Avertir le modérateur

espé

  • Littérature et bande dessinée

    « La bande dessinée est, selon moi, plus proche de la littérature que d’autres arts visuels comme le cinéma, parce qu’il y a une chose essentielle qui est le rapport au temps. Et les ellipses. Ce qui est important dans la bande dessinée, ce n’est pas vraiment ce que l’on représente, c’est l’espace entre deux cases. Ce qu’il n’y a pas ? C’est vraiment le propre de l’écriture bédé. Ce qui m’intéresse, c’est justement ce qui se passe dans cet espace-là qui n’a pas été pris, qui n’a pas été saisi, qui n’a pas été montré et que le lecteur imagine. ça c’est fondamental dans la bande dessinée. », dixit Jean-Philippe Stassen dans Alter Mondes, n°41 de mars 2015.

    Littérature et bande dessinée peuvent donc faire bon ménage, et même si on passe rapidement sur l’adaptation des romans de la Comtesse de Ségur (Casterman) - hormis « Les malheurs de Sophie » par Mathieu Sapin (Gallimard) -, d’autres titres nous le démontrent.

    product_9782207118177_195x320.jpgC’est le cas de « Suite française - Tempête en juin » dessiné par Emmanuel Moynot d’après le roman d'Irène Némirovsky (Denoël Graphic). Un dessinateur qui a déjà adapté l’univers de Jean Vautrin avec « L’homme qui assassinait sa vie » (Casterman). Emmanuel Moynot a également pris le relai de Tardi pour la mise en images des romans de Léo Malet avec le personnage de Nestor Burma (Casterman).

    Jacques Tardi, connu aussi pour avoir illustré les textes de Céline ou de Jules Verne, expliquait en 2005 lors de la parution  de « Le Petit Bleu de la Côte Ouest » de Jean-Patrick Manchette (Humanoïdes Associés) : « Je n’ai plus envie d’adapter un livre pour le moment. J’ai réalisé beaucoup d’adaptations ces dernières années. Je souhaite dessiner une histoire que je pourrais revendiquer entièrement. A force d’adapter des livres, vous devenez de plus en plus timide, de plus en plus timoré. Vous n’osez plus vous lancer dans une histoire inédite. C’est plutôt confortable d’adapter un livre. La trame générale est déjà écrite et vous ne devez vous charger que du découpage, de la mise en scène et du dessin. Le seul défi est de trouver des astuces pour traiter certaines scènes difficilement transposables du roman en bande dessinée... Bref, c’est un travail rassurant et tranquille. J’ai envie, aujourd’hui, de reprendre des risques et d’assumer des scénarios. »

    Autres adaptations d’œuvres littéraires : « L'Hôte » et « L’étranger » d'Albert Camus par Jacques Ferrandez (Gallimard), « Canicule » de Jean Vautrin par Baru (Casterman), la série « Game of Thrones » de George R.R. Martin, scénarisé par Daniel Abraham et dessinée par Tommy Patterson (Dargaud),  sans oublier « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry revisité par le prolifique et talentueux Joann Sfar (Gallimard).

    Marc Levy lui-même, a signé l’adaptation en bandes dessinées de deux de ses romans : « Sept jours pour une éternité… » avec Éric Corbeyran et Espé, et « Enfants de la liberté » dessiné par Alain Grand (Casterman).


  • Quand l'album est tiré il faut le lire (avec modération)

    9782723492775-L.jpgCaptivant, gouleyant, corsé, mal dessiné, ces qualificatifs organoleptiques peuvent désormais s‘appliquer aux albums de bandes dessinées qui prennent pour thème le vin.

    En cette rentrée, Le Figaro.fr liste les titres parus, tous genres confondus, sur le vin, du livre de Bernard Lonjon Colette, la passion du vin (éditions du Moment) à  In vino veritas, un récit d’Eric Corbeyran, mis en images par Lucas Malisan et qui se déroule en Toscane (Glénat).

    Le site Entrée livre sous le titre « BD & Vin, les deux font la paire ! » publie un Top 6 des lecteurs proposé par Lucile M (libraire) où l’on peut constater qu’un seul éditeur – Glénat – publie quatre des titres cités dont Les ignorants d’Etienne Davodeau (2011), la saga familiale Châteaux Bordeaux (bientôt 5 tomes), textes d’Eric Corbeyran, dessins Espé, et surtout un manga, Les Gouttes de Dieu, de Tadashi Agi, Shu Okimoto qui compte déjà 29 tomes parus.

    La Feuilledevigne.fr site spécialisé, lui, ne retient que trois titres : Les Fondus du Vin de Hervé Richez, Christophe Casenove et Serge Carrère, aux éditions Bamboo (la collection Les fondus « Une œuvre ludo-pédagogique hilarante » consacre chacun de ses volumes à un vignoble, deux titres sont parus Bordeaux et Bourgogne), Les vins d’Alsace de Didier Eberlé et Claude Muller, aux éditions du Signe, et on retrouve aussi dans cette sélection le dernier tome de la série Les gouttes de Dieu, dont on apprend qu’il a obtenu en 2009 le titre de Meilleur livre du monde sur le vin et qu’il s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires. La parution en France du tome 30 est annoncée pour octobre 2013. Au total la série en comptera 42.

    Plus humoristiques, mais écrits sur la base d’une vraie documentation sur les coulisses du monde du vin, les trois titres Robert Parker - Les sept péchés capiteux (2010) , Les Caves du CAC 40 - Les dix commandements du vin (2011), et Champagne - Le Dom Pérignon Code (2012), tous signés Benoist Simmat pour le scénario et Philippe Bercovici pour les dessins, et publiés par les éditions 12bis qui viennent d’être rachetées par les éditions... Glénat.

    Ceux qui aiment la bonne bande dessinée ne seront peut être pas forcément séduits par des graphismes souvent un peu bâclés, mais les récits sont en général bien charpentés et, comme pour le bon vin, on peut espérer que la production de ce type d’albums va s’abonnir avec le temps.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu