Avertir le modérateur

france inter

  • L'incendie de Notre-Dame

    Pocket, Folio, Le Livre de Poche, Hachette, Livres Hebdo, Notre dame de Paris, Victor Hugo, Le Figaro, France Inter, Guillaume Gallienne, Odelettes, Gérard de Nerval, Les grands drames qui se produisent à Paris et l’émotion qu’ils suscitent se traduisent ces dernières années par des phénomènes de librairie. Ce fût le cas pour les attentats du 13 novembre 2015 avec des ventes record pour Paris est une fête d’Ernest Hemingway, ou Le Traité sur la tolérance de Voltaire. C’est à nouveau le cas avec l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, un événement qui a propulsé en quelques heures le roman de Victor Hugo en tête des ventes sur Amazon. Livres Hebdo constate que en moins de 24 heures les dix-huit premières places du baromètre d’Amazon ont été occupées par des ouvrages en lien avec le monument. L’impact est également sensible en librairie comme le constate Le Figaro où tous les ouvrages parus sur le Notre-Dame sont réclamés. Les réseaux sociaux y contribuent pour beaucoup qui font circuler des extraits de ces ouvrages.

    Nombre d’internautes ont repris le poème Notre-Dame de Paris de Gérard de Nerval (1808-1855) publié dans Odelettes en 1853 :

    Notre-Dame est bien vieille : on la verra peut-être
    Enterrer cependant Paris qu'elle a vu naître ;
    Mais, dans quelque mille ans, le Temps fera broncher
    Comme un loup fait un bœuf, cette carcasse lourde,
    Tordra ses nerfs de fer, et puis d'une dent sourde
    Rongera tristement ses vieux os de rocher !

    Bien des hommes, de tous les pays de la terre
    Viendront, pour contempler cette ruine austère,
    Rêveurs, et relisant le livre de Victor :
    – Alors ils croiront voir la vieille basilique,
    Toute ainsi qu'elle était, puissante et magnifique,
    Se lever devant eux comme l'ombre d'un mort !

    Et beaucoup d’autres encore ont publié le passage où Victor Hugo évoque un incendie à Notre-Dame de Paris. Un texte lu à l’antenne de France Inter par Guillaume Gallienne :

    «Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise, deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure».

    Les libraires et les éditeurs se mobilisent également. Deux libraires, Amandine Ardouin (Librairie Saint-Pierre de Senlis) et Antoine Bonnet (Librairie Michel à Fontainebleau) appellent leurs confrères à reverser, pour la reconstruction de l'édifice, leur part de revenus liés aux ventes du roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris. Une initiative parallèle à celle des éditeurs de l’édition de poche du roman de Victor Hugo, Pocket, Folio, et Le Livre de Poche (Hachette) qui annonce une première réédition à 8 000 exemplaires avec sticker spécial sur la couverture signalant son engagement à participer, comme ses confrères, à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

  • Ces libraires qui nous sont très proches

    Le système de distribution de la multinationale Amazon reste la bête noire des libraires mais ceux-ci, bien obligés de cohabiter, font face et s’organisent.

    Individuellement, notamment à Epinal où Isabelle Colin, responsable de la librairie "Quai des mots" a obtenu la fermeture du "locker" Amazon, des casiers pour récupérer les commandes, installé illégalement en face de son commerce. La libraire, soutenue par ses clients, les riverains et le réseau des librairies indépendantes, a porté l’affaire en Justice pour concurrence déloyale. Selon France 3, Amazon a fermé « son « armoire à colis » mais n’a pas confirmé qu’elle sera définitive, ce qui fait dire à la librairie qu’elle se réserve le droit de poursuivre la procédure judiciaire en référé et de demander le règlement d'une astreinte journalière. » si ce n’était pas le cas.

    L’action peut aussi être collective comme l’indique France Inter qui met en avant cette initiative de « 2500 libraires proposent une alternative à Amazon ». Cette librairie en ligne fédère 2500 libraires et référence 350 000 ouvrages, lalibrairie.com revendique la promotion des libraires indépendants. Le principe est simple on commande l’ouvrage et soit on le récupère chez le libraire le plus proche, soit on a la possibilité de le faire livrer à domicile en 24 à 72 heures, avec des frais de port compris entre 4€ et 50 centimes.

    Sur le site L’Info durable, Georges-Marc Habib, président de la Générale Librest, société propriétaire de lalibrairie.com, explicite l’objet de l’entreprise qui se veut « responsable éthiquement et socialement » : « Nous sommes une petite entreprise : la Générale Librest est une petite PMA avec moins de vingt salariés. Nous sommes installés sur le territoire français, nous payons nos salariés qui sont tous en CDI à temps complet et nous leur versons des primes en fonction de nos résultats. Nous sommes inscrits dans une vision sociale de ce que doit être une entreprise, responsable vis-à-vis des gens avec qui elle travaille. »

    Pour terminer cette illustration de la défense du libraire, on peut lire l’article de Paul Vacca « Pourquoi nous avons encore besoin des librairies à l'heure d'Internet », qui écrit sur le site du journal Le Vif : « Autrement plus sophistiqué que le stupide algorithme d'Amazon qui se contente de suivre notre parcours et d'acoquiner les livres qui ont été achetés ensemble par ses clients, l'algorithme du libraire est un sésame qui nous ouvre à notre propre désir, celui que nous ignorons encore. Pas un désir dont on aurait par avance cocher les cases - comme dans un site de dating - mais un désir inédit. »

    Quai des mots, Paul Vacca, Le Vif, Georges-Marc Habib, L’Info durable, lalibrairie.com, France Inter, Isabelle Colin,

  • Lire un livre de 400 pages en 2 heures

    Connaissez-vous Magali Rozo ?

    Cette habitante de Grandville (Manche), "ancienne professeure de français, reconvertie en psychopédagogue", est la championne de France 2018 de lecture rapide, capable de lire un roman de plus de 400 pages en moins de deux heures, un titre remporté au cours des championnats organisés à la mi-août à Paris par l’Association pour l’apprentissage et le cerveau (Apac).

    Une surprise pour la lauréate comme l’explique Ouest-France : « après avoir lu un livre de 422 pages en 1 h 57, avec une moyenne de 600 mots lus à la minute, et répondu à une vingtaine de questions de compréhension « parfois très précises », Magali Rozo a été sacrée championne de France de lecture rapide. Un titre qu’elle ne pensait absolument pas décrocher : « C’est une belle surprise. Contrairement à la majorité des participants, je n’étais pas du tout préparée et je n’étais même pas venue pour ça. Il y avait une super ambiance, pas d’esprit de compétition entre les participants, dont le plus jeune avait seulement 12 ans et le plus âgé, 77. »

    France Inter qui relate l’événement (vidéo ci-dessous), nous apprend que les candidats utilisent une technique nommée "mind mapping", « une représentation schématique des idées qui permettrait au cerveau de mieux les enregistrer pour les restituer» inventée par Tony Buzan, psychologue anglais, dans les années 1970. Selon Mohamed Koussa, professeur de lettres et d'histoire qui « peut engloutir 940 mots à la minute, près de quatre fois la vitesse de lecture moyenne » et champion 2017, « rien ne sert de lire sans retenir » aussi enseigne-t-il à ses élèves les « les cartes mentale » qui donnent donne des résultats extraordinaires aux examens.

    Lire vite et bien semble un objectif largement partagé depuis longtemps et dès le plus jeune âge si l’on en juge par le nombre d’ouvrages proposés de « L’art de lire vite et bien ! » de Bettina Soulez (éditions d’Organisation), à « Savoir lire… vite, bien, avec plaisir de Pauline Bel (éditions Demos), en passant par le classique des écoles « Je saurai lire vite… et bien » de A.Décatoire et N.Tenoux (Hatier-Lavauzelle).

    Reste à savoir ce que l’on fait du temps gagné à la lecture rapide d’un ouvrage ? On en lit un autre ?

    Lire vite France Inter.png

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu