Avertir le modérateur

france info

  • ERNEST ! le livre en fête et en revue

    Les revues sur la littérature et le monde de l’édition ne manquent pas, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ou Livres Hebdo, plus destinée aux professionnels, on les trouve chez les marchands de journaux ou par abonnement. Depuis quelques années Internet a augmenté cet éventail de titres avec ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, ou Onlalu, ceux-ci parmi beaucoup d’autres.

    Un petit nouveau vient se joindre à la liste, Ernest !. Sur France Info son fondateur David Medioni explique l’origine du titre : "Ernest est un média qui se veut un peu fantasque on avait envie d'incarner ça avec un prénom. On a choisi Ernest parce que c'est un prénom qu'on aimait bien, qu'on trouvait sympathique. Et puis surtout, c'était un petit hommage à Ernest Hemingway, dont on apprécie le côté fantasque".

    France Info détaille ses objectifs : « La revue en ligne "est découpée comme une fête", poursuit David Medioni. "Il y a 'l'apéro d'Ernest', c'est la partie gratuite du site, c'est Ernest qui régale. Ensuite vous avez des invités, comme Thomas Hervé, Didier Porte, Sonia Petit qui est une libraire qui est en train de créer sa librairie et qui va nous raconter les coulisses. L'espace  'Discute' est un endroit où on va aller apostropher des personnalités qui n'ont rien à voir avec le livre. Mon rêve - je passe un petit appel - c'est d'avoir Zinédine Zidane qui parle des livres qu'il lit à ses enfants !  Il y a aussi 'Les coups de foudre d'Ernest' et une rubrique 'Première fois' où on va voir des auteurs de premiers romans pour essayer de découvrir le nouveau Houellebecq, pourquoi pas !" »

    Au sommaire, des chroniques comme celle de Didier Porte qui « lira les livres et essais politiques et en fera, pour vous, une critique humoristique et grinçante », et même un scoop avec Sorj Chalandon qui parle de son prochain roman à paraître à la rentrée.

    En conclusion de son interview David Medioni déclare : « Je ne supporte pas les librairies où on chuchote et où il ne fait pas faire de bruit. Une librairie est un lieu de vie. Avec Ernest, on ne va pas épater le lecteur, on va lui parler simplement  et on ne va pas s'écouter écrire. C’est un peu le défaut par moment de certaines revues littéraires qui sont un peu élitistes. »

    David Medioni, Ernest!, France Info, Didier Porte, Lire, Le Magazine littéraire, La Quinzaine littéraire, ActuaLitté, Le Blog des livres, Babelio, Le Choix des libraires, Onlalu,Livres Hebdo, Sorj Chalandon,

  • Le livre est (aussi) dans la rue

    Le lieu de vie idéal pour le livre reste la librairie, mais de nombreuses initiatives se multiplient pour faire partager la découverte et le plaisir de la lecture.

    Ce blog a déjà évoqué les « boîtes à livres », aujourd’hui c’est le site 18h39 (Castorama) qui consacre un article aux boîtes à partages que l’on trouve de plus en plus dans les villes et qui accueillent objets divers et livres à échanger. L’article se termine par cette anecdote : « Si tous les objets déposés dans les boîtes à dons trouvent souvent très vite preneur, il y a bien sûr des petits ratés, comme le raconte Stéphanie Guénelot avec le sourire : "On a un livre sur Bernard Tapie qui est dans l'une de nos boîtes depuis le début et que personne ne prend... Mais c'est devenu notre mascotte ! »

    L’association humanitaire ATD Quart Monde elle aussi œuvre à populariser le livre avec ses bibliothèques de rue. Sur son site elle explique : « La bibliothèque de rue consiste à introduire le livre, l’art et d’autres outils d’accès au savoir, notamment informatiques, auprès des enfants de milieux défavorisés et de leurs familles. Cette activité est accessible à tous, car se déroulant sur leur lieu de vie : à l’air libre, dans un square, sur une place, un marché, sur le palier d’un escalier, au pied des arbres, sous un lampadaire, dans des endroits isolés en campagne ou à la montagne. La bibliothèque de rue est un temps de partage des savoirs extraordinaire qui répond à la soif de savoir des enfants, les réconcilie avec la joie d’apprendre et les encourage à révéler et à partager leurs talents. »

    France Info de son côté, raconte l’histoire de Jose Alberto Gutierrez éboueur à Bogota en Colombie qui récupère depuis 20 ans des livres dans les poubelles de la ville. Plus de 25 000 ouvrages avec lesquels il a créé chez lui une bibliothèque gratuite "La force des mots". Dans la vidéo ci-dessous, il déclare : « On a de la chance, je crois qu'on est la seule bibliothèque au monde où on vient nous demander d'emprunter un livre et où on le donne », et « Je viens d'un quartier affecté par l'ignorance et la pauvreté. Les livres m'ont transformé alors je pense que les livres, dans ces endroits, sont un symbole d'espoir, un symbole de paix.»

    Livres Bogoto.png

  • La vie du livre en courtes brèves

    Les prix des gens de lettres

    ActuaLitté a dévoilé la première sélection des quatre grands prix attribués par la Société des Gens De Lettres. Ils concernent les catégories Fiction, Essai, Jeunesse et Poésie. Les Grands Prix sont dotés chacun de 4000 € et de 8000 € pour deux Grands Prix récompensant l’ensemble d’une œuvre, en littérature et traduction. Selon ActuaLitté, la deuxième sélection aura lieu le 29 mars 2017. Les lauréats du Grand Prix pour l’Œuvre et du Grand Prix de traduction pour l’œuvre, seront dévoilés lors de la dernière réunion du jury, fin mai 2017.

    Le parler vrai du « nègre » de Nabilla

    Interview de Jean-François Kervéan dans l’émission de France Info  Tout et son contraire de Philippe Vandel. L’écrivain est ainsi présenté : « Romancier, Jean-François Kervéan a prêté sa plume à Michel Drucker, Hervé Vilard ou encore Catherine Breillat. A la fois collaborateur, co-auteur et coach littéraire, il a aussi participé aux mémoires de Loana et Nabilla. Son actualité, c'est un roman à lui, bouillonnant et érudit chez Robert Laffont : La naissance du sentiment. Une histoire incroyable qui se passe dans la Grèce du Vème siècle avant Jésus Christ, c'est-à-dire avant Socrate et Aristote, très exactement à Sparte, dans cette société "collectiviste", "merveilleuse" et "terrible" à la fois. »

    Le Salon du livre de Paris trop cher

    20 minutes nous apprend que l’auteur à succès Maxime Chattam scandalisé par le tarif d’entrée « excessif » du Salon du livre de Paris, a décidé de boycotter la prochaine édition qui aura lieu du 24 au 27 mai prochain. Sur son compte Twitter il a précisé : « On paye un livre, pas l'accès a la lecture (ou alors symbolique). » 20 minutes précise que « En semaine, une entrée au salon coûte 8 euros par visiteur (6 euros en prévente), et 12 euros le week-end (10 euros en prévente). »

    L’attrait des couvertures anglaises

    Toujours sur ActuaLitté, on découvre le palmarès des plus belles couvertures de livres publiés en Angleterre et dévoilées par l'Academy of British Cover Design. Ci-dessous The Genius of Birds, Jennifer Ackerman, par Jack Smyth Et Radiance de Catherynne M. Valente, par Nathan Burton.

    Genius_of_Birds___Jack_Smyth-CRsite.jpgRadiancefront-Burton-CRsite.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu