Avertir le modérateur

google

  • Les Trophées de l'édition 2019

    Le cinéma a ses César, le théâtre ses Molière, le monde de l’édition a désormais ses Trophées Livres Hebdo de l'édition.

    trophees_2019_visuel.jpgCréés par la magazine spécialisé qui leur a donné son nom, ces prix « couronnant l’excellence dans chacun des métiers du secteur », ont reçu le soutien du Bief (Bureau international de l'édition française), du groupe Editis, de Google, d'Hachette Livre, de Humensis, de Jouve, du Cercle de la librairie, de Facebook, de Gleeph et de Relay.

    Le jury était présidé par Denis Olivennes, président du conseil de surveillance de Czech Media Invest (groupe actionnaire de Marianne, Le Monde) et composé de divers spécialistes de l’édition, d’une libraire, et de nombreux collaborateurs de Livres Hebdo. Deux prix ont été décernés par les lecteurs du magazine : L'éditeur de l'année : Cécile Pournin et Ahmed Agne (A.C Media), et La petite maison d'édition de l'année : Le Tripode.

    Le palmarès du jury :

    Trophée spécial du jury : Les éditions Diane de Selliers

    Création éditoriale : la collection "L'ardeur" chez Thierry Magnier

    Conception artistique : le livre Midi Pile de Rebecca Dautremer, chez Sarbacane

    Fabrication : le livre en papier minéral d'Adespote

    Valorisation du fonds : "L'année Simenon" par Presses de la Cité

    Communication : Blake et Mortimer, Le dernier Pharaon, par Dargaud/Blake et Mortimer

    Opération commerciale : la Scop Terres Vivantes pour son incentive avec les libraires de Cultura

    Innovation numérique : Le cahier de dessin animé par les Editions animées

    Innovation logistique : le court tirage à la demande de Humensis/Union Distribution

    Responsabilité sociale et environnementale : le tremplin Prépabac d'Hatier

    Succès international : le portail international de Cairn.info

    Fabrice Piault, rédacteur en chef de Livres Hebdo a déclaré dans Le Figaro (partenaire média de l’événement) à propos de ces Trophées : « Nous souhaitons montrer ce qui apparaît déjà à travers les plus de 200 dossiers que l’on a reçus venant de 110 éditeurs, ce qui est quand même beaucoup pour une première édition. Contrairement à l’image que l’on peut parfois penser du livre comme d’un secteur un peu passéiste, c’est une industrie très ancrée dans les transformations de l’époque et qui se modernise. Les professionnels qui seront primés le seront pour des réalisations qui manifestent la force d’un travail d’artisan et une intégration très poussée des nouvelles technologies. Ce que nous voulons montrer, c’est cette modernité de l’édition. »

  • Etes-vous bibliomane ?

    1211.jpgUn livre, deux livres, cent livres, et on a vite fait de se retrouver avec une bibliothèque de milliers d’ouvrages. On les lit mais souvent on les garde aussi.

    Cet été Slate.fr nous expliquait (à partir d’un article paru dans Atlas obscura) que la bibliomanie était « Un trouble obsessionnel compulsif, lié au trouble de la thésaurisation ou syllogomanie, qui se manifeste par la collection, l'acquisition ou/et l'accumulation de livres en tous genres et dans de telles proportions que la santé ou les relations sociales de la personne souffrant de ce trouble psychologique peuvent s'en trouver endommagées. »

    Un phénomène que l’article fait débuter en 1800 et cite deux cas. Celui de Richard Heber qui, à partir de 1804, commença à collectionner un total de 146.000 livres rares, répartis dans huit maisons, ou celui d’Aloïs Pichler, docteur et universitaire, nommé bibliothécaire de la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg en Russie, et qui détourna, les amenant chez lui, quelques 4 500 ouvrages consacrés au parfum ou à la théologie.

    « Que ferons-nous de nos bibliothèques ? » s’interroge sur son blog Mathieu Bock-Côté, chroniqueur du Journal de Montréal : « Je viens de ressentir pour la première fois l’angoisse des intellectuels dès qu’ils comprennent qu’ils mourront un jour : qu’arrivera-t-il à leur bibliothèque ? Qui en voudra ? Qui la comprendra ? Qui comprendra les milliers de petits émerveillements à l’origine de tel achat, de tel passage souligné, de tel signet oublié ? Que se passe-t-il si nos enfants n’en veulent pas ? Faudra-t-il la disperser, la vendre, la liquider ? »

    Et même lui ne croit pas trop à la solution qu’il propose : « L'objectif me semble soudainement assez simple : faire assez d'argent tout au long de sa vie pour fonder un centre de recherche qui accueillera notre bibliothèque en lui conservant son unité. Mais en écrivant cela, je suis parfaitement conscient d'entrer dans le domaine du fantasme ! Faut-il d’ailleurs être victime de démesure pour croire que tout ce qui a du sens pour nous en aura pour ceux qui viendront après ? D'ailleurs, j'y pense après coup : qui voudra encore, dans cinquante ou soixante ans, d'une bibliothèque faite de livres en papiers ? »

    Des livres, des livres, chez les particuliers, dans les bibliothèques, mais peut-on évaluer leur nombre ? C’est encore Slate.fr qui nous l’apprend « Combien de livres ont été publiés dans le monde depuis l'invention de l'imprimerie ? Quelle est la taille du savoir écrit produit par l'humanité ? Selon les algorithmes de Google, la réponse est proche de 130 millions soit exactement 129.864.880 ». Et ces chiffres datent de 2010.

    On n’a pas finir de réfléchir à l’avenir de nos livres.

    Photo : La libreria Trinity College, Dublin.

  • Amazon et les auteurs font salon

    Grande première le prochain Salon du Livre de Paris, qui se tiendra Porte de Versailles du 16 au 19 mars prochain, un stand d’Amazon, géant mondial de la vente de livres en ligne et créateur de la liseuse Kindle. 

    Selon Livres Hebdo,  le stand d’Amazon, d’une superficie de 80m2, se tiendra dans la zone du salon consacrée au livre numérique. Une présence que le site MyBoox.fr commente ainsi : "Bonne pioche pour Amazon, qui ne devra pour l’instant compter que sur la présence au Salon du Livre de ses concurrents français Bookeen, Apple et Google ayant décliné l’invitation."

    Début février 2012, Le Monde annonçait à propos de la multinationale, "Résultats en demi-teinte pour Amazon, qui a doublé ses investissements" et précisait "Le groupe a effectué des dépenses d'investissement de 550 millions de dollars pendant le trimestre, dans "la technologie, l'infrastructure, et les capacités supplémentaires d'expédition". Pour l'ensemble de l'année les investissements ont représenté 1,3 milliard d'euros, presque un doublement en un an. Les effectifs ont aussi bondi de 67 % en un an : le groupe comptait environ 56 200 employés à plein temps ou à temps partiel (hors intérimaires) au 31 décembre, contre 33 700 un an plus tôt.”

    A noter que si les organisateurs déroulent le tapis rouge à Amazon (peut être pour compenser la désaffection de nombres d’éditeurs qui ne trouvent plus leur compte dans cette manifestation), une polémique les oppose aux auteurs en raison des condition d’accréditation de ces derniers.

    Dans un communiqué, la société organisatrice explique "Le Salon du livre réunit chaque année plus de 2 500 auteurs dans le cadre de rencontres et de dédicaces et n'entend pas empêcher les auteurs de venir en qualité de professionnel, élément premier de la chaîne du livre, mais encadrer plus précisément les conditions d'obtention d'un badge accréditif.

    Enfin, le Salon du livre est un événement qui ne vit pas de subside public et se doit de garantir à ses clients exposants des conditions claires et nettes concernant son visitorat, et déclarer des chiffres de fréquentation véraces et contrôlés par un organisme indépendant" (communiqué à lire intégralement sur le site Actualitte.com).

     

    Des liseuses, des auteurs, le prochain Salon du livre s’annonce bien.

    Amazon, Kindle, Salon du livre, Bookeen, Apple, Google


     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu