœur ; la rue où meurt l’amour, la rue où tous les écrivains de la Beat génération comme Ginsberg avaient atterri. »

    L’an dernier ce blog consacrait une chronique à la librairie (dont cette vidéo donne un aperçu https://www.youtube.com/watch?v=gLHu4bXfjN8 ).

    Sur Facebook, la revue L’INqualifiable publie cet appel : « Jacques Noël s'est éteint la nuit dernière, dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2016. Il tenait Un Regard moderne, la librairie la plus incroyable, la plus atypique, la plus bordélique, la plus surprenante, la plus alternative, la plus punk du monde ! Pour lui rendre hommage, l'INqualifiable invite celles et ceux qui l'ont connu à raconter un moment passé avec lui à la librairie, à raconter leur première fois (on n'oublie pas la première fois qu'on est entré au Regard moderne), ou les suivantes, ou la seule, à dire ce que Jacques Noël a accueilli comme revues, fanzines, gravures, petite maison d'édition... et tous les objets venus du DIY, du bidouillage, de l'auto-édition et de la création indépendante, underground, discrète, poétique, pornographique, et toujours iconoclaste. » Ce témoignage (photos, textes, dessin...) sera publié en hommage dans le numéro spécial punk de l'INqualifiable qui sera bouclé fin octobre où un dossier sera consacré à l'irremplaçable Jacques et à sa magnifique librairie. Vous pouvez adresser vos propositions à redac@linqualifiable.fr

    A écouter une émission radio sur Un Regard moderne.

  • La librairie Un Regard Moderne

    Il faut aimer passionnément les livrespour aller dénicher à la librairie Un Regard Moderne  à Paris, celui que l’on cherche. Une vidéo dénichée sur Youtube (ci-dessous) donne l’exacte idée de ce labyrinthe inextricable qui recèle des milliers de trésors de la littérature, du dessin, ou de la bande dessinée et où seul Jacques Noël, âme damnée du lieu, sait vous le trouver.

     

     

    Une librairie originale décrite ainsi par un journaliste des Inrocks, qui y rencontre Pierre Lescure : « L’homme de Canal+ m’a donné rendez-vous au Regard Moderne, une grotte de papier déviante, une caverne d’ouvrages séditieux, un capharnaüm où l’on ne tient pas à plus de deux ou trois personnes, accueillis par le tenancier, Jacques, entre dix piles dégringolantes de bouquins situs, de photos de pin-up 50’s, de grimoires érotiques ou de fac-similés de manuscrits de Céline qui menacent de vous ensevelir. »

    Au mois de janvier, le site Time Out racontait son histoire : « Libraire depuis les années 1960, longtemps aux Yeux fertiles à quelques mètres de là, Jacques a ouvert ce magma d'encre et de papier en 1991, entretenant l'héritage de la Beat Generation : on ne dirait pas aujourd'hui, en regardant les luxueux hôtels pour touristes qui encadrent l'angle de la rue Saint-André-des-Arts, mais c'est bien ici qu'échouèrent Ginsberg, Burroughs & Co, il y a plusieurs décennies de cela. Vous l'aurez compris, Un Regard Moderne, dont le nom évoque évidemment le supplément de Libé que pilotaient les graphistes de Bazooka à la fin des années 1970, ne propose pas que du neuf. Ici, il y a absolument tout : de la musique à la BD, des brochures autoproduites aux petits romans érotiques eighties. L'une des plus extraordinaires librairies de Paris, de celles qui semblent vivre comme un corps autonome, le Regard Moderne recrache certaines œuvres en haut des piles un jour pour en avaler d'autres le lendemain, les conservant parfois pendant plusieurs années dans les méandres de ses entrailles. A l'image de son libraire, que l'on imagine bien avoir creusé sa tanière dans cette montagne d'écrits, un peu comme ça. »

    En 2013, sur le blog Gonzaï, dans un long entretien, Jacques Noël parlait de son métier : « Le livre a cette identité que je me sentais de, disons, vendre. On vit dans une société où malheureusement le commerce tient tous les rênes du marché: vendeurs, acheteurs, etc. Le livre me paraissait le seul bien culturel qui capable de devenir différent entre les mains du lecteur qui le lirait. Et ça me passionnait. En tant que libraire, on a l’impression d’être à la fois magicien et pharmacien en trouvant le remède à ce que l’acheteur recherche. À mes yeux le libraire est là pour surprendre une clientèle toujours à l’affût de quelque chose qu’elle ne connaîtrait pas. Internet est un terrible vautour qui permet à une clientèle de savoir des choses avant nous. Un libraire ne peut travailler qu’un livre édité et distribué. Avec internet les gens connaissent toutes les informations à l’avance. Le seul moyen de faire découvrir quelque chose est qu’il ne soit pas sur Internet. Et s’il n’est pas sur le net c’est qu’il n’existe pas et là le combat est impossible: je ne peux vendre quelque chose qui n’existe pas. (…) »

    Un regard Moderne , 10, rue Gît-le-cœur, 75006 Paris. Sur Facebook : https://www.facebook.com/UnRegardModerne

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu