Avertir le modérateur

fayard

  • Les sujets polémiques font-ils vendre des livres ?

    A suivre la polémique ouverte par les propos d’Eric Zemmour reprochant dans l'émission Salut les terriens de Thierry Ardisson son prénom à l'animatrice Hapsatou Sy et le qualifiant « d’insulte à la France », on en oublierait que ses passages télé accompagnent la parution de son dernier livre. Faut-il désormais créer une polémique pour attirer l'attention sur un livre ? Les sujets tabous ou les propos sulfureux font-ils grimper les tirages ?

    Aux Etats-Unis, Fear de Bob Woodward (chronique du 6 septembre 2018) consacré aux débuts hiératiques de la présidence de Donald Trump, s’est vendu à plus d’un 1 100 000 exemplaires en quelques semaines, dont 900 000 exemplaires dès le premier jour. Un chiffre qui totalise les ventes de livres imprimés, livres audio et livres numériques, selon l’éditeur Simon & Schuster, filiale du groupe de médias CBS.

    En France un historien s’étonne sur les réseaux sociaux d’avoir pu trouver en vente à la FNAC de Grenoble une édition de Mein Kampf d’Adolf Hitler, un pamphlet tombé dans le domaine public en 2016. Réédité avec succès en Allemagne en 2016, le livre a suscité une analyse critique de Albrecht Koschorke, professeur de littérature à l’Université de Constance, celle-ci est parue en France sous le titre Manipuler et stigmatiser, Démystifier Mein Kampf, éditions du CNRS, 2018. En 2015, l’éditeur Fayard annonçait son intention de republier en français l’ouvrage d’Adolf Hitler accompagné d’un « appareil critique » complété d’une analyse du professeur d'université Régis Tettamanzi et d'une préface signée de l'écrivain Pierre Assouline, mais plusieurs fois reportée cette réédition devrait finalement voir le jour en 2020.

    On se souvient également du tollé provoqué par l’annonce de la réédition des titres antisémites de Louis-Ferdinand Céline par Gallimard. Antoine Gallimard avait alors déclaré "j'ai suspendu ce projet, mais je n'y ai pas renoncé" justifiant dans le Journal Du Dimanche cette parution "par goût de la vérité" et la nécessité de montrer "la coexistence du génie et de l'ignoble en un seul homme".

    Pour en revenir au livre d’Eric Zemmour, les semaines qui viennent diront si son nouveau dérapage verbal, qui vient s’ajouter à d’autres, certains condamnés par la justice, aura aidé à la carrière du livre Destin français, présenté comme « une autobiographie intellectuelle, historique et littéraire », par son éditeur Albin Michel.

    Eric Zemmour, Antoine Gallimard, Albin Michel, Fayard, Louis-Ferdinand Céline,Pierre Assouline,Régis Tettamanzi, Bob Woodward,Simon & Schuster, Thierry Ardisson, Hapsatou Sy  ,

  • Amazon vs Renaudot, une ex ministre de la Culture, et les écrivains du Québec à Paris

    Renaudot vs Amazon suite

    Ce blog a évoqué la polémique née de la présence d’un livre diffusé par Amazon dans la pré-sélection du prix Renaudot (13.9.2018). Son auteur, Marco Koskas, a répondu aux libraires, dénonçant un « diktat scandaleux ». Dans Ouest-France on peut lire : « « Les libraires devraient s’en prendre aux éditeurs qui ont refusé de me publier, et pas à moi », ajoute-t-il, en notant qu’ils pouvaient se raviser, Amazon n’ayant pas d’exclusivité sur son livre. » (…) « Marco Koskas, qui se présente non pas comme un écrivain israélien, mais comme un « écrivain français vivant à Tel-Aviv » et racontant « l’univers (qu’il) connaît, celui des Français qui y vivent », a reconnu avoir été surpris par l’annonce de sa nomination. « Je suis tombé des nues en l’apprenant même si j’en caressais l’espoir », confie-t-il. Le jury du Renaudot fera connaître sa deuxième sélection le 3 octobre.»

    festival America Vincennes, Aurélie Filippetti, Marco Koskas, Bernard Poirette, Fayard, Europe 1, Aurélie Filippetti et la littérature

    "La littérature, ça me nourrit. Je ne pourrais pas vivre sans, cela donne une dimension supplémentaire à la vie" a déclaré Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, au micro de Bernard Poirette, sur Europe 1 qui écrit : « Pour comprendre la relation particulière qu'entretient celle qui vient de publier Les Idéaux chez Fayard, il faut remonter à l'enfance d'une "petite fille en Lorraine". "Pour moi, les livres, c'était la liberté. Le soir, j'avais toujours un livre caché dans mon lit, que je lisais avec une lampe de poche pour pas que ma mère me surprenne et me dise qu'il fallait éteindre", se souvient Aurélie Filippetti. Fantômette, Le Club des Cinq... la jeune lectrice écume la littérature jeunesse avant de gagner en maturité avec Le Petit Prince, de Saint-Exupéry, puis "Balzac, les grands romans du 19e siècle, Stendhal, Flaubert...» Comme souvent, ce goût de la lecture lui a été donné par une professeure de français au collège : "Elle nous donnait des idées, nous amenait à la littérature en nous faisant découvrir des auteurs. Elle en parlait d'une telle manière, c'était passionnant et ça donnait envie" ».

    Les écrivains québéquois à Paris

    Dans le cadre d’un partenariat entre la RATP et la 9e édition du festival America, qui se déroule du 20 au 23 septembre à Vincennes, près de Paris, les citations de dix des 28 écrivains québécois invités, seront exposées dans le métro et le RER jusqu’au 17 octobre, nous apprend Livres Hebdo.

    Des extraits de leurs textes visibles jusqu’au 17 octobre, sur les quais des RER A et B ainsi que dans les rames des lignes 6, 10, 11 et 12. "Avec ce projet, la littérature québécoise se mêle à la vie quotidienne des Parisiens. C’est un symbole de notre proximité culturelle, favorisée par une langue et une histoire que nous partageons", déclare dans un communiqué, repris par Livres Hebdo, la déléguée générale du Québec en France, Line Beauchamp.

  • L'édition prépare sa rentrée

    900 millions pour acheter Editis

    Le groupe Vivendi a fait une offre d’achat du groupe d’édition Editis, filiale française du groupe espagnol Planeta qui regroupe une cinquantaine de marques dont Nathan, Bordas, Julliard, XO, Plon, Le Cherche-midi, Perrin, et publie, entre autres, les auteurs Marc Lévy (Robert Laffont) et Michel Bussi (Presses de la Cité). Selon le site Actualitté « La déclaration émane de Vivendi, qui assure donc être entré en négociations exclusives. Son projet serait de racheter 100 % du capital d’Editis. L’information tombe quelques jours à peine après le décès d’Alain Kouck, président d’Editis Holding. Vincent Bolloré, président de la multinationale cherche donc à reconquérir le groupe, racheté par Planeta voilà une dizaine d’années pour 1,026 milliard €. » Les Echos notent l'« Ironie de l'histoire », car autrefois, Editis a déjà appartenu à Vivendi (sous le nom Vivendi Universal Publishing) qui l'avait cédé à Lagardère en 2002 pour 1,25 milliard. Cependant note le quotidien économique « Déjà propriétaire d'Hachette Livre (Grasset, Stock, Fayard, Calmann-Lévy, Hatier, etc.), le numéro un Français de l'édition, Lagardère avait pris le risque de s'offrir, en plus, VUP. Se retrouvant en position ultradominante sur le marché français, il avait été contraint par Bruxelles de céder 60 % de l'actif. Cette partie cédée avait pris le nom d'Editis et a changé plusieurs fois de mains. Après avoir été la propriété de Wendel Investissement en 2004, il est tombé dans le giron de Grupo Planeta en 2008. »

    Editis Vivendi.png

    La BD érotique s’affiche

    A l’occasion de la parution à la mi-septembre d’une collection érotique Porn'Pop aux éditions Glénat (Titeuf, Walt Disney), le site spécialisé dans la bande dessinée ActuaBD s’interroge « Où en est la BD érotique ? » et propose une grande enquête en trois partie sur le sujet. On y apprend que d’autres éditeurs de BD sont déjà présents dans le genre : Delcourt, Les Requins marteaux, Ankama, et même Actes Sud. L’auteure de la série Céline Bertiaux remarque « Il n’y a pas à proprement parler de retour de la BD érotique à travers la nouvelle collection de Glénat. Le genre restait représenté chez les petits éditeurs et chez les indépendants comme Requins Marteaux. Cependant, il est vrai que ça devrait redonner de l’élan au genre, étant donné la place de Glénat dans l’édition aujourd’hui ; un élan bienvenu quand on considère les difficultés liées à l’édition de ce genre d’ouvrages, entre censure et réticences du côté du marché. » Dernier détail, la collection Glénat sera dirigée par Céline Tran, ancienne star du porno sous le pseudonyme de Katsuni.

    news-focus-small-255.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu