Avertir le modérateur

j.k rowlings

  • Nouvelles diverses du livre cet été

    Une librairie qui ferme à Dax

    La série noire continue pour les libraires avec cette annonce faite par France Bleue : « Point final pour la librairie Chapitre à Dax (Landes). Depuis le début du mois d'août, la boutique a baissé le rideau… C’était pourtant l’une des 34 dernières librairies anciennement du groupe Chapitre en France. La décision du tribunal de commerce de Dax tombe le 3 août 2016 : c’est la liquidation judiciaire pour la librairie située 2 rue de Borda. »

    La librairie avait changé de propriétaire, et Lionel Sallaberry un ancien salarié en avait pris la direction avec des fonds propres et des aides du Ministère de la Culture, notamment. Après un déménagement et une perte de visibilité au sein du Centre commercial le Mail du Centre à Dax, les clients se sont fait rares, loin des 80.000 acheteurs qui la fréquentaient habituellement. La librairie employait neuf salariés.

    La Librairie Campus, 10 rue du Mirailh est désormais la dernière librairie indépendante de Dax..

     

    Un livre "maudit"

    « « Harry Potter et l’Enfant maudit » : une suite réussie mais dispensable », Le Monde n’a pas trop aimé Harry Potter et l’Enfant maudit, livre de J.K Rowlings qui reproduit le texte de la pièce de théâtre au titre éponyme se jouant actuellement à guichets fermés à Londres.

    Le quotidien écrit cependant : « Malgré ses défauts, Harry Potter et l’Enfant maudit parvient à séduire grâce à la fluidité de sa narration, à ses références complices aux précédents volumes et à quelques trouvailles particulièrement judicieuses (comme les révélations sur la marchande de bonbons du Poudlard Express). Le détachement teinté d’ironie de Scorpius le rend particulièrement attachant et permet de contrebalancer l’agacement que suscite parfois l’attitude geignarde d’Albus. L’histoire contient par ailleurs suffisamment de rebondissements pour tenir le lectorat en haleine pendant 330 pages, sans réel temps mort, tout en jouant habilement la carte de la nostalgie.

    De l’influence des critiques, Le Figaro nous apprend que « Selon l'institut GfK, entre 36.000 et 40.000 exemplaires de ce nouvel opus d'Harry Potter se sont écoulés lors de la première semaine de vente en France. La version française paraît le 14 octobre 2017.

    Lionel Sallaberry, Harry Potter, J.K Rowlings,

  • Les secrets d’un best-seller

    Le prochain livre pour adultes de J.K Rowlings, dont on vient d’annoncer la prochaine parution, sera-t-il un best-seller comme l’a été la série des Harry Potter, un succès universel édité à plus de 400 millions d’exemplaires ?

    Difficile à prédire, il n’y a pas de recette imparable, surtout lorsqu’on sait que le manuscrit initial de l’auteure britannique a été refusé à l'époque par une dizaine d’éditeurs.

    En octobre 2011, Bernard Pivot qui consacrait sa chronique du Journal du Dimanche  au livre Histoire des best-sellers de Frédéric Rouvillois, (Flammarion), écrivait « Les livres best-sellers sont d’autant plus excitants qu’ils sont inattendus. Les éditeurs les ont tirés à trois mille exemplaires ; les libraires ne leur ont pas prêté une attention particulière ; et les auteurs sont déjà comblés d’avoir franchi le cap difficile de la publication. Et puis voilà que, très vite ou au fil du temps, tel livre, souvent sans le secours de la presse ou d’un prix littéraire, rencontre les faveurs d’un public qui grossit de plus en plus et qui devient marée d’équinoxe. Ainsi, il n’y a pas si longtemps, L’Élégance du hérisson, de Muriel Barbery, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, d’Anna Gavalda, ou, succès universel et inouï, la saga Harry Potter, de Mrs J.K. Rowling. » et tente une explication à la réussite d’un livre reprochant à l’auteur de ne pas analyser « assez profondément ce processus d’irrésistible engouement qui culmine dans une pression de curiosité et de snobisme sur des populations d’abord réticentes, puis décidées à y aller voir "pour ne pas mourir idiot ». Un « panurgisme » selon Pivot qui  « a été amplifié par les listes de best-sellers publiées dans les hebdomadaires et affichées dans les librairies. On achète un livre parce que des dizaines de milliers de personnes l’ont déjà acheté. »

    Le livre de Frédéric Rouvillois n’a peut-être pas figuré dans la liste des succès de librairie, mais son auteur a été l’invité de plusieurs médias qui ont tenté, à travers lui, de définir les clés de la réussite d’un ouvrage. Ce fut le cas de "La marche de l’histoire" de France Inter qui explique dans la présentation de l’émission « L'ère de la vitesse a commencé il y a 150 ans et quelques avec le chemin de fer. Celle des best-sellers avec l'accélération des modes d'impression et de diffusion, à la même époque. L'expression  apparaît aux Etats-Unis en 1889, elle est largement utilisée en France dès les années 1920. Mais le mot est un fourre-tout. Selon les périodes, il ne s'applique pas aux mêmes seuils : à notre époque d'industrie culturelle, on compte en millions ; il y a un siècle, au temps de la littérature industrielle, on calculait seulement en centaines de milliers d'exemplaires. Du best-seller,  on parle généralement comme d'un succès prévu, calculé voire manipulé. Mais le best seller le plus révélateur n'est-il pas l'imprévu, celui qui s'embrase comme un feu, révélant tout d'un coup une sensibilité latente ? »

    D’autres comme Umberto Eco dans Lector in fabula (Grasset) se sont interrogés sur la relation du « Lecteur modèle » avec le texte. Une étude savante pour mieux comprendre son apport au contenu de l’œuvre. Citation : «L'activité coopérative qui amène le destinataire à tirer du texte ce que le texte ne dit pas mais qu'il présuppose, promet, implique ou implicite, à remplir les espaces vides, à relier ce qu'il y a dans ce texte au reste de l'intertextualité d'où il naît et où il ira se fondre.» Ou encore : « Un texte se distingue d'autres types d'expressions par sa plus grande complexité. Et la raison essentielle de cette complexité, c'est qu'il est un tissu de non-dit. "Non-dit" signifie non manifesté en surface, au niveau de l'expression: mais c'est précisément ce non-dit qui doit être actualisé au niveau de l'actualisation du contenu. Ainsi un texte, d'une façon plus manifeste que tout autre message, requiert des mouvements coopératifs actifs et conscients de la part du lecteur.»

    A la lecture de tous ces points de vue, la « recette » du best-seller apparaît en filigrane, mais l’élément « miraculeux » qui conduit à la rencontre d’un auteur avec ses lecteurs reste un mystère, ce qui aurait tendance à rendre l’industrie du livre beaucoup plus humaine.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu