Avertir le modérateur

hergé

  • Michel Serres philosophe universel

    "La philosophie ne sert à rien et sert à tout. Je crois que ce qui n’a aucune valeur et qui a toutes les valeurs, c’est ce qu’il y a de plus important. C’est précisément ça que cherche la philosophie, ce fameux couteau suisse qui sert à tout." Michel Serres (invité par France Culture).

    51BFq1zHb+L._SX334_BO1,204,203,200_.jpgLa disparition du philosophe Michel Serres à 88 ans, n’est pas passée inaperçue et « une pluie d’hommages » l’a accompagnée dans les médias. Les médias il les connaissait bien, souvent invité à parler de l’actualité ou de ses ouvrages, mais également pour avoir animé pendant 14 ans avec Michel Polacco une chronique régulière sur France Info « Le sens de l’info ». Autant de moments de curiosité et de sagesse que l’on peut encore réécouter sur le site de la radio.

    Michel Serres pratiquait une philosophie bien ancrée dans son époque comme en témoigne cette vidéo réalisée en 2013 par la librairie Sauramps lors de la publication de Petite Poucette (éditions Le Pommier). Citation : « Nos sociétés occidentales ont déjà vécu deux révolutions : le passage de l'oral à l'écrit, puis de l'écrit à l'imprimé. Comme chacune des précédentes, la troisième, - le passage aux nouvelles technologies - tout aussi majeure, s'accompagne de mutations politiques, sociales et cognitives. Ce sont des périodes de crises. Devant ces métamorphoses, suspendons notre jugement. Ni progrès, ni catastrophe, ni bien ni mal, c'est la réalité et il faut faire avec. Petite Poucette va devoir réinventer une manière de vivre ensemble, des institutions, une manière d'être et de connaître... mais il faut lui faire confiance ! » 

    Vidéo :

    Serres Sauramps.pngMichel Serres était aussi un écrivain prolifique qui a publié près de 70 ouvrages sur des thèmes traitant aussi bien des Cinq sens, Les Origines de la Géométrie, Variations sur le corps, ou de Darwin, Bonaparte et le Samaritain : une philosophie de l'histoire. En 2000, il publie Hergé mon ami, (éditions Moulinsart). A son propos il avoua au Figaro littéraire, « Mon livre a voulu lui rendre une partie des trésors qu’il m’a donnés: enchantement de l’enfance, rêves de jeunesse, méditations pendant l’âge mûr et cette belle amitié dont je crois que, comme son œuvre, elle n’aura pas de fin.»

    Ses deux derniers titres parus sont Défense et illustration de la langue française aujourd'hui, écrit avec avec Michel Polacco, 2018, et Morales espiègles (éditions Le Pommier) qu’il présentait en février 2019 dans l’émission La Grande Librairie de François Busnel.

  • L'été, le temps de la BD

    Les vacances sont souvent propices à la lecture de bandes dessinées, surtout lorsque certains festivals comme celui d’Eauze vous invitent à rencontrer les auteurs. Plus original encore, les Journées Tintinophiles de Senlis qui réunissent les amateurs et passionnés du monde créé par le dessinateur Hergé.

    Eauze

    Le festival de Eauze dans le Gers est devenu au fil des ans (26ème édition) un rendez-vous incontournable pour les amateurs de la bande dessinée. De nombreux auteurs seront présents, 32 comme le chiffre du département, le dimanche 6 août.

    La veille sera projeté en 3D le film Valerian et la cité des 1000 planètes de Luc Besson, adaptation de la série BD de science-fiction Valérian et Laureline de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières (Dargaud).

    Eauze 2017.jpg

    Senlis

    Conférences, animations, expositions sont au programme des Journées Tintinophiles qui se dérouleront à Senlis du 31 août au 3 septembre 2017.

    Une 9ème édition qui propose aussi « une bourse tintinophile et toutes bandes dessinées » le samedi 2 et le dimanche 3 septembre de 10h00 à 18h00 au sein de l'ancienne église Saint Pierre ».

    Tintin a beaucoup apporté au monde de l’édition sur le site officiel qui lui est dédié on peut lire : « À plus de 80 ans, Tintin a définitivement conquis sa place parmi les grands de la littérature internationale. En 1999, à la demande du Monde, les lecteurs de ce quotidien ont classé Le Lotus bleu en dix-huitième position parmi les livres qui ont marqué le vingtième siècle. Tintin se retrouvait en bonne compagnie, aux côtés d'Aldous Huxley, Soljenitsyne et Anne Frank. Les albums de Tintin restent des best-sellers dans le monde entier : depuis 1929, les ventes ont atteint plus de 230 millions d'albums, en plus de quatre-vingts langues. En France, une famille sur deux possède au moins un album des Aventures de Tintin. »

    ob_e0fa6c_affiche-tintin-a3-2017.jpg

  • Tintin au pays du marketing

    Tintin.pngPublié pour la première fois en album en 1929, l’album de bande dessinée Tintin au pays des Soviets fait l’objet, à quelques jours du festival de la BD d’Angoulême, d’une réédition accompagnée importante opération publicitaire.

    Objectif, écouler les 300 000 exemplaires de cette version mise en couleurs par les éditions Casterman 33 années après la disparition de leur auteur Hergé (George Rémi). Celui-ci n’avait jamais voulu de son vivant redessiner cette œuvre de jeunesse contrairement à d’autres de ses albums : « Il n'est pas question que je reprenne tous mes albums au fur et à mesure de leur vieillissement. Tintin au pays des Soviets, Tintin au Congo ne seront probablement jamais réédités. » Hergé

    Couv_151862.jpgParue dans Le Petit vingtième supplément illustré du journal belge Le Vingtième siècle, cette aventure voit la naissance du personnage de Tintin qui connaitra par la suite une renommée mondiale avec plus de 230 millions d’albums et 96 traductions.

    Le grand art des éditions Casterman est de présenter cet album comme une nouveauté contournant ainsi le fait que Hergé avait interdit que l’on poursuive après sa mort les aventures du jeune reporter belge.

    A défaut de pouvoir faire revivre Tintin, sous la plume d’autres auteurs comme cela a été le cas pour Astérix, Lucky Luke, Blake et Mortimer, etc., l’éditeur a choisi de republier un album mythique dont la qualité narrative et graphique est plutôt décevante mais qui faisait depuis des années l’objet d’éditions pirates hors de prix avant que Casterman lui-même ne la réédite une première fois en 1973 pour endiguer la spéculation. L’album n’avait connu qu’une seule édition officielle en 1930, imprimé en noir et blanc à dix mille exemplaires, dont les 500 premiers numérotés. En avril 2006, l'un de ceux-là s’est vendu aux enchères à Paris pour la somme de 60 180 euros, un record pour un album de bande dessinée.

    Alors fallait-il le mettre en couleur ? La polémique fait rage entre comme dans cet article du Monde ou les spécialistes « tintinophiles » Philippe Godin et Yves Frémion défendent leur point de vue. Ce qui est certain c’est que ce nouvel épisode des aventures de Tintin dans le monde de l’édition fera recette.

    1102685734.jpg

    Photo : une case en noir & blanc de la première édition de Tintin au pays des Soviets et les couvertures de l'édition de 1973 et celle de 2017.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu