Avertir le modérateur

françois fillon

  • Connaissez-vous la Revue des deux Mondes ?

    Revue_des_Deux_Mondes_-_1829_-_tome_1.jpgL’indispensable Wikipedia nous dit d’elle : « La Revue des deux Mondes, recueil de la politique, de l'administration et des mœurs fut fondée le 1er août 1829 par Prosper Mauroy et par Pierre de Ségur-Dupeyron, et éditée par François Buloz pour donner une tribune aux idées en France en relation avec les autres pays d'Europe et avec le continent américain en particulier » … « En janvier 1830, son titre devient Revue des deux mondes. Journal des voyages, de l'administration et des mœurs, etc., chez les différents peuples du globe ou archives géographiques et historiques du XIXe siècle ; rédigée par une société de savants, de voyageurs et de littérateurs français et étrangers. ».

    A son propos Europe 1 écrivait il y a peu : « La Revue des deux mondes, l'une des plus anciennes revues d'Europe, s'appuie sur un passé littéraire brillant avec des collaborateurs comme George Sand, Chateaubriand, Sainte-Beuve, Dumas ou Musset. Désormais tournée surtout vers la politique et l'Histoire, la publication mensuelle fait sa une ce mois-ci sur François Fillon. Ses "dîners du Cercle" accueillent des personnalités politiques éclectiques dont, depuis 2014, Anne Hidalgo, Bruno Le Maire, Valéry Giscard d'Estaing ou encore Emmanuel Macron, selon le site de la revue. » Et ajoutait cette précision : « Après Michel Crépu, parti à la NRF chez Gallimard, sa direction est désormais assurée par Valérie Toranian, ex-patronne de Elle. »

    A l’occasion de son changement de direction en 2015, Le Monde des livres lui consacrait un article dans lequel on pouvait lire : « Depuis cinq mois – depuis, exactement, que Valérie Toranian, ancienne directrice du magazine Elle, en a repris les rênes – la revue modérée a pris un drôle de tournant, servant à ses lecteurs des plats particulièrement relevés avec des interventions ou interviews d’Eric Zemmour, Michel Onfray, Michel Houellebecq, Régis Debray : c’est un festin du pessimisme prophétique et réactionnaire. Les couvertures agressives et la mise en scène des dossiers ne font pas dans la dentelle, ­tirant la revue vers la polémique à l’arme lourde. Le virage inquiète plusieurs ­contributeurs : ils y voient une rupture avec le patrimoine génétique de la revue. Il est vrai que sont désormais aux commandes deux anciens patrons de la presse magazine. Deux, oui, car Franz-Olivier Giesbert, 38.jpegancien directeur du Point, compagnon à la ville de Valérie Toranian et ami du propriétaire de la revue Marc Ladreit de Lacharrière, a fait irruption en mars au comité de rédaction de façon specta­culaire puisque, aux dires de témoins ­effarés, ce fut pour FOG l’occasion d’une grande bouffée d’anti-intellectualisme ponctuée par ce mot d’ordre : « Il faut arrêter d’enculer les mouches. » Lancée dans l’un des lieux les plus policés du débat ­intellectuel français, la phrase a fait sensation. »

    En janvier 2017, la Revue des deux Mondes à fait parler d’elle à propos de la collaboration dans le passé de la femme d’un candidat à l’élection Présidentielle, mais c'est un autre histoire.

    Photo : la couverture du numéro daté de février-mars 2017.

  • Quand les politiques se livrent

    françois fillon,alain juppé,jean-françois copé,nicolas sarkozy,nadine morano,philippe de villiers,cécile duflot,delphine batho,fadela amara,roselyne bachelot,azouz begag,christine boutin,jean-christophe cambadélisC’est une experte qui le dit, Roselyne Bachelot, ex-ministre et aujourd’hui animatrice télé (Le Grand 8 sur D8), il est important que les politiques écrivent des livres car ça leur permet de « structurer leur pensée ». Une réflexion faite à propos du dernier livre de Christiane Taubira « Murmures à la jeunesse » (Philippe Rey) publié une semaine après sa démission du gouvernement.

    Structurer leur pensée, c’est un exercice auquel se sont livrés ces derniers temps nombre d’hommes politiques du même parti Les Républicains : François Fillon, Alain Juppé, Jean-François Copé, Nicolas Sarkozy (Nadine Morano préparerait le sien), tous présents en même temps dans les librairies (pour cause de Primaires).

    Si chacun souhaite exprimer ses idées, il espère également atteindre les chiffres de vente de Philippe de Villiers qui, avec « Le moment est venu de dire ce que j'ai vu » (Albin Michel), dépasse allègrement les 200 000 exemplaires vendus.

    Un score que vise sûrement aussi Nicolas Sarkozy avec son livre « mea-culpa » « La France pour la vie » (Plon), dont l'Institut d'études GFK « estime » d’ors et déjà que 70 000 exemplaires ont trouvés preneur une semaine après sa parution.

    « Les livres vengeurs d'anciens ministres font-ils vendre ? » s’interroge Europe 1 qui passe en revue les fortunes diverses qu’ont connu les titres écrits par Cécile Duflot, Delphine Batho, (classés par Le Parisien parmi « Ces livres qui empoisonnent le quinquennat d’Hollande ») Fadela Amara, Roselyne Bachelot, ou Azouz Begag, ancien ministre de Nicolas Sarkozy dont le livre « Un mouton dans la baignoire » (Fayard) s’est vendu à 65 exemplaires. Autre désastre, le livre de Christine Boutin dont Le Figaro nous a appris récemment que son ouvrage « Qu'est-ce que le parti chrétien démocrate ? » n’avait intéressé que… 38 personnes en 5 ans. Loin des 37 323 exemplaires de Jean-Luc Mélenchon avec "Le Hareng de Bismarck » (Plon), mais plus près des 326 exemplaires de Jean-Christophe Cambadélis avec "A gauche, les valeurs décident de tout" (Plon).

    Le Point esquisse une explication à cette désaffection des lecteurs : «Écrire un livre permet d'être invité dans les médias, de développer sur une forme longue des idées que généralement vous n'avez que quelques secondes pour mettre en avant, d'évoquer des souvenirs, de vous expliquer, de brosser des portraits, de régler des comptes, de vous montrer sous un autre jour, de vous offrir à bon compte un vernis culturel... Du coup, tout le monde s'y met : de l'ex-président de la République au sous-secrétaire d'État aux choux farcis. De cette abondance naquit une immense hypocrisie : le signataire publie un livre qu'il n'a pas écrit, que les journalistes ne lisent pas et que les Français n'achètent pas... Tout le monde le sait, mais personne ne le dit. »

    On ne le répètera donc pas.

    Photo : "A feu et à sang" de Roselyne Bachelot paru en 2012 (Flammarion).

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu