Avertir le modérateur

george r.r. martin

  • Littérature et bande dessinée

    « La bande dessinée est, selon moi, plus proche de la littérature que d’autres arts visuels comme le cinéma, parce qu’il y a une chose essentielle qui est le rapport au temps. Et les ellipses. Ce qui est important dans la bande dessinée, ce n’est pas vraiment ce que l’on représente, c’est l’espace entre deux cases. Ce qu’il n’y a pas ? C’est vraiment le propre de l’écriture bédé. Ce qui m’intéresse, c’est justement ce qui se passe dans cet espace-là qui n’a pas été pris, qui n’a pas été saisi, qui n’a pas été montré et que le lecteur imagine. ça c’est fondamental dans la bande dessinée. », dixit Jean-Philippe Stassen dans Alter Mondes, n°41 de mars 2015.

    Littérature et bande dessinée peuvent donc faire bon ménage, et même si on passe rapidement sur l’adaptation des romans de la Comtesse de Ségur (Casterman) - hormis « Les malheurs de Sophie » par Mathieu Sapin (Gallimard) -, d’autres titres nous le démontrent.

    product_9782207118177_195x320.jpgC’est le cas de « Suite française - Tempête en juin » dessiné par Emmanuel Moynot d’après le roman d'Irène Némirovsky (Denoël Graphic). Un dessinateur qui a déjà adapté l’univers de Jean Vautrin avec « L’homme qui assassinait sa vie » (Casterman). Emmanuel Moynot a également pris le relai de Tardi pour la mise en images des romans de Léo Malet avec le personnage de Nestor Burma (Casterman).

    Jacques Tardi, connu aussi pour avoir illustré les textes de Céline ou de Jules Verne, expliquait en 2005 lors de la parution  de « Le Petit Bleu de la Côte Ouest » de Jean-Patrick Manchette (Humanoïdes Associés) : « Je n’ai plus envie d’adapter un livre pour le moment. J’ai réalisé beaucoup d’adaptations ces dernières années. Je souhaite dessiner une histoire que je pourrais revendiquer entièrement. A force d’adapter des livres, vous devenez de plus en plus timide, de plus en plus timoré. Vous n’osez plus vous lancer dans une histoire inédite. C’est plutôt confortable d’adapter un livre. La trame générale est déjà écrite et vous ne devez vous charger que du découpage, de la mise en scène et du dessin. Le seul défi est de trouver des astuces pour traiter certaines scènes difficilement transposables du roman en bande dessinée... Bref, c’est un travail rassurant et tranquille. J’ai envie, aujourd’hui, de reprendre des risques et d’assumer des scénarios. »

    Autres adaptations d’œuvres littéraires : « L'Hôte » et « L’étranger » d'Albert Camus par Jacques Ferrandez (Gallimard), « Canicule » de Jean Vautrin par Baru (Casterman), la série « Game of Thrones » de George R.R. Martin, scénarisé par Daniel Abraham et dessinée par Tommy Patterson (Dargaud),  sans oublier « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry revisité par le prolifique et talentueux Joann Sfar (Gallimard).

    Marc Levy lui-même, a signé l’adaptation en bandes dessinées de deux de ses romans : « Sept jours pour une éternité… » avec Éric Corbeyran et Espé, et « Enfants de la liberté » dessiné par Alain Grand (Casterman).


  • Le monde des livres

    Brésil
    Actualitté raconte l’histoire de cet éditeur brésilien qui « avait promis de pratiquer 10 % de remise sur ses livres par but marqué contre son équipe pendant le Mondial. Or le Brésil a perdu son match contre l’Allemagne par 7 buts contre 1 : « Joao Varella, le patron de la société Lote 42, va pourtant tenir sa promesse. Après le match de la toute-honte-bue, il appliquera ses 70 % de remise, chose qui ne se passera pas sans dégâts. Et difficile de croire que, même en vertu du nombre de fans recrutés sur sa page Facebook, il pourra compenser les pertes de cette remise, par les ventes au volume. La promotion, qui s'arrêtera précisément 24 heures après le coup de sifflet final du match, sera relativement limitée dans le temps. L'éditeur s'est pourtant prêté au jeu, respectant sa parole. » 

    Afrique du Sud
    « Disparition de Nadine Gordimer, chroniqueuse des absurdités de l'apartheid. » titre le quotidien 20 minutes qui écrit à propos de la romancière et prix Nobel sud-africaine décédée à 90 ans : « Elégante jusque dans ses dernières années, cette fille d’immigrés juifs a développé une prose à son image : sobre, subtile et sans concession. Elle laisse quinze romans (« La fille de Burger », « Histoire de mon fils », « Personne pour m’accompagner…») et de nombreuses nouvelles (« L’Etreinte d’un soldat », « Quelque chose là-bas…»), dont certains ont été interdits sous l’apartheid. Au travers de portraits d’une grande finesse psychologique, elle y raconte les ambiguïtés de ses compatriotes. »
     
    PARIS – TROUVILLE
    Mort de Yann Andréa, dernier compagnon de Marguerite Duras. Le Monde écrit : « Lui n'a jamais pu l'appeler par son prénom, encore moins la tutoyer. Au fond, il a toujours su la vérité : il n'y a pas d'intimité véritable avec un écrivain. Il le démontre dans « Cet amour-là », et pas seulement avec cette anecdote qui, pourtant, en dit long : « Un jour, je dis : si demain je meurs, si demain je me tue, vous ferez un petit livre dans les quinze jours, je suis sûr que vous le ferez. Elle dit : ''Yann je vous en supplie, ne dites pas ça, non. Pas un petit livre. Un livre.'' » 

    ECONOMIE
    Lu sur Atlantico : « Piketty : on achète le livre parce que c’est chic, on ne le lit pas parce que c'est ch**** ». « Curieux tout de même. Le Wall Street journal rapporte une étude réalisée par Amazon qui confirme le succès du livre "Le capital au XXI siècle » écrit par le Français Thomas Piketty. Le bouquin s’est très bien vendu (Note : 100 000 exemplaires en France, 400 000 aux Etats-Unis), mais il indique aussi que les acheteurs s’arrêtent à la 26 ème page et abandonnent ce livre qui compte plus de 700 pages.
    Précision de BFMTV « Le Wall Street journal s'appuie pour étayer cette affirmation sur les passages surlignés par les lecteurs de l'ouvrage sur Kindle (la liseuse d'Amazon). Il apparaît ainsi que les surlignages des lecteurs ne dépassent pas la page... 26.

    WESTEROS
    Lu et vu dans L’Express au sujet de George R.R. Martin, créateur de l'univers Game of Thrones » : « Il a 65 ans et fait savoir qu'il ne compte pas passer l'arme à gauche de si tôt. George R.R. Martin, l'auteur de la saga « A Song of Ice and Fire » dont est tirée la série à succès « Game Of Thrones » commence toutefois à en avoir assez d'entendre continuellement qu'il doit se dépêcher d'écrire la fin de l'histoire avant de mourir. C'est pourquoi lorsque un journaliste allemand glisse la question dans une interview, l'écrivain répond : « Je trouve ça assez offensant que l'on spécule sur ma mort », avant de joindre le geste à la parole, histoire d'être un peu plus clair sur son état d'esprit. » Photo extraite de la vidéo supprimée sur YouTube.


    USA
    Actualitté toujours, attire l’attention sur l’étude réalisée par Kensington portant sur l’usage des tablettes aux Etats-Unis : « Les femmes seraient plus adeptes des réseaux sociaux que les hommes, à 33,5 % contre 22,7 % alors que les seconds vont plutôt privilégier le jeu vidéo (19 % contre 13,3 %). Attention aux possesseurs de tablettes, d'ailleurs, puisque les hommes auraient plutôt tendance à s'en servir dans les toilettes. Dans l'ensemble les hommes visitent des sites d'information, et regardent leurs emails, tandis que les femmes sont plus adeptes des réseaux et de la télévision. »

    Actualitté note cependant « qu'il n'est jamais fait mention de la lecture de livres numériques comme activité sur son appareil. »

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu