Avertir le modérateur

france info

  • Les libraires contre Amazon, énième épisode.

    Nouveau bras de fer en cette fin d’année 2019 entre les libraires et la multinationale Amazon. En jeu les milliers de livres qui vont être offerts en cadeau à Noël, une période particulièrement favorable pour le monde de l’édition.

    noel librairie independante nouvelle aquitaine.jpgEn première ligne le site lalibrairie.com qui rassemble plus de 2500 libraires et qui se présente ainsi : « Vivez l'expérience lalibrairie.com, qui défend une "économie" locale du livre. Une véritable librairie de quartier mais avec les services des grandes enseignes qui tient dans votre smartphone. Nous prônons un nouveau mode de distribution alternatif aux circuits traditionnels tout en protégeant votre librairie de proximité. Aucun frais de port garanti si vous retirez votre livre dans la librairie au coin de votre rue. Les librairies locales sont le cœur de ce réseau, alors maintenons ces lieux d'échanges et de conseils. »

    Tous les titres sont accessibles et ils sont accompagnés de conseils des libraires. On y trouve aussi la liste de toutes les nouveautés aussi bien en littérature que en livres numériques ou en bandes dessinées.

    Cette adresse circule beaucoup sur les réseaux sociaux de même qu’un appel incitant chacun à ne pas utiliser Amazon notamment lors du Black Friday le 29 novembre. Les initiateurs de la campagne « Se passer d’Amazon : mode d’emploi » expliquent : « Amazon est une championne de l’optimisation fiscale qui tue les libraires et se fiche de l’environnement. Pourtant, lors du Black Friday, l’entreprise irresponsable sera récompensée en encaissant des milliards de dollars… »

    Une initiative largement commentée par les médias. France Info évoque la conclusion du rapport de l'ancien secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi pour qui un emploi créé chez Amazon supprimerait deux emplois dans les commerces de centres-villes. »

    Mais rien n’est simple comme en témoigne Alain interrogé par 20 minutes : « Le premier libraire est à 30 kilomètres de chez moi et le premier d’appareils ménager à 80 kilomètres… Et je ne trouve pas ce que je cherche ! Amazon est une bénédiction pour les zones rurales. ».

    Un journal qui conclut ainsi son article : « Cyrielle, l’une de nos lectrices, résume à la perfection votre rapport à la livraison : « Cela fait partie des choses que chacun doit négocier avec sa conscience. »

    IMG_2279-bis.jpgPhoto : vitrine de Comme une orange librairie indépendante et généraliste, 46 rue Bayen 75017 Paris.

  • Le Goncourt "Je ne l'aurai jamais" Amélie Nothomb

    Dubois Goncourt.pngBingo ! La période d’annonce des prix littéraires est lancée. Elle commence cette année avec Jean-Paul Dubois, qui se voit couronner par le jury du Goncourt pour son livre Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon (éditions de l'Olivier). Le prix Renaudot 2019 est lui attribué à Sylvain Tesson pour La panthère des neiges (Gallimard).

    A la clé pour les lauréats une nouvelle mise en place dans les librairies avec le fameux bandeau rouge qui signalera leur livre aux lecteurs distraits. Un joli coup financier pour l’auteur (et l'éditeur) puisque un prix devrait normalement augmenter le chiffre de ses ventes.

    France Info s’intéresse à ceux qui n’ont pas été retenus dans la sélection finale  titre : « Les "Poulidor" du prix Goncourt : qui sont ces auteurs souvent sélectionnés mais jamais primés ? » et cite Delphine de Vigan Karine Tuil, Jean-Philippe Toussaint, et Amélie Nothomb qui déclare : « le Goncourt, il ne faut pas rêver, je ne l'aurai jamais ». « Je crois que c'est eux qui ont renoncé à moi ».

    France Info mesure aussi l’impact que peut avoir l’attribution d’un prix sur un auteur et écrit que « La réussite est parfois un lourd fardeau pour les lauréats du prix littéraire le plus prestigieux de France. » La preuve avec Alexis Jenni, prix Goncourt 2011 avec L'Art français de la guerre qui confie : « Ce prix, je ne l'ai jamais désiré. De ce fait, ce n'est pas un accomplissement. Je l'ai eu tard, j'avais connu des échecs, c'est peut-être un avantage. Si je l'avais eu plus jeune, l'argent, le succès aurait pu me monter à la tête et j'aurais pu finir en plein délire narcissique."

    9782072822322_1_75.jpgEn attendant la proclamation des autres prix, les auteurs.es pourront toujours se dire que les lecteurs n’ont peut-être pas besoin qu’on leur souffle (en dehors des libraires) ce qu’ils aimeront lire, et qui sait, si avec un peu de chance ils n’obtiendront pas un des 2 000 prix littéraires que le monde de l’édition décerne en France chaque année.

  • Boris Pahor doyen mondial de la littérature

    Bel article de France Info sur « L'écrivain italien Boris Pahor, ancien déporté, est à 106 ans le doyen de la littérature mondiale. »

    51XhYVzT8vL._SX299_BO1,204,203,200_.jpgExtrait : « La plupart de ses romans puisent leur inspiration dans ces années d'épreuve. Outre Le Pèlerin parmi les ombres, où il narre son expérience des camps de la mort, il est également l'auteur de Printemps difficile et Quand Ulysse revient à Trieste, qui traitent des difficultés de la minorité slovène de la grande ville du nord-est de l'Italie. »

    Le Figaro écrivait en 2013: « En France, il a fallu attendre la parution de son opus magnum, Pèlerin parmi les ombres, en 1990, pour que l'on salue cette voix singulière et dérangeante. C'est Pierre-Guillaume de Roux (fils de l'écrivain trop oublié Dominique de Roux), alors éditeur à La Table ronde, qui avait découvert ce récit hallucinant. Paru en 1967 sous le titre original de Nekropola, Pèlerin parmi les ombres (en poche dans la «Petite Vermillon» de La Table Ronde) est dédié «aux mânes de tous ceux qui ne sont pas revenus». Il y fait le récit de ses séjours concentrationnaires. »

    En 2014, le film Boris Pahor, portrait d’un homme libre de Fabienne Issartel (Sycomore Films) a été présenté dans le cadre du festival Etonnants Voyageurs à St Malo. Le site de la manifestation propose d’écouter le débat enregistré à cette occasion entre l’écrivain et la réalisatrice, animé par Yann Nicol.

    Cette année, les éditions Pierre-Guillaume de Roux ont publié Et si c'était à refaire / chemins de Boris Pahor. Un livre réalisé sous la direction de Guy Fontaine et qui réunit des contributions rendant hommage à l'écrivain et trois nouvelles : Le berceau du monde, Mirage chez Hadès et Vol brisé.

    france info,boris pahor,la table ronde,le figaro,pierre-guillaume de roux,fabienne issartel,etonnants voyageurs à st malo,yann nicol,guy fontaine,lechoixdeslibraires.comSur la quatrième de couverture figure ce texte extrait de Mirage chez Hadès : « Elle n'est pourtant pas mirage l'idée qu'on pourrait améliorer notre relation avec l'autre, en éduquant le regard à la contemplation de la beauté et de la valeur de l'être humain. Ainsi serait combattue la manie destructrice du XXe siècle, qui a infecté notre atmosphère extérieure et intérieure : il faudrait tâcher de revenir à cette vérité que, déjà avant le christianisme, proposait l'Antigone de Sophocle, en soutenant qu'elle était née pour aimer. »

    A lire également, une notice à propos de trois de ses livres sur lechoixdeslibraires.com

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu