Avertir le modérateur

frédéric beibeder

  • Ecritures d’emprunts

    Si les biographies racontent la vraie vie de personnages réels ou ayant existé, de plus en plus d’écrivains s’emparent de la vie des autres, connus ou pas, pour en constituer la matière de leurs livres.

    Dans un article récent, Le Figaro constatait que « Les auteurs phares n'ont jamais autant mis en scène des personnes ayant existé. Ce qui ne les empêche pas de prendre beaucoup de libertés » et en dressait la liste citant David Foenkinos et son « ode » à l’artiste Charlotte Salomon, Patrick Deville et Trotski, Christophe Donner et les cinéastes français des années 1970, et Frédéric Beigbeder qui dans son dernier livre « Oona et Salinger » (Grasset) reconstitue l’improbable « chassé-croisé amoureux de l'auteur de L'Attrape-cœurs avec la belle Oona O'Neill ».

    le figaro,charlotte salomon,patrick deville,trotski,christophe donner,frédéric beibeder,oona o'neill,j.d. salinger,marja mills,harper leeC’est encore Le Figaro qui raconte la génèse du roman « En mai 2007, il s'est rendu à Cornish, New Hampshire, avec caméra et micro, pour tenter d'entrer en contact avec l'énigmatique et peu avenant auteur de L'Attrape-cœurs. Il n'était pas le premier à vouloir débusquer l'homme qui, à la manière de Garbo, s'est retiré du jour au lendemain de la scène médiatique. Sa quête se solda par un échec. Mais dans sa déroute, par hasard, il tomba, dans un bar, en arrêt devant la photo d'une jolie brune, Oona O'Neill. Fille du dramaturge et Prix Nobel d'origine irlandaise Eugene O'Neill, cette jeune femme croisa en 1940 à New York la route de Salinger. Elle avait 16 ans et lui 21. Dans les biographies consacrées à l'un et l'autre, on évoque leur rencontre en quelques pages au maximum, en quelques lignes la plupart du temps. Il n'en fallait pas plus au romancier Frédéric Beigbeder pour décider que cette passade avait été décisive dans la vie de Salinger. »

    Harper-Lee.jpgAux Etats-Unis, Marja Mills crée la polémique en écrivant les mémoires d’Harper Lee, auteur en 1960 du best-seller mondial « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » (To Kill a Mockingbird ) avec qui elle dit s’être liée d’amitié. Une affirmation démentie par Harper Lee qui déclare n’avoir jamais participé à la rédaction du livre ni donné d’entretien à son auteur. Pour se défendre Marja Mills affirme avoir obtenu l’accord de la sœur d’Harper Lee, Alice aujourd’hui centenaire, mais on lui reproche d’avoir inventé le contenu de son livre et les relations qu’elle a pu avoir avec l’écrivaine âgée de 88 ans et qui n’a plus communiqué avec le monde extérieur depuis...1964.

    Il est vrai que tout comme J.D Salinger, qui lui aussi se retira après le succès planétaire de « L’attrape-cœurs », le parcours d’Harper Lee, avec plus de 30 millions d’exemplaires vendus de son seul et unique livre (histoire racontée par Le Monde), intrigue.

    Emprunter la vie des autres est peut-être pour les écrivains de notre époque une façon de raconter de belles histoires et de démontrer ses talents d’écriture. A défaut de faire preuve d’imagination.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu