Avertir le modérateur

hachette

  • L'incendie de Notre-Dame

    Pocket, Folio, Le Livre de Poche, Hachette, Livres Hebdo, Notre dame de Paris, Victor Hugo, Le Figaro, France Inter, Guillaume Gallienne, Odelettes, Gérard de Nerval, Les grands drames qui se produisent à Paris et l’émotion qu’ils suscitent se traduisent ces dernières années par des phénomènes de librairie. Ce fût le cas pour les attentats du 13 novembre 2015 avec des ventes record pour Paris est une fête d’Ernest Hemingway, ou Le Traité sur la tolérance de Voltaire. C’est à nouveau le cas avec l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, un événement qui a propulsé en quelques heures le roman de Victor Hugo en tête des ventes sur Amazon. Livres Hebdo constate que en moins de 24 heures les dix-huit premières places du baromètre d’Amazon ont été occupées par des ouvrages en lien avec le monument. L’impact est également sensible en librairie comme le constate Le Figaro où tous les ouvrages parus sur le Notre-Dame sont réclamés. Les réseaux sociaux y contribuent pour beaucoup qui font circuler des extraits de ces ouvrages.

    Nombre d’internautes ont repris le poème Notre-Dame de Paris de Gérard de Nerval (1808-1855) publié dans Odelettes en 1853 :

    Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être
    Enterrer cependant Paris qu'elle a vu naître ;
    Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher
    Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,
    Tordra ses nerfs de fer, et puis d'une dent sourde
    Rongera tristement ses vieux os de rocher !

    Bien des hommes, de tous les pays de la terre
    Viendront, pour contempler cette ruine austère,
    Rêveurs, et relisant le livre de Victor :
    – Alors ils croiront voir la vieille basilique,
    Toute ainsi qu'elle était, puissante et magnifique,
    Se lever devant eux comme l'ombre d'un mort !

    Et beaucoup d’autres encore ont publié le passage où Victor Hugo évoque un incendie à Notre-Dame de Paris. Un texte lu à l’antenne de France Inter par Guillaume Gallienne :

    «Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure».

    Les libraires et les éditeurs se mobilisent également. Deux libraires, Amandine Ardouin (Librairie Saint-Pierre de Senlis) et Antoine Bonnet (Librairie Michel à Fontainebleau) appellent leurs confrères à reverser, pour la reconstruction de l'édifice, leur part de revenus liés aux ventes du roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris. Une initiative parallèle à celle des éditeurs de l’édition de poche du roman de Victor Hugo, Pocket, Folio, et Le Livre de Poche (Hachette) qui annonce une première réédition à 8 000 exemplaires avec sticker spécial sur la couverture signalant son engagement à participer, comme ses confrères, à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

  • Ecrire sous la dictée

    Prosper Mérimée, Bernard Pivot, La Dépêche, Pour les Nuls, éditions First,Cali, Hachette, Pocket,  Les Dicos d’OrLa plus célèbre des dictées fut pendant longtemps celle écrite en 1857 par l’écrivain Prosper Mérimée « à la demande de l’impératrice Eugénie afin de distraire la cour » précise la fiche Wikipedia qui lui est consacrée. On y apprend aussi que Napoléon III aurait fait soixante-quinze fautes, l’impératrice soixante-deux, Alexandre Dumas fils vingt-quatre, Octave Feuillet dix-neuf et Metternich fils, ambassadeur d’Autriche, trois. Depuis le vocabulaire utilisé dans la première version a été mis à jour pour suivre l'évolution de la langue mais elle n’en demeure pas moins une dictée souvent qualifiée de « plus difficile au monde » encore aujourd'hui.

    Prosper Mérimée, Bernard Pivot, La Dépêche, Pour les Nuls, éditions First,Cali, Hachette, Pocket,  Les Dicos d’OrAutre personnalité à avoir popularisé l’exercice, Bernard Pivot, qui de 1985 à 2005 dans le cadre de l’émission Les Dicos d’Or organisa le Championnat de France d'orthographe. A propos de la dernière édition qui rassemblait 187 participants Bernard Pivot estimait qu‘il s'agissait d'une dictée d'un niveau qui n'a probablement jamais été aussi élevé ». Dans son compte rendu La Dépêche révélait que « Seuls trois finalistes, un professeur de lettres classiques, un informaticien et un typographe retraité parvinrent au « zéro faute », sur un texte mêlant calembours, termes liés à l'exercice physique, mais pas seulement. » L’aventure prit définitivement fin la même année avec une joute rassemblant les 19 finalistes des saisons précédentes.

    prosper mérimée,bernard pivot,la dépêche,pour les nuls,éditions first,cali,les dicos d’or,hachette,pocketEn 2019, on retrouvera ce type de concours dans le cadre du salon Livre Paris qui se déroulera du du 15 au 18 mars 2019, avec la 10ème édition de La Dictée pour les nuls organisé par la célèbre collection « Pour les Nuls » des éditions First. La dictée se déroulera le samedi 16 mars, à 12h, sur la Grande Scène et le texte sera lu par le parrain de cette 10e édition, le chanteur Cali. Trois catégories sont proposées : juniors (jusqu’à 15 ans), amateurs, et experts. Inscriptions sur le site de l’éditeur. Interrogé sur Europe 1, Cali, qui a publié en 2016 son premier roman Seuls les enfants savent aimer (Pocket), parle de son travail d’écriture et confie « Au début, c’était évidemment "qui suis-je pour écrire quelque chose ?" », « je suis tellement à genou devant les Hugo, Fante, Bukowski ou encore Salinger", et avoue qu’aujourd'hui « Je m’amuse, c’est un plaisir fou d’écrire ».

    Ladictée.fr un site spécialisé parmi tant d’autres, et pour les enfants une appli Hachette pour tablette et smartphone.

  • Le phénomène éditorial Riad Sattouf

    larabe-du-futur-1_riad-sattouf_allary-editions.pngChacune de ses séances de dédicaces draine des centaines de fans et ses chiffres de ventes sont vertigineux, il est l’auteur de la bande dessinée L’Arabe du futur dont le tome 4 vient de paraître aux éditions Allary avec un premier tirage de 250 000 exemplaires.

    La presse lui consacre de nombreux articles et notamment France Info et Télérama qui dévoilent les raisons du succès de ce dessinateur dont les ventes cumulées des 4 tomes atteignent le million et demi d’exemplaires. Une réussite accompagnée par la maison d’édition fondée en 2013 par Guillaume Allary et qui publiera un an plus tard le premier tome de la saga.

    L-Arabe-du-futur 4.jpgPour France Info, Elodie Drouard retrace le parcours de ce jeune auteur de 40 ans né à Paris, d’un père syrien et d'une mère bretonne, ayant passé son enfance jusqu’à 12 ans en Libye et en Syrie, et nous aide à comprendre pourquoi cette autobiographie « est disponible dans 22 langues différentes et cartonne dans le monde entier. On peut lire L'Arabe du futur en espagnol, en italien, en allemand, mais aussi en croate et en coréen ». Une histoire et un best-seller universel dont l’éditeur précise « Sur le moment, ça correspondait tellement à ce qu'il voulait dire que je n’ai eu aucune réflexion marketing sur le titre. Mais à l'imprimerie, on s'est demandé si les gens allaient acheter un livre sur lequel était écrit en gros le mot "arabe". »

    L’article de Télérama est lui consacré à l’exposition que la Bpi du Centre Georges Pompidou à Paris présente jusqu’au 11 mars 2019. A propos du lieu Riad Sattouf dit : « On m’a souvent demandé de faire des expositions et je suis très content que ça se fasse ici, dans des conditions exceptionnelles. Je trouve rassurant d’être au milieu de tous ces livres. J’ai l’impression qu’ils protègent mes dessins, plus que s’ils se trouvaient parmi des œuvres d’art. Les bibliothèques sont parmi les lieux que j’aime le plus au monde. C’est le bon endroit pour montrer quel est le processus qui mène à une bande dessinée. Et pour ceux qui ne connaissent pas encore mon travail, toutes mes BD y sont en libre accès. Le fait que ce soit gratuit, aussi, est très important. »

    Riad Sattouf est également le créateur de Retour au collège (Hachette), Pascal Brutal (Fluide glacial), primé en 2010 au Festival de la BD d’Angoulême, et de Les Cahiers d’Esther publiés dans L’Obs et adaptés en dessin animé pour Canal +.

    Histoires-de-mes-10-ans.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu