Avertir le modérateur

grégoire leménager

  • L’univers du livre de Bernard Pivot à Michel Houellebecq

    Bernard Pivot a accordé un long entretien au Journal du Dimanche (publié en deux parties). Il y parle de livres, de Twitter, des fautes d’orthographe, de son ancienne émission Apostrophes, de Charlie Hebdo, de la presse, et de sa chronique dans le JDD :

    « Comment préparez-vous votre chronique du JDD ?
    J’aime humer les livres, je les ouvre, je les casse même, je lis quelques pages. Parfois je m’arrête vite, parfois je suis pris jusqu’au bout. Aujourd’hui, je reçois finalement peu de livres chaque jour, une dizaine. Du temps d’Apostrophes, j’en recevais entre 50 et 80 quotidiennement. Je ne parle pratiquement que des livres que j’aime. Je suis arrivé à un âge où je ne vais pas démolir les livres, même si cela m’est arrivé dans le passé. Je préfère être positif, porter mon appui à des auteurs. J’ai plutôt envie d’être généreux.

    C’est quoi une bonne critique littéraire ?
    C’est celle qui donne envie de lire ou qui détourne d’un livre. Le meilleur compliment qu’on peut me faire sur ma chronique dans le JDD, c’est quand on me dit : "Vous m’avez donné envie de lire ce livre." Exactement comme à l’époque d’Apostrophes. Une critique littéraire ne doit jamais être faite pour épater ses confrères journalistes. »

    De nouveaux auteurs en Livre de Poche

    « Préludes » c’est le nom de la nouvelle collection initiée par Véronique Cardi, 33 ans directrice générale du Livre de Poche. Une collection avec des « prix attractifs » présentée ainsi sur son site dédié « Au rythme d’une dizaine de romans par an, nous souhaitons vous faire partager notre enthousiasme pour de nouveaux talents de la scène littéraire française et étrangère. Premiers romans en littérature française, premières traductions en français pour la littérature étrangère, nous vous invitons à la découverte. Pour poursuivre ce voyage en littérature, nous vous proposons à la fin de chaque ouvrage des passerelles vers d’autres livres auxquels ils font écho. »

    Voir la présentation en video par MyBoox sur Youtube.

    bernard pivot,charlie hebdo,michel houellebecq,grégoire leménager,véronique cardi

    Houellebecq le retour

    L’Obs consacre un article au dernier livre de Michel Houellebecq et au succès qu’il connaît en Allemagne. Le journaliste Grégoire Leménager cite l’auteur en promotion à Cologne « Le début de mes interviews sur ‘‘Soumission’’ a été pénible car j'ai eu le sentiment de répéter en boucle : mon livre n'est pas islamophobe. », et conclut : « Tout en s’offrant le luxe d’ajouter qu’après les attentats terroristes qui ont fait 17 victimes en France, elles risquent d'être « encore plus pénibles » car il va devoir répéter : 1)   que le livre n'est pas islamophobe, et 2) qu'on a parfaitement le droit d'écrire un livre islamophobe.
    On se souvient que Charlie Hebdo se présente volontiers comme un «journal irresponsable». L'auteur de «Soumission», lui, réclamait l’autre jour "zéro limite" pour la liberté d’expression. Il est de ces idéalistes qui pensent encore que la critique d'une religion n'a rien à voir avec le racisme, qui suppose la haine d'un peuple. C'est un point de vue. Et écrire un livre stupide, on a le droit ? On a le droit. Mais on se demande quand même s'il n'est pas temps d'offrir à Michel Houellebecq un badge bien visible pour que les choses soient claires. Chacun pourrait y lire : « écrivain irresponsable ».»

    Photo une des dernières couvertures de Charlie Hebdo consacrée à Michel Houellebecq.

    bernard pivot,charlie hebdo,michel houellebecq,grégoire leménager,véronique cardi

  • François Bon et son univers numérique

    L’écrivain François Bon accorde un très long entretien à L’Obs, nouvelle formule de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur. Le créateur, en 1997, d’un des premiers sites internet dédié à la littérature (devenu tierslivre.net) y parle de ses liens avec les outils numériques connectés de création.

    « J'ai un tout petit MacBook 13 pouces avec un écran Retina. Du coup au lieu de travailler à mon bureau sur ma grande dalle (un écran externe 27 pouces), à la maison je travaille debout: je pose mon petit ordi sur un pupitre de musicien. C'est comme écrire directement dans le format livre sans passer par le format feuille de la machine à écrire.  Donc dans la journée, moi, c'est l'ordi. Le mien est assez petit, avec une bonne batterie, pour que je l'aie tout le temps avec moi. C'est mon carnet d'écriture, avec des outils de notation instantanée comme Notational Velocity dont je me sers énormément. Ça suppose un changement mental. Mais j'ai toujours besoin du clavier, d'enfoncer des touches: ça n'a l'air de rien, mais jamais on n'a écrit autrement qu'en gravant, en insérant ou en déposant des gouttelettes d'encre. Il faut s'interroger sur ce que les nouveaux outils numériques changent dans l'écriture: ne plus faire de clic, par exemple, ou juste glisser le doigt. »

    François Bon évoque également sa liseuse qu’il préfère à la tablette (que sa fille lui a piquée pour regarder des films) pour la lecture, même si « on ne peut pas sortir du texte ». Il lit beaucoup sur Internet et pour lui « lire connecté n'est pas une atteinte à la concentration », surtout lorsqu’il veut compléter le sujet du livre en allant chercher des images sur le web pour avoir « une lecture plus dense, plus arborescente ».

    françois bon,tierslivre.net,l'obs,macbook,notational velocity,uysses iii,ipad,grégoire leménager,grassetL’écrivain passe en revue toute « sa panoplie d'écrivain du XXIe siècle » et parle aussi de son iPhone,  de la recherche par mots-clés, du logiciel Word « qu’il déteste utiliser » lui préférant Ulysses III, des blogs littéraires, de son site internet , de Google, de Wikipedia et des réseaux sociaux. Autre centre d'intérêt, celui pour la typographie : « Le livre numérique, c’est passionnant parce qu’on peut aussi maîtriser ces typographies. Mais il faut voir comment ça s’affiche sur les tablettes ! Amazon ne propose pas de césure: ils ont des algorithmes de gestion des blancs typographiques, très fins, mais les mots ne sont jamais coupés. Apple, lui, met la césure, mais ne sait pas couper les mots de la langue française. Donc il peut mettre «l’», puis «arbre» à la ligne d’après. Sur l’Ipad, ça casse complètement la possibilité d’avoir une belle lecture. »

    L’intégralité de l’entretien avec Grégoire Leménager

    Photo : François Bon vient de publier "Fragments du dedans" (Grasset).

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu